Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
  • Repaire noble de La Dauradie, autrement appelé "de Féletz", puis "château", puis ferme
    Repaire noble de La Dauradie, autrement appelé "de Féletz", puis "château", puis ferme Aubas - Féletz - isolé - Cadastre : 1813 A3 1257 2013 ZC 114 à 118
    Représentations :
    cheveux mi-longs (Étienne de Féletz ?) coiffé d'un béret "à la mode de France" à longue plume (très
    Texte libre :
    le citoyen Émery Lacour pour la somme de 12 100 francs [12]. Il revient peu après (avant 1813) à Jean -longs ondulés et coiffé d’un béret "à la mode de France" avec une grande plume ou des décors : l’importance – rare, y compris dans le reste de la France – d’un décor sculpté de figures d’hommes et d’animaux courante en France au XVIe siècle [21]), les deux espaces constituant le même volume, uni structurellement la France, et tout particulièrement en Périgord : des œuvres que l'on pensait jusqu'ici directement
    Historique :
    pour la somme de 12 100 francs. Il revient ensuite (avant 1813) à Jean Martin, habitant de Montignac
  • Voie navigable : la Vézère et canal, dit canal du Duc de Bordeaux
    Voie navigable : la Vézère et canal, dit canal du Duc de Bordeaux Aubas
    Historique :
    être livré en 1835 pour un coût global de 5 millions de francs. Six écluses à sas seront réalisées
    Référence documentaire :
    p. 626-635 DUTENS Joseph Michel. Histoire de la navigation en France DUTENS Joseph Michel . Histoire de la navigation en France. Vol. 1, Paris : A Sautelet et Cie, 1829. REVERDY Georges. Les travaux publics en France 1817 - 1847. Paris : Presses de l'école nationale
  • Ancienne métairie de Féletz, appelée "la Borie de Féletz", aujourd'hui maison et ferme
    Ancienne métairie de Féletz, appelée "la Borie de Féletz", aujourd'hui maison et ferme Aubas - Féletz - isolé - Cadastre : 1813 A3 1046 et 1047 2013 ZC 123 à 125
    Historique :
    et acquis par le citoyen Émery Lacour pour la somme de 12 100 francs. Il est revendu peu après (avant
1