Logo ={0} - Retour à l'accueil

Voie ferrée

Dossier IA79000769 réalisé en 2000

Fiche

Œuvres contenues

Dénominationsvoie ferrée
Aire d'étude et cantonCelles-sur-Belle - Celles-sur-Belle
Adresse

Après différents projets, la voie ferrée de Niort à Ruffec qui traverse le nord de ce canton a été décidée vers 1880. L'ensemble de la voie et des équipements divers : gares de Mougon-Tauché et de Celles-sur-Belle, maisons de garde-barrière bâties selon le modèle avec appentis, ponts... ont été construits entre 1885 et 1892. Après avoir été installée par l'Administration des Chemins de fer de l'Etat, elle a été gérée à partir de 1936 par la Société nationale des chemins de fer français (S.N.C.F.). Cette voie entrait dans le canton sur le territoire de la commune de Sainte-Blandine, qu'elle traversait au nord d'ouest en est. Aux croisements avec des chemins et des routes se succédaient maisons de garde-barrière, ponts et viaducs. L'exploitation de cette voie s'est arrêtée dans le troisième quart du 20e siècle et un grand nombre de bâtiments, notamment les maisons de garde-barrière, ont été aliénés dans le quatrième quart du 20e siècle. De la gare de Mougon-Tauché, comprenant à l'origine une lampisterie et des cabinets d'aisance, un hangar d'abri, ainsi qu'une halle des marchandises et un pont à bascule, seul le bâtiment de la gare, devenu une habitation particulière, subsiste. Le puits creusé à côté de cette gare existe toujours. La gare de Celles-sur-Belle est utilisée comme école de musique. La voie a été démontée en différents endroits pour aménager un sentier de découverte et de randonnée.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle

La voie ferrée est liée à cinq types de constructions : les gares, les maisons de garde-barrière, le café de la gare de Celles-sur-Belle, les ponts et le viaduc de Virelebanc à Beaussais. Deux anciennes gares ont été repérées, une à Celles-sur-Belle et l'autre à Sainte-Blandine. La gare de Celles, à façade à trois travées, a une toiture à longs pans et croupes couverte d'ardoise ; toutes les élévations sont sommées d'une corniche moulurée et le niveau de l'étage est souligné par un bandeau d'appui ; le chaînage est traité en forme de pilastre plat ; un escalier tournant en bois, avec le départ de rampe d'appui en fonte moulée, permettait l'accès au logement à l'étage. La gare de Mougon-Tauché à Sainte-Blandine a une façade sur le mur gouttereau à deux travées et possède un étage carré. La toiture est à longs pans couverte d'ardoise. Cette gare possèdait autrefois un puits. Les maisons de garde-barrière, au nombre de six, ont des toitures à longs pans couvrant les pignons, couvertes de tuile mécanique. Les chaînages sont harpés et les souches de cheminée sont en briques. Pour ce qui est des parties constituantes, seules les maisons de garde-barrière de la Voie et de Garochet à Celles-sur-Belle ont une cour ; celle de Garochet dispose également d'un puits. Le café de la gare de Celles présente une façade à trois travées, une toiture à longs pans et demi croupe, couverte de tuile mécanique ; le niveau de l'étage est souligné par un bandeau d'appui ; le chaînage est harpé. Huit ponts ont été recensés dans le canton. Six sont composés d'une arche en plein cintre, les deux autres sont formés par un tablier posé sur deux talus. Tous ces ponts sont construits en pierre de taille.

Murscalcaire
moellon
pierre de taille
Toittuile creuse, ardoise, tuile mécanique
Couverturestoit à longs pans
croupe
pignon couvert
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant en charpente
Typologieslogement à façade en gouttereau ; deux travées ; trois travées

Les maisons de garde-barrière n°16, située sur le territoire de la commune de Sainte-Blandine, et 21, située près de l'ancienne gare de Celles, ont conservée un caractère authentique.

Statut de la propriétépropriété publique
propriété privée

Annexes

  • SAINTE-BLANDINE :

    Maison de garde barrière, au lieu-dit Fief des Galipes (18... A 691). Démolie.

    Maison de garde barrière n°16, au lieu-dit Champ de Mougon, au croisement des chemins départementaux 324 et 108 (18... A 545). Habitation privée.

    Gare de Tauché-Mougon, au lieu-dit la Gare. Habitation privée.

    Maison de garde barrière, au lieu-dit Maisonnette du chemin de Thorigné, au croisement des chemins départementaux 304 et 108 (18... A 500). Habitation privée.

    Maison de garde barrière (18... A 358 ; 1967 A. 641, 976). Habitation privée.

    CELLES-SUR-BELLE / THORIGNE (?) :

    Pont de Bizon.

    CELLES-SUR-BELLE :

    Pont de la Vioche, chemin rural de Viré (1981 AT/AV).

    Maison de garde barrière n°20, au lieu-dit Haut de la Voie (1817 B 59 ; 1981 AV). Habitation privée.

    Maison de garde barrière, en village (1817 C 187 ; 1981 AI 1).

    Gare, en village (1817 C 188 ; 1981 AI 123). Ecole de musique.

    Café de la gare, en village (1981 AH 189). Café-restaurant.

    Pont, au lieu-dit Garochet (1981 AI 136). Désaffecté.

    Maison de garde barrière, au lieu-dit Garochet-ouest (1981 AC 83). Habitation privée.

    Pont de Maquelin, au lieu-dit Garochet (1981 AC 77).

    Pont de Fontardiou, au lieu-dit Fontardiou (1981 AK 162).

    Passage d'eau, au lieu-dit Fontardiou (1981 AK 74).

    Pont (1981 AL 29).

    Pont de la Maison-Neuve, au lieu-dit la Maison-Neuve (1963 AL 25).

    Maison de garde barrière (1963 AL 126). Démolie.

    BEAUSSAIS :

    Viaduc, au lieu-dit Vireleblanc (1946 D2 256).

  • Voie ferrée de Niort à Ruffec :

    La voie ferrée de Niort à Ruffec a été installée dans le canton de Celles-sur-Belle à la fin du 19e siècle.

    Les différents types de bâtiments (gare, lampisterie, hangar d'abri, halle de marchandises, pont à bascule), maisons de garde-barrière et ouvrages d'art, ponts et viaducs, ont été bâtis entre 1885 et 1892.

    Cette voie entrait dans le canton sur le territoire de la commune de Sainte-Blandine, qu'elle traversait au nord d'ouest en est. Quatre maisons de garde-barrière du type "maison avec appentis" se succédaient aux croisements avec des chemins et des routes.

    De la gare de Mougon-Tauché, comprenant à l'origine une lampisterie et des cabinets d'aisance, un hangar d'abri, ainsi qu'une halle des marchandises et un pont à bascule, seul le bâtiment de la gare, devenu une habitation particulière, subsiste. Le puits creusé à côté de cette gare existe toujours.

    Ensuite, la voie traverse la commune de Celles d'ouest en est en remontant vers le nord. On y trouve les mêmes types de maison de garde barrière. La gare du chef-lieu de canton était un bâtiment de construction soignée, comparable à une maison de maître de la même période : chaînages en forme de pilastres corniers, bandeaux et corniches moulurées sur toutes les élévations, encadrement des baies mouluré et couverture en ardoise. Le rez-de-chaussée était à usage ferroviaire, tandis que l'étage était vraisemblablement réservé au logement du chef de gare.

    De la même époque doit dater le café de la gare à Celles-sur-Belle, toujours en activité.

    Les ponts sont soit simplement à tablier (la Vioche, Garochet), soit avec une arche en plein cintre et ont des hauteurs différentes. Cependant, la mise en oeuvre a été faite avec les mêmes matériaux, même pour les plus petits ouvrages. L'ouvrage le plus intéressant est peut-être le petit ponceau permettant le passage du ruisseau de Fontardiou sous la voie ferrée en la protégeant des infiltrations.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Liège Aurélie - Pon Charlotte