Dossier IA64002972 | Réalisé par
Ehlinger Maïté
Ehlinger Maïté

Chargée d'inventaire du patrimoine bâti à la mairie de Bidart.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Villa Ttalienia
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Bidart (commune)
  • Commune Bidart
  • Adresse chemin Ttalienea
  • Cadastre 2017 AL 158, 159, 162, 163, 170, 172, 174, 452-455, 610, 674-679
  • Dénominations
    maison
  • Précision dénomination
    maison de villégiature
  • Appellations
    Villa Ttalienia
  • Parties constituantes non étudiées
    conciergerie

A la fin de l'année 1913, Gustave de Malherbe, directeur de la société d'édition et d'impression parisienne, G. de Malherbe et Cie, spécialisée dans l'impression d'affiches, d'estampes décoratives et de catalogues décide de s'installer au Pays Basque. Il prend contact avec l'architecte Louis Gomez installé depuis 1905 à Biarritz pour l'aider à choisir un terrain approprié pour sa future villa. Il souhaite construire une maison habitable et confortable tout au long de l'année. Dans un courrier daté 12 décembre 1913, il précise à Louis Gomez :" je désire quelque chose qui soit bien construit, dans le style du pays." Le terrain choisi est à cheval sur la commune de Guéthary et sur la commune de Bidart. Sur le cadastre ancien de 1831, figurent à l'emplacement du terrain acquis deux bâtiments : Chinchouerenia et Talienia.

Dès début de l'année 1914, Louis Gomez travaille sur les plans de la demeure en respectant les recommandations du commanditaire et une longue correspondance s'amorce entre les deux hommes. Les plans dessinés en cette même année propose une villa de style néo-basque. Les entrepreneurs en charge du chantier sont de Guéthary : Messieurs Doyemart et Goicoetchea. Dès le début du projet, l'aménagement du jardin entourant la propriété est commandé à un certain Maurice Thiomaire de Boulogne-sur-Seine. En avril, une route est projetée afin de relier la propriété au chemin vicinal de Guéthary. La guerre retarde le chantier qui manque d'hommes et de matériaux. On apprend par un courrier du 25 septembre 1915 que Gustave de Malherbe s'est installé dans l'étable Chinchouenia destinée à devenir une écurie, une remise et un garage à la fin de la guerre. En attendant, le maître des lieux a fait installer l'eau potable et a engagé l'ancien fermier qui exploitait les terres pour s'occuper du potager et du semis des arbres prévus dans le projet de jardin. En 1917, Louis Gomez propose des plans pour l'aménagement intérieur de la villa. Les dessins et plans présentent plusieurs cheminées. Le confort si cher au commanditaire provient notamment du système de chauffage central par la vapeur à basse pression. Installée à l'étage de soubassement, la chaudière est reliée à un réseau de conduits dotés de bouches à air chaud aménagées au rez-de-chaussée. L'inscription "Ttalienia 1914-1918" laisserait penser que les travaux étaient achevés en 1918.

En 1949, le propriétaire Mr Cazabon fit appel à Gustave Gélos héritier de la Société des Frères Gélos pour l'aménagement d'un jardin et notamment d'une roseraie semi-circulaire. En comparant le plan des paysagistes et une photographie aérienne de 1949, il semblerait que ce jardin ait bien été réalisé. En 1965, Mr Cazabon, pour répondre à des besoins financiers, a divisé la propriété en 6 lots, mais conserve la villa qui est donc amputée de sa conciergerie. Cette famille a installé dans l'escalier du hall deux médaillons représentant l'histoire de la famille : la tannerie ouverte à Cuba par l'aïeul Pascal Duhalde et un arbre symbolisant la réunion de 3 familles basques : Duhalde, Cazabon et Genin.

Les propriétaires successifs de la villa ont su conserver son authenticité.

La villa construite sur une petite colline présente un plan à retours. Elle comporte un étage de soubassement (pierre), un rez-de-chaussée surélevé (enduit), un étage carré, un étage sous comble et une toiture à deux pans asymétriques débordants. Les deux façades principales sont orientées au sud-est et au nord-ouest, l'une a un porche dans-œuvre à colonnes précédent l'entrée principale, l'autre a une large porte-fenêtre cintrée donnant sur la terrasse du jardin. Les étages présentent un faux pan-de-bois en béton peint orné d'accolade. La pierre de taille est utilisée pour l'encadrement des baies du rez-de-chaussée, pour les consoles des jardinières et pour celles des murs gouttereaux et de refends saillants. Les baies du rez-de-chaussée sont cintrées tandis qu'aux étages elles sont délimitées et encadrées par le dessin du faux pan de bois. Le linteau en pierre de la façade sud est sculpté de croix basques, du nom de la maison, "TTALIENIA" et de la date de construction "1914-1918". Des fausses têtes de tirants en béton peint décorent les façades.

Le rez-de-chaussée se compose d'un porche d'entrée, d'un hall qui dessert au sud, le bureau et le salon, à l'ouest la terrasse, au nord la salle à manger et les pièces de service. Le hall comporte un grand escalier en bois et une cheminée. La cheminée comporte des colonnes en pierre, des jambages en pierre sculptés et un linteau en métal qui présente une inscription en basque : "Ongui ethorri zure echean zare" qui se traduit par "Bienvenue tu es dans ta maison".

Le jardin proposé par la Société Gustave Gélos en 1949 se réduit aux abords de la villa. L'espace triangulaire est délimité par le chemin communal et les deux allées menant à l'exploitation agricole située au nord. Une allée carrossable et arborée monte à la villa, une boucle facilite la circulation automobile. L'angle nord-est est occupé par des massifs d'hortensias tandis qu'au sud une terrasse ombragée est aménagée par une rangée de platanes. L'élément essentiel du jardin est la roseraie qui répète l’hémicycle de la terrasse en pierre. Aujourd'hui, il ne reste de cette roseraie que la haie destinée à la protéger du vent d'ouest.

  • Murs
    • moellon
    • enduit
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, 2 étages de comble
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours cage ouverte
  • Jardins
    pelouse, groupe d'arbres
  • Techniques
    • menuiserie
    • sculpture
    • ferronnerie
  • Représentations
    • accolade
    • agrafe
    • volute
    • triangle symbole régional,
  • Statut de la propriété
    propriété d'une personne privée