Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Conseil départemental de la Gironde

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
  • Commune Le Verdon-sur-Mer
  • Adresse
  • Cadastre non cadastré

Les travaux de défense côtière engagés par l’État dans les années 1840 à la Pointe de Grave nécessitent l'installation de voies ferrées (Compagnie des Houillères et Fonderies de Decazeville) pour l'acheminement des matériaux. Sur les cartes de cette époque, on observe une voie ferrée partant du fort de la Pointe, longeant le littoral dans la forêt jusqu'aux Huttes. Une autre ligne dessert le débarcadère de la Chambrette et le port du Verdon, au bord du chenal.

Autre enjeu important, relier Bordeaux à Soulac-Le Verdon : en 1852, un premier projet envisage la construction d'une voie ferrée partant de Bordeaux et aboutissant au Verdon. Des souscripteurs anglais devaient participer à cette opération mais se retirent du projet en 1858. En 1863, le projet est repris avec la constitution de la Compagnie du Chemin de fer du Médoc. Les négociations pour les expropriations prennent du temps et la ligne n'atteint Le Verdon et Soulac qu'en 1875.

Afin de relier la Pointe de Grave, un service de wagonnets à traction animale utilisant la voie ferrée, établie par les Ponts et Chaussées pour alimenter en matériaux les chantiers de défense côtière, est organisé. Un bateau à vapeur permet ensuite de rejoindre Royan. En 1893, on projette de poursuivre la voie de chemin de fer de la gare du Verdon à la Pointe : les travaux sont achevés en 1902 et une gare est construite à la Pointe.

Dans les années 1930, l'aménagement du môle d'escale avec une gare maritime entraîne l'électrification de la ligne du Médoc.

Dans les années 1980, un petit train touristique relie la pointe du Verdon à la plage des Cantines ; il est encore en fonction de nos jours.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle

L'actuelle voie de chemin de fer reliant Bordeaux au Verdon passe par Soulac, traverse la forêt et bifurque vers le bourg et la gare du Verdon. Un tronçon desservait également la gare maritime du môle d'escale : les rails sont encore visibles sur les terrains du Port Autonome de Bordeaux à l'est du village.

En été, quelques trains desservent encore la gare de la Pointe de Grave.

Un petit train touristique emprunte les anciennes voies des Ponts et Chaussées pour relier la Pointe de Grave à la plage des Arros.

Documents d'archives

  • AC Le Verdon-sur-Mer. Registre des délibérations, 1874-1909.

    Archives communales, Le Verdon-sur-Mer
  • Registre de délibérations, 1909-1923.

    Archives communales, Le Verdon-sur-Mer
  • 8ème section - Travaux maritimes, Pointe de Grave - Affaires diverses, 1854-1944.

    Archives départementales de la Gironde : Fonds du Port Autonome, 2002-86-926

Bibliographie

  • CHANUC, Lucien. Un centenaire : le chemin de fer du Médoc. Bordeaux, 1973.

Annexes

  • Documentation complémentaire
Date d'enquête 2012 ; Dernière mise à jour en 2013
(c) Conseil départemental de la Gironde
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Articulation des dossiers