Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 81 - triés par pertinence
  • Cimetière
    Cimetière Jouhet - le Bourg - rue Saint-Germain - en village - Cadastre : 1840 A6 1763 2016 A6 1058, 1377, 1379
    Description :
    Narcisse Maréchal, en marbre, est exceptionnel. Quelques tombes de soldats morts pour la France font
    Annexe :
    somme de 400 [francs] et celle de la construction des murs, de ma croix et de la porte à 3865,50 francs ; la dépense totale s'élève à 4265,50 francs. Pour couvrir cette dépense, la c[ommu]ne n'a aucune 569,96 francs. Il résulte donc un excédent de dépense de 3696,54 francs. Notre ancien, digne et regretté de l’État [?] dép[artemen]t un secours de trois mille six cent quatre-vingt-seize francs cinquante
    Historique :
    pour une réparation à la croix (5 francs) et aux barrières (58 francs) du cimetière. Il est agrandi en
    Référence documentaire :
    1852-1853. Travaux de réparation à l'église (couverture) pour 608 francs, à la croix du cimetière pour 5 francs et aux barrières du cimetière pour 58 francs. Le budget est assuré par un impôt francs. 1874, 1er mai : devis estimatif des murs de clôture à construire au cimetière de la commune de Jouhet signé A. Joyaux, géomètre, murs de clôture 3416,50 francs ; grande porte d'entrée 140 francs ; croix et allées : 309 francs ; total 3865,50 francs. 1874, 7 mai : demande d'un secours pour
  • Ciboire 2
    Ciboire 2 Orches - en village
    Référence documentaire :
    p. 259 Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Région Ile-de -France. [Réd] Catherine Arminjon, James Beaupuis et al... Dictionnaire des poinçons de fabricants
  • Maison et commerce, ancienne auberge du Lion-d'Or
    Maison et commerce, ancienne auberge du Lion-d'Or Croutelle - le Bourg - 66 et 68 Grand-Rue - en village - Cadastre : 1837 B 74 2004 AA 191
    Historique :
    -Blanc (1762-1788) ou l´Ecu de France (1768-1788). Le bâtiment a vraisemblablement connu des
  • Carrières d'Ensoulesse
    Carrières d'Ensoulesse Montamisé - Ensoulesse - isolé - Cadastre : 2004 AA 180 à 190, 200 à 209, 298
    Description :
    constitue souvent la limite nord d'expansion en France : astragale de Montpellier, différentes espèces
  • Prieuré, aujourd'hui église Notre-Dame
    Prieuré, aujourd'hui église Notre-Dame Jouhet - le Bourg - en village - Cadastre : 1943 H3 455 [Idem en 2016] 1840 H3 767
    Description :
    l'ancienne cloche fêlée, Henriette Noémie et Marie-Paulette, dédiée aux morts pour la France). Le chevet est
    Historique :
    du presbytère, porte intérieure. En 1852, un budget de 608 francs est voté pour faire des réparations par délibération municipale le 22 juin 1885 pour une somme totale de 1130,93 francs. Un secours de 400 francs est accordé par la commune au conseil de fabrique pour financer ces travaux.
    Référence documentaire :
    1852-1853. Travaux de réparation à l'église (couverture) pour 608 francs, à la croix du cimetière pour 5 francs et aux barrières du cimetière pour 58 francs. Le budget est assuré par un impôt francs. 1885, 22 juin : approbation pour un secours de 400 francs de la commune au conseil de fabrique pour la construction de la sacristie suivant les plans et devis de 1130,93 francs dressés le 22 mai 1885, 22 mai. Approbation du devis de 1130,93 francs. Souilloux (Pouilloux?) entrepreneur. p. 79 Crozet, René. Dictionnaire des églises de France. Paris : Robert Laffont, 1967, tome IIIc p. 328 Mussat, André. Le style gothique dans l'Ouest de la France. Paris : Picard, 1963.
  • Bac du bourg de Saulgé
    Bac du bourg de Saulgé Saulgé - le Bourg - RD 116 - en village
    Historique :
    appartient au fermier et est estimé à 900 francs. Dans l'état des bacs de 1866, il est indiqué que ce bac n'a
  • Bac (passage d'eau) sur la Gartempe à Nalliers, aujourd'hui jardin public et aires de pique-nique
    Bac (passage d'eau) sur la Gartempe à Nalliers, aujourd'hui jardin public et aires de pique-nique Nalliers - en village
    Annexe :
    cent soixante dix francs, ci 770,-. 2° Un batelet ayant six mètres de longueur, un mètre quarante à soixante quinze francs ci 75,-. Total huit cent quarante cinq francs ci 845,- De tout quoi j'ai annuelle (1857). " Le Sr Barbara Étienne fermier moyennant le prix annuel de 17,00 francs (bail du 1er nécessaires à l'exploitation de ses établissements ruraux et industriels, il fut condamné en deux cents francs son vu et su et de son consentement, Condamnons ce dernier en six francs de dommages intérêts envers le demandeur et en tous les dépens liquidés à la somme de onze francs quarante quatre centimes en ce quatre folio cent quatre-vingt dix-neuf recto case cinq Reçu un franc décime dix centimes signé adjudicataire des droits de passage pour six années à partir du 1er janvier 1844, moyennant cent francs par an peu près une somme de 600 francs, sont à la charge de M. Fruchon, il y a là préjudice grave pour celui duquel l'administration a fait des frais et qui produit un revenu de cent francs au trésor. On peut faire
    Historique :
    préfet demande un rapport sur le fait que l'ancien fermier n'a porté que 90 francs alors que le bail relevait auparavant de 170 francs. Le 1er janvier 1850, une description précise et une estimation du annuel de 17,00 francs (bail du 1er janvier 1850 au 31 décembre 1858). Au milieu du 19e siècle, la mairie francs. Le bateau est en mauvais état (mais moins mauvais que celui de Busserais). L'ancien fermier , Étienne Barbara, doit payer à l’État une moins-value du matériel du bac de 280 francs. La commune d'abordage de bac de Nalliers (900 francs). Ces travaux sont refusés par le préfet dans une note du 6 août Nalliers, fermière du bac, pour la somme de 320 francs. Ce bac est équipé d'accessoires appartenant à , appartenant à l’État, " estimé à 300 francs, auquel il a été fait 203,73 francs de réparations et qui a coûté 100 francs de transport entre Maillé d'où il vient et Nalliers où il est " ; il est équipé de cinq de 620 francs, ont été réalisés sur les rampes d'abordage suite au rapport sur la dangerosité des
    Référence documentaire :
    moins-value. La valeur du bac confié à M. Duvigier était évalué en 1850 à 730 francs, celle du matériel remis en novembre 1859 à la commune à 60 francs, la moins-value est donc de 670 francs ; le sieur vendu ; un neuf coûterait 2000 francs, mais l'ancien sous-fermier se propose d'en céder un dont il n'a plus d'usage pour 550 francs ; moyennant 100 francs de travaux, il pourrait être remis en état pour 12 budget de 1900 francs nécessaire à la construction d'un bac pour le passage d'eau de Busserais. 1872, 24 chaussées demande au titre de l'année 1872 " un crédit de 174,20 francs pour solder la retenue de garantie de l'entreprise de construction du bac de Busserais sur la Gartempe (1900 francs avaient été alloués des piétons et accorde un crédit de 110 francs. 1876, 6 juillet : rapport de l'ingénieur ordinaire , l’État ne peut supporter seul toute la dépense [estimée à 3000 francs] de cette construction de maison commune a fait savoir qu'elle ne disposait que de 300 francs ; le conseil général des ponts et chaussées
  • Manoir de Mortier
    Manoir de Mortier Montamisé - Mortier - 41, 43 et 45 rue de Mortier - en écart - Cadastre : 1817 G2 47 et 50 2004 BB 53, 56 et 57
    Annexe :
    de fermiers. La vente est faite moyennant 36000 francs. Une moitié de ce domaine appartient aux , architecte, et Radegonde-Elisabeth Pavie son épouse, demeurant à Poitiers, pour 8493 francs et une rente viagère de 600 francs. Les Boisson en étaient propriétaires selon les mêmes procès-verbaux d'adjudications
    Texte libre :
    , trésorier de France à Poitiers, est à la fois sieur de Mortier, comme avant lui son beau-père, Simon Le Rousseau, sieur de La Salle, trésorier de France au bureau des finances de Poitiers, seigneur de Mortier France. A la suite de l´émigration de Charles-Aimé Fouqueteau de Mortier, qui combat dans les armées
  • Château
    Château Montreuil-Bonnin - en village
    Observation :
    Ayant appartenu tour à tour aux Plantagenêt, jusqu'en 1204, au roi de France, puis aux Lusignan, le
    Historique :
    il apparaît dans la liste des châteaux du roi de France. Philippe Auguste le donne à un fidèle est qualifié de « seigneur de Marli et de Montreuil » (97). En 1230, le roi de France donne le château enlevées par le roi de France au comte de la Marche. Guillaume de Nangis raconte comment Louis IX « assist , Annales d’Aquitaine, faits et gestes des rois de France et d’Angleterre... jusqu’en l’an 1535, Poitiers des inscriptions de la France médiévale, vol. 1, 1975, Poitou-Charentes 2, Vienne, p. 56-60 Guillaume de Nangis, éd. Dom Bouquet, Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. 20, p. 335. 13
  • Ancien prieuré, aujourd'hui bâtiments administratifs, associatifs, conservatoire de musique et logements
    Ancien prieuré, aujourd'hui bâtiments administratifs, associatifs, conservatoire de musique et logements Lencloître - 3 place Robert d'Arbrissel - en ville - Cadastre : 2016 AL Parcelles 236, 237, 238, 239, 286, 435, 443, 244, 245, 330, 547, 207, 206, 458
    Référence documentaire :
    Religion. In. Revue d'histoire de l'Eglise de France, tome 65, n°174, 1979. La Réforme des réguliers en France de la fin du XVe siècle à la fin des guerre de religion. pp 107-117. De Viguerie, Jean. La réforme l'Eglise de France, tome 65, n°174, 1979. La Réforme des réguliers en France de la fin du XVe siècle à la
  • Hameau de Maleray
    Hameau de Maleray Leigné-les-Bois - Maleray - en écart
    Référence documentaire :
    p. 2140 Joanne, Paul. Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies administratif de la France et de ses colonies, Tome quatrième. Librairie Hachette et Cie, Paris, 1896.
  • Église Saint-Martin
    Église Saint-Martin Brion - rue de la Viguerie - en village - Cadastre : 1812 B2 398 2009 AC 1
    Historique :
    . Pineau, conseiller municipal de Brion, fait un don de 2 500 francs à la commune et le ministère des cultes accorde une aide 1 400 francs ; la somme réunie permet la construction d´une première chapelle
    Référence documentaire :
    un don de 150 francs de M. Pineau pour construire une chapelle dans le côté droit de l'église (contre de 1500 francs pour la restauration de l'église. 1870, 14 avril : le ministère de la justice et des 1200 francs pour la construction d'une chapelle. 1872, 25 juillet : le ministère de l'instruction publique et des cultes accorde un secours de 1500 francs pour la restauration de l'église. 1874, 31 août  : le ministère de l'instruction publique et des cultes accorde un secours de 1000 francs pour des
  • Château de la Trompaudière, aujourd'hui ferme
    Château de la Trompaudière, aujourd'hui ferme Coussay-les-Bois - La Trompaudière - 12 chemin de la Trompaudière - isolé - Cadastre : 1833 I 258, 259, 260 2018 ZO 112, 113
    Référence documentaire :
    p. 7, 8 M. le Chevalier de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, des , précédée de la généalogie de la maison de France, Tome 1er, Paris, 1822. , chasteaux, plans, forteresses, vestiges d'Antiquité, maisons modernes et autres du Royaume de France, mise
  • Église paroissiale Saint-Gaudent
    Église paroissiale Saint-Gaudent Sommières-du-Clain - en village - Cadastre : 1812 G1 7 1988 BD 91 2010 BD 91
    Référence documentaire :
    , 13 juin : le ministère de la justice et des cultes accorde un secours de 1500 francs pour la et que le nouveau devis de 3500 francs concerne l'intérieur de l'église). 1877, 14 juillet : le ministère de l'instruction publique et des cultes accorde un secours supplémentaire de 800 francs pour les cultes accorde un secours de 250 francs pour l'achat d'objets mobiliers (dans son avis, l'évêque évoque secours du ministère des cultes pour une restructuration du presbytère (devis total de 12060 francs , budget communal de 7060 francs). 1920, 26 février : bénédiction du nouveau chemin de croix. p. 164 Crozet, René. Dictionnaire des églises de France. Paris : Robert Laffont, 1967, tome IIIc des inscriptions de la France médiévale. T. I-2 : Département de la Vienne (excepté la ville de ), 2001. (Monographies des villes et villages de France ; 1434).
  • Ancien presbytère, actuellement mairie
    Ancien presbytère, actuellement mairie Leigné-les-Bois - Le bourg - place de l'église - en village - Cadastre : 1833 G 45 201 AT 90
    Historique :
    Leigné-les-Bois. À cette date, il est vendu à la commune pour 4000 francs. Il retrouve alors sa vocation
  • Passage (bac) de Barbousseau
    Passage (bac) de Barbousseau Saint-Pierre-de-Maillé - le Barbousseau - en village - Cadastre : 1826 L1, B, M1 L1 3, B 171, M1 1120 et domaine public 1961 L 21 2018 AE 237 AE 237 maison du passeur ; bac = domaine public et parcelles riveraines
    Annexe :
    l'acquérir, si la commune veut le céder pour le prix de 300,00 francs. Le soussigné a écrit au maire pour lui a coûté 900,00 francs et qu'on n'en trouverait pas le quart aujourd'hui soit 225,00 francs. Mais encore à 400 francs. Toutefois, il faudra le réparer et le transporter à sa destination, et pour l’État , il ne vaut pas actuellement pris à Maillé plus de 300,00 francs, ce qui portera son prix total de revient à environ 480 francs. Le prix des pontons sera de 20 francs environ, soit un total de 500,00 francs. On ne saurait statuer sur cette question sans résoudre en même temps celle de la destination du longtemps abandonné dans l'eau, n'a été estimé, à la mise en jouissance du nouveau bail, que 55,00 francs et celui à remplacer. Les fonds alloués sont : Pour le passage de Busserais de 410,00 francs Pour le passage de Nalliers de 340 francs La dépense dans le système proposé pour Nalliers en se réduisant au plus strict nécessaire de 500,00 francs. Busserais pourrait fournir l'excédent, soit 160,00 francs et
    Historique :
    francs ; le matériel appartient à la commune. En 1840, trois embarcations desservent le passage d'eau prix du grand bateau est estimé à 1000 francs et celui du petit bateau à 135 francs, le total avec le petit matériel à 1370 francs, appartenant au fermier (ici la commune). La commune, représentée par son pour 1 an), moyennant un fermage de 23 francs. La commune souhaite acheter à l’État le bateau et la
    Référence documentaire :
    de Barbusseau et de ses pontons à la commune de Nalliers pour la somme de 320 francs.
  • Tombeau de la famille Bain de la Coquerie
    Tombeau de la famille Bain de la Coquerie Poitiers - Chilvert - secteur 8 Cimetière - en ville - Cadastre : 2004 BE 83
    Historique :
    de Henry de Curzon, mort pour la France à Stralkovo (Pologne) le 18 mai 1918 à 36 ans. La stèle du
  • Maison du passeur de Barbousseau
    Maison du passeur de Barbousseau Saint-Pierre-de-Maillé - le Barbousseau - en village - Cadastre : 1826 B 171 1961 L 21 2018 AE 237
    Annexe :
    francs 00 (bail du 1er janvier 1850 au 31 décembre 1858). Procès-verbal de visite annuelle dressé
    Référence documentaire :
    de Barbusseau et de ses pontons à la commune de Nalliers pour la somme de 320 francs.
  • Champ de foire
    Champ de foire Lencloître - place du Champ de Foire - en ville - Cadastre : 2016 Le champ de foire n'est pas cadastré. Il est à cheval sur les sections AL et AM.
    Description :
    Chevrieux pour 12000 francs. Autrefois planté d'ormes et de peupliers, le champ de foire arbore désormais
  • Prieuré, aujourd'hui église Saint-Pierre
    Prieuré, aujourd'hui église Saint-Pierre Chatain - en village - Cadastre : 1834 E1 286 2008 AB 155
    Annexe :
    archives diocésaines de l'évêché de Poitiers. Legs de 12000 francs de Madame Théolinde Brouillet (décédée puis 20000 francs ; la commune et le curé demandent que le legs soit réaffecté à la restauration plutôt alors chiffrés entre 25000 et 30000 francs, somme dont personne ne dispose). Il est aussi question des intérêts générés par les 12000 francs et évalués à 600 francs par an, que le notaire déclare ne pas faire charge de la commune. 1882, 5 mai : dans une lettre, le curé de Chatain accuse réception des 12000 francs rembourser ces 12000 francs à l'évêque. 1883, 17 août : récapitulatif par un huissier mandaté par sœur Saint les 12000 francs plus les intérêts générés.
    Référence documentaire :
    p. 41 Crozet, René. Dictionnaire des églises de France. Paris : Robert Laffont, 1967, tome IIIc p. 144 Semur, F. Abbayes, prieurés et commanderies de l'ancienne France vers IVe siècle - vers
1 2 3 4 5 Suivant