Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 31 - triés par pertinence
  • Hôtel de France
    Hôtel de France Laruns - Eaux-Chaudes - Bourg - en écart - Cadastre : 2018 BE 7
    Titre courant :
    Hôtel de France
    Description :
    Situé à l'entrée du bourg, juste après l'ancienne maison Larrouy, l'hôtel de France est implanté le
    Appellations :
    Hôtel de France
    Illustration :
    Hôtel de France depuis l'hôtel Beauséjour. Stéréoscopie vers 1860-1870. IVR72_20196401782NUC1A Vallée des Eaux-Chaudes au début du 20e siècle. Hôtel de France et établissement thermal Entrée du bourg thermal dans les années 1920. Devant l'hôtel de France. A l'arrière-plan, place de
    Historique :
    Premier établissement à l'entrée de la station, l'hôtel de France est mentionné par Adolphe Moreau l'édifice actuel. A cette époque, l'hôtel de France, alors considéré comme le palace des Eaux-Chaudes décennies et, en particulier, depuis le choléra des années 1884-1885. Dans ce contexte, l'hôtel de France , estimé à 80.000 francs meubles compris, est vendu judiciairement en 1894 pour la somme 37.000 francs. Il pour 10.000 francs malgré son estimation de 50.000 francs. En 1900 et 1905, l'établissement hôtelier station (40 à 60 francs la pension). Après la Seconde Guerre mondiale, l'Entraide Sociale investie
    Référence documentaire :
    AM Laruns. Permis de construire n°98. Hôtel de France, 1961-1965 Permis de construire n° 98. Hôtel de France, 1961-1965. Archives privées. Acte de vente des parcelles BE5 et BE6 (hôtel de France), 1966. Archives privées . Acte de vente des parcelles BE5 et BE6 (hôtel de France), 1966.
  • Cloche (n° 2) dite Nathalie
    Cloche (n° 2) dite Nathalie Eaux-Bonnes - place de l' Église - en village
    Historique :
    de France et maire d'Eaux-Bonnes. La marraine, dont seul le prénom de Nathalie a pu être déchiffré
  • Établissement thermal
    Établissement thermal Laruns - Eaux-Chaudes - Place des Thermes - en écart - Cadastre : 2018 BE 2
    Annexe :
    de 1.000 francs selon une délibération du 20 mai 1855. Cet affermage concerne le premier et le second quart d'heure. Leur plein tarif s'élève à 1 franc, mais des réductions ou gratuités existent en faveur Lombard pour 20.100 francs. La mise en ferme de l'établissement exclut, cette fois, les logements du
    Illustration :
    Vallée des Eaux-Chaudes au début du 20e siècle. Hôtel de France et établissement thermal
    Représentations :
    France (Lorraine, Paris, Périgueux etc.). La galerie des bains des enfants est ornée, sur un carrelage
    Historique :
    francs sont approuvés par le Conseil général le 1er août 1838. Selon la procédure habituelle, le Conseil réclamation de l'entrepreneur Lassalle-Barrère, auquel la commune doit 26.221 francs depuis 1847, Latapie financières qu'elle rencontre depuis l'exécution de ce projet. Après avoir fait deux emprunts de 50.000 francs , cette commission conclut que les travaux s'élèveraient à 140.000 francs. En raison de son manque de moyens, la commune fait inscrire dans le nouveau cahier des charges de l'affermage 150.000 francs de travaux, dont 20.000 francs à effectuer la première année, 15.000 francs la deuxième et 15.000 francs la l'entrepreneur Courtade, qui doit percevoir 30.828 francs, par Isidore Prunet, chaudronnier plombier qui procède recevoir un reliquat de 6.500 francs sous la responsabilité de Leidenfrost en 1892. Au tournant du 20e principales villes de France. A l'initiative d'Albert Guichot, une passerelle est installée en 1954 au-dessus de la route nationale entre l'hôtel de France et les environs de l'établissement afin de sécuriser la
    Référence documentaire :
    P. 129-130. JARRASSÉ Dominique. Les thermes romantiques. Bains et villégiature en France de 1800 à
  • Cloche (n° 1)
    Cloche (n° 1) Eaux-Bonnes - place de l' Église - en village
    Historique :
    juillet 1834 - Pau, 30 janvier 1893), directeur de l'hôtel de France et maire d'Eaux-Bonnes, gendre de Jean Maximien Gardères, le directeur de l'hôtel de France à Pau. La marraine, Marie Sophie Eulalie (de Victoria, intégré après 1863 dans l'hôtel de France des Taverne, déjà mentionné.
  • Hôtel Au Bon coin
    Hôtel Au Bon coin Lurbe-Saint-Christau - Route des Thermes - en village - Cadastre : 2019 OA 151; 263; 423 à 426
    Historique :
    accueille en 2016 le siège de l'association des Vétérans OPEX-ONU-OTAN France, section des Pyrénées
    Référence documentaire :
    Journal Officiel. Création de l'association Vétérans OPEX-ONU-OTAN France, section des Pyrénées Vétérans OPEX-ONU-OTAN France, section des Pyrénées-Atlantiques. Oloron-Sainte-Marie, n°20160011, 12 mars
  • Temple de protestants
    Temple de protestants Eaux-Bonnes - chemin rural dite ancienne route - en village - Cadastre : 2018 AN 257-139
    Historique :
    presbytère, sont estimés à 20.000 francs. L'édifice est non seulement pensé comme un lieu de culte ravivant , notamment un emprunt de 3.000 francs consenti par messieurs Sers de Goja, Forcade et Macdonald ; les aides publiques s'élèvent à 15.500 francs de la commune et à 2.000 francs par le ministère des Cultes. Avant même persévérance des pasteurs Cadier et Frossard, qui ont permis de réunir entre autres 2.500 francs d'origine
  • Ecole primaire et halle, puis maison
    Ecole primaire et halle, puis maison Laruns - Eaux-Chaudes - rue de l' Ecole - en écart - Cadastre : 2018 BE 41
    Historique :
    traitements pour un instituteur et une institutrice - respectivement 800 francs et 700 francs en 1884, puis 1000 francs et 700 francs en 1886. En 1890, l'architecte départemental Émile Doyère est rétribué à hauteur de 940 francs par la commune pour la réalisation de plans et devis concernant des projets d'école
  • Peinture monumentale du tympan intérieur : Le Christ bénissant entre saint Léon de Bayonne et saint Martin
    Peinture monumentale du tympan intérieur : Le Christ bénissant entre saint Léon de Bayonne et saint Martin Pau - rue Henri-IV - en ville
    Historique :
    le traité de 2.000 francs passé avec l'artiste pour la réalisation des travaux. Flandrin vient à Pau
  • Maître-autel (autel, degré, 2 gradins, tabernacle à ailes)
    Maître-autel (autel, degré, 2 gradins, tabernacle à ailes) Eaux-Bonnes - place de l' Église - en village
    Historique :
    laquelle le conseil municipal vote une subvention de 5.000 francs à cet effet. Une délibération du 21 Clementa de Chapartegui, épouse de Fabian Miguel Andres de Abaroa y Urribaren. Ce don de 4.000 francs, fait
    Référence documentaire :
    décembre 1878, "acquisition d'un maître-autel (vote de 5.000 francs)" Registre des délibérations du conseil francs)".
  • Verrière du mur antérieur de la nef : Sacré-Cœur de la Vierge (baie 17)
    Verrière du mur antérieur de la nef : Sacré-Cœur de la Vierge (baie 17) Eaux-Bonnes - place de l' Église - en village
    Historique :
    paiement (150 francs) est signalé en 1881, conjointement à celui d'un "vitrail scène de St Vincent de Paul
  • Orgue
    Orgue Pau - rue Henri-IV - en ville
    Historique :
    à Bordeaux, en mars 1889, pour la somme de 4.045 francs. Il fut finalement vendu à ce dernier et un
  • Peintures monumentales du chœur : Scènes de la vie du Christ
    Peintures monumentales du chœur : Scènes de la vie du Christ Pau - rue Henri-IV - en ville
    Historique :
    chœur. Les travaux sont financés par le don de 10.000 francs d'un riche hivernant, Monsieur Hubert, en
  • Hippodrome de Monplaisir
    Hippodrome de Monplaisir Gère-Bélesten - Quartier Montplaisir - - en village - Cadastre : 2018 000 AE 01 66-161 Implanté entre la route nationale et le cours d'eau, l'hippodrome pouvait également s'étendre sur des parcelles désormais loties.
    Historique :
    , par exemple en 1881, y engagea plus de 7.000 francs de dépenses pour le renforcement des tribunes et des entrées fixées entre 2 et 8 francs, atteignait 639 francs, soit une fréquentation de seulement deux cent cinquante personnes environ, tandis que les subventions communales atteignaient 3000 francs
  • Maquette de la station thermale des Eaux-Chaudes
    Maquette de la station thermale des Eaux-Chaudes Laruns - Eaux-Chaudes - Place Henri-IV - en écart - Cadastre : 2018 BE 26
    Illustration :
    Détail de l'entrée du bourg, avec hôtel de France (à gauche) et établissement thermal (à droite
    Historique :
    l'apogée du thermalisme en France, dans les années 1880. Cette maquette permet en outre de visualiser des géographiques de France. La présence de l'hémicycle du Rey à l'établissement thermal confirme que la maquette
  • Verrière du collatéral gauche : Saint Vincent de Paul recueillant des enfants abandonnés (baie 11)
    Verrière du collatéral gauche : Saint Vincent de Paul recueillant des enfants abandonnés (baie 11) Eaux-Bonnes - place de l' Église - en village
    Historique :
    paiement du "vitrail scène de St Vincent de Paul" (200 francs) fut enregistré la même année dans le
  • Usine Electra ou Villa de l'Électricité
    Usine Electra ou Villa de l'Électricité Eaux-Bonnes - Pont d'Aas - V.C. n° 8 d'Eaux-Bonnes à Aas - isolé - Cadastre : 2018 AN 81
    Historique :
    de 1160 francs, correspondant à un bail de 30 ans contre une indemnité annuelle de 40 francs (soit rachetée par la commune pour la somme de 24.439 francs. L'exploitation en fut concédée aux entrepreneurs
  • Chapelle, puis église paroissiale de la Sainte-Trinité
    Chapelle, puis église paroissiale de la Sainte-Trinité Laruns - Eaux-Chaudes - Place de l' Église - en écart - Cadastre : 2018 BE 11
    Illustration :
    Entrée du bourg thermal dans les années 1920. Devant l'hôtel de France. A l'arrière-plan, place de
    Historique :
    somme de 12.500 francs, en 1827 d'après les plans et le projet de l'ingénieur Cailloux signés le 12 mars disposition d'un logement et une somme de 300 francs à verser au futur curé et, en parallèle, il prie l'évêque de solliciter 350 francs au ministère des Cultes. En 1854 puis en 1857, dans ses rapports annuels sur conseil municipal à l'unanimité - car il est jugé "d'utilité publique" -, pour la somme de 530 francs. Un second vote la même année octroie 205 francs pour l'entretien du culte en faveur de la fabrique de l'église, dont les ressources sont insuffisantes. La commune renouvelle son aide à hauteur de 150 francs en
  • Peintures décoratives du chœur
    Peintures décoratives du chœur Pau - rue Henri-IV - en ville
    Historique :
    Courtignon, peintre demeurant à Bayonne" pour la somme de 14.993,08 francs, dont 14.000 versés en acompte. Le
  • Verrière de la rose de la tribune : Saint Louis IX (baie 111)
    Verrière de la rose de la tribune : Saint Louis IX (baie 111) Eaux-Bonnes - place de l' Église - en village
    Historique :
    comte de Chambord (1820-1883), dernier des Bourbons de France et prétendant au trône sous le nom d’Henri
  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste-Notre-Dame-des-Infirmes
    Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste-Notre-Dame-des-Infirmes Eaux-Bonnes - place de l' Église - en village - Cadastre : 2018 AN 158
    Historique :
    Cailloux en 1828 pour la somme de 25.000 francs. Cet investissement conséquent démontre bien, dès cette -Bretagne ou Eugène-E. Viollet-le-Duc en France, le gothique permet en effet un retour aux sources et à à hauteur d'un million de francs auprès du Crédit Foncier de France afin de mener à bien le chantier financement de 5.000 francs en vue de la commande d'un maître-autel particulièrement raffiné, auquel il souhaite consacrer 9.000 francs. Il s'engage en contre-partie à obtenir une partie de la somme nécessaire où furent dérobés l'ostensoir, estimé à 350 francs, et le ciboire, évalué à 2.000 francs. La
    Référence documentaire :
    JARRASSÉ Dominique. Les thermes romantiques. Bains et villégiature en France de 1800 à 1850