Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
  • Ancienne maison du passeur, ferme, actuellement maison
    Ancienne maison du passeur, ferme, actuellement maison La Bussière - le Port - en écart - Cadastre : 2011 H 477
    Historique :
    loger le passeur (ou fermier) du bac de Busserais, pour la somme de 2971,37 francs, avec une souscription de 307 francs de la mairie. Le terrain a été remis gracieusement par M. Hélion En juin 1880, les , l’État finance pour 500 francs la construction d'annexes à la maison du fermier du bac, à savoir un four s'étant élevées à 2744,59 francs (dont 2700 sur le budget de 1880), il reste 526,78 francs de crédit , l’État débloque 71,37 francs supplémentaires pour la construction de l'annexe. La dépense est affectée au décembre 1897 pour la somme de 1625 francs, sur lesquels la mairie réclame le retour de sa souscription
    Référence documentaire :
    moins-value. La valeur du bac confié à M. Duvigier était évalué en 1850 à 730 francs, celle du matériel remis en novembre 1859 à la commune à 60 francs, la moins-value est donc de 670 francs ; le sieur vendu ; un neuf coûterait 2000 francs, mais l'ancien sous-fermier se propose d'en céder un dont il n'a plus d'usage pour 550 francs ; moyennant 100 francs de travaux, il pourrait être remis en état pour 12 budget de 1900 francs nécessaire à la construction d'un bac pour le passage d'eau de Busserais. 1872, 24 chaussées demande au titre de l'année 1872 " un crédit de 174,20 francs pour solder la retenue de garantie de l'entreprise de construction du bac de Busserais sur la Gartempe (1900 francs avaient été alloués des piétons et accorde un crédit de 110 francs. 1876, 6 juillet : rapport de l'ingénieur ordinaire , l’État ne peut supporter seul toute la dépense [estimée à 3000 francs] de cette construction de maison commune a fait savoir qu'elle ne disposait que de 300 francs ; le conseil général des ponts et chaussées
1