Dossier IA64003034 | Réalisé par
Ehlinger Maïté
Ehlinger Maïté

Chargée d'inventaire du patrimoine bâti à la mairie de Bidart.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Villa Mar y Cielo aujourd'hui immeuble à logements
Auteur
Ehlinger Maïté
Ehlinger Maïté

Chargée d'inventaire du patrimoine bâti à la mairie de Bidart.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Commune de Bidart

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Bidart (commune)
  • Commune Bidart
  • Adresse rue des Embruns
  • Cadastre 2017 AO 47, 285
  • Dénominations
    maison
  • Précision dénomination
    maison de villégiature
  • Appellations
    Villa Mar y Cielo
  • Destinations
    maison, immeuble à logements

D'après les matrices cadastrales, à la fin du 19e siècle, la veuve Emma Mort, née Reydellet, possédait la maison Manchoulas située sur la parcelle 14 de la section D du plan cadastral de 1831. Selon l'ouvrage "Bidart, Bidarte", il existait une famille Manchoulas à Bidart depuis au moins le 17e siècle. Emma Mort possédait également la maison "Les tamaris" qu'elle vendit en 1921 au Docteur Peyret. La même année, d'après le registre des constructions nouvelles, elle fit bâtir sur les parcelles 14 et 23 de la section D du cadastre ancien une nouvelle demeure composée d'un pavillon et d'un belvédère. La maison Manchoulas fut alors détruite et le parcellaire remembré pour créer un fonds plus important, la parcelle 23 correspondant au terrain non construit situé en front de mer et entourant les maisons dans ce secteur. Cette construction nouvelle fut déclarée par le biais d'un mandataire, Monsieur Gally. Peu de temps après, la villa fut vendue à Manuel de Lucas, artiste peintre. Ce dernier fit appel à la société d'horticulture des Frères Gélos afin d'aménager un jardin ambitieux autour de la demeure. D'après le projet des frères Gélos, la composition était structurée par deux allées correspondant l'une à l'axe d'entrée et l'autre à un axe nord-sud sur toute la largeur de la parcelle. Ce dernier, au nord, conduit à un jardin isolé dont l'allée conduit à un atelier de peinture prenant ses vues sur l'océan. La parcelle comprenait également une conciergerie-garage indépendante de la villa, la villa proprement dite, un puits et un potager pour six personnes. Le tracé du jardin était encore visible sur la photographie aérienne de 1947.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la villa fut vendue à Henri Lécluse domicilié à Fussy (Cher), puis elle fut occupée par l'armée allemande. Deux édifices composant le Mur de l'Atlantique furent construits sur la propriété. Au sud de la villa, une casemate de type 612 abritant un canon de campagne et au nord un abris de type 501.

En 1947, le décorateur Robert Delagoutte acheta la propriété, puis en 1956 il la divisa en trois lots : un premier lot comportait la villa Mar y Cielo, le second l'ancienne conciergerie-garage transformée en habitation et la casemate de type 6112 et le troisième, l'atelier construit en 1948 et l'abri de type 501. Ce dernier lots fut modifié en 1959 pour séparer l'atelier de l'abri qui devint un terrain constructible. En 2014, la villa Mar y Cielo fut rachetée par la société Ongi Etorri qui la transforma en immeuble à logements. Un parking fut alors aménagé devant la façade sur rue et le jardin fut également divisé.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 20e siècle
    • Principale : 2e quart 20e siècle
    • Principale : 3e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1921, daté par source
    • 1940, daté par source

Située au nord de l'embouchure de l'Uhabia, la maison surplombe la plage du même nom. Elle se compose de deux volumes formant un plan à retours. Le premier volume se développe vers l'ouest, il comporte un rez-de-chaussée, un étage carré et une toiture à deux pans symétriques. Le second volume est accolé à la façade nord du premier. De plan massé, il comporte un rez-de-chaussée, deux étages carrés et d'une toiture en pavillon. Les façades sont enduites. La hauteur du niveau de plancher des deux volumes diffèrent. La façade principale (est) est divisée en trois parties, l'appentis, la porte d'entrée et le belvédère (de gauche à droite). Le rez-de-chaussée est accessible par un perron. La porte d'entrée en serlienne dessine un arc outrepassé comme toutes les baies de ce niveau. A sa gauche est peinte l'inscription suivante : "Ongi Etorri". Les étages présentent un faux pan de bois et un balcon. La façade ouest ne présente aucun décor.

  • Murs
    • enduit
    • faux pan de bois
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    2 étages carrés
  • Couvertures
    • toit à deux pans pignon couvert
    • toit en pavillon
    • appentis
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre
  • Statut de la propriété
    propriété d'une personne privée

Documents d'archives

  • Matrice cadastrale de Bidart, propriétés foncières bâties, 1910-1957.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : E dépôt Bidart 1G5
    case 148
  • Registre des déclarations en cas de de construction nouvelle, de reconstruction, d'addition de construction et d'affectation de terrains à des usages commerciaux ou industriels, 1899-1926.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : E dépôt Bidart 1G15
    case 32
  • Registre des dommages de guerre et des indemnisations, 1941-1955.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : E dépôt Bidart 4 H 17
  • Lotissement Delagoutte : service urbanisme, dossier n°001.

    Archives municipales, Bidart
  • Permis de construire, à partir de 1945.

    Archives municipales, Bidart : 1O8
    Permis n°8.

Bibliographie

  • SALLABERRY Francis. Quand Hitler bétonnait la Côte Basque. Biarritz : Atlantica, 2015.

Documents figurés

  • Projet de jardin pour Manuel de Lucas, plan signé Gélos frères.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : Fonds Gélos. 141J56
  • Atlas cadastral napoléonien, 1831.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : E dépôt Bidart, 1G1
    Section D
Date d'enquête 2018 ; Dernière mise à jour en 2019
(c) Commune de Bidart
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Ehlinger Maïté
Ehlinger Maïté

Chargée d'inventaire du patrimoine bâti à la mairie de Bidart.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers