Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
  • Haut fourneau, affinerie, minoterie
    Haut fourneau, affinerie, minoterie Taizé-Aizie - les Forges - en écart - Cadastre : 1819 E 75 à 80 1990 AN 4 à 7
    Annexe :
    cousin Louis, duc de Saint-Simon, pair de France, comte de Rasse, grand d'Espagne de la première classe francs. Les trois maîtres martelleurs ont 5 francs de plus que les autres, mais ils sont obligés de faire
    Historique :
    est de 40 personnes payées 2 francs par jour. Il existe un fonds d'archives privées.
  • Haut fourneau, affinerie, dite forge de Montizon
    Haut fourneau, affinerie, dite forge de Montizon Roussines - Montizon - en écart - Cadastre : 1839 B 18, 20, 25 à 29, 35 à 38, 43 à 46 1990 B 487, 488, 492 à 494, 498, 534, 535
    Annexe :
    la castinière 150 francs de droit de champ et d'extraction pendant toute la fournée du fondage ; en d'ouvrage de Saint-Crépin, du Deffey ou de Mézières ; chaque ouvrage rendu et posé coûte 400 francs. Le tout le fondage, et une somme de 120 francs. Ils ont le droit de raccommoder des pots, à moins que le maître de forge ne le leur interdise ; et, dans ce cas, il leur donne 50 francs d'indemnité. Les trois voisines, et pour les départemens de la Dordogne et de la Vienne, à raison de 25 francs le quintal métrique forgerons et un petit apprenti forgeron. Le maître de forge paye à ses ouvriers 13 francs par millier de fer. Sur cette somme, 5 francs 50 centimes reviennent au marteleur, qui est tenu de l'entretien des outils ; 5 francs reviennent au forgeron ; les 2 francs 50 centimes qui restent sont donnés à l'apprenti
  • Haut fourneau, fonderie
    Haut fourneau, fonderie Roussines - Pont-Rouchaud - isolé - Cadastre : 1990 O 789 à 795
    Annexe :
    francs 50 centimes le quintal, et 850 brasses de bois. Avec ces provisions, elle fait au moins 470 principalement de Rochefort, la Rochelle, et des îles voisines. Ces matières ne coûtent pas au-delà de 22 francs quintaux de fer. Le bois est de vieux châtaignier ou rebut de taillis, et ne coûte que 10 francs la brasse
  • Haut fourneau, affinerie, grosse forge
    Haut fourneau, affinerie, grosse forge Nieuil - Champlaurier - en écart - Cadastre : 1990 I 71 à 73
    Annexe :
    lui revient au plus qu'à 1 franc 20 centimes le quintal ; mais elle ne donne guère qu'un tiers. Le vaut 52 francs le quintal. Cette fonderie emploie la même quantité de fondeurs qu'à Montizon, et paye payés par seaux, et gagnent ordinairement 3 francs par jour. Il n'y a à Champlaurier qu'une affinerie
  • Tréfilerie des Forges de Sireuil, puis aciérie Martin, puis les Tanneries de Sireuil, actuellement centrale hydroélectrique
    Tréfilerie des Forges de Sireuil, puis aciérie Martin, puis les Tanneries de Sireuil, actuellement centrale hydroélectrique Sireuil - en écart - Cadastre : 1828 B 1278 1990 B 1498, 1504 à 1513, 1534 à 1539, 1545 à 1547, 1554 à 1579, 1589 à 1598, 1628, 1629, 1636 à 1639
    Annexe :
    de France, mais c'est l'instinct du tanneur et le sens avisé de l'industriel né qui l'ont conduite à pas à courir le risque de monter, le premier en France, dans son usine de Paris, la nouvelle sont francs et corsés, même dans les noirs et nuances délicates sur velours, où l'unisson de la teinte d'une clientèle variée, et leur a valu de s'assurer une place de premier rang, tant en France que sur
    Illustration :
    Action de vingt-huit mille francs des Tanneries de Sireuil IVR75_20191600107NUCA
    Historique :
    à Paris et fils de tanneur. Cet industriel du cuir est l'un des premiers en France à avoir testé 1920. En 1920, une revue technique présente les Tanneries de Sireuil parmi les plus grandes de France troisième de France dans les années 1960. Cependant, la baisse d’utilisation du cuir dans l’agriculture et
    Référence documentaire :
    p. 364-373 Bulletin des lois du royaume de France, IXe série, Tome 28, Paris : imprimerie nationale
  • Château, haut fourneau, affinerie, laminoir, dit forge de l'Age
    Château, haut fourneau, affinerie, laminoir, dit forge de l'Age Chirac - l' Age - en écart - Cadastre : 1833 F 1148 1990 F 1 à 11, 196 à 198, 838 à 843
    Annexe :
    des tarifs d'entrée élevés, arrivait à introduire en France, ses excellents fers au bois à des prix entre la France et la Grande-Bretagne, du 23 janvier 1860. Le deuxième article additionnel à ce traité traité) du 16 novembre 1860. Puis le traité de commerce entre la France et les Royaumes-Unis de Suède et d'environ 2500 kgs et par an, d'environ 900 tonnes grises d'affinage dont le revient était de 170 francs l'extraction, ils revenaient en forge, à 15 françs par mille kgs. Tous ces minerais étaient lavés et les
  • Haut fourneau, dit Forge de la Mothe
    Haut fourneau, dit Forge de la Mothe Feuillade - la Mothe - en écart - Cadastre : 1833 B 354 à 358 1990 B 327
    Annexe :
    concentrés dans le Nontronnais, qui constituait, alors, la sixième région sidérurgique de France
1