Dossier IA64003089 | Réalisé par
Ehlinger Maïté
Ehlinger Maïté

Chargée d'inventaire du patrimoine bâti à la mairie de Bidart.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Villa Argia
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Bidart (commune)
  • Commune Bidart
  • Adresse 1 chemin Corniche de la Falaise
  • Cadastre 2017 AP 3, 4
  • Dénominations
    maison
  • Précision dénomination
    maison de villégiature
  • Appellations
    Villa Argia

D'après la matrice cadastrale, en 1932, Julien Conan, tenancier d'une pension bourgeoise à Bourg-sur-Gironde, fit construire une villa en face de la chapelle Sainte-Madeleine. D'après la presse locale, "La Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays basque", entre juin 1933 et septembre 1934, le propriétaire y avait ouvert l'hôtel Irrintzina. Il offrait la possibilité de prendre son repas sur la terrasse ou dans un jardin avec vue sur l'océan ou les Pyrénées. Avant la Seconde Guerre mondiale, la maison fut rachetée par Anne Bony de Lavergne domiciliée à Toulouse. La maison fut alors nommée "Argia" qui se traduit en basque par "lumière/lumineuse". D'après le registre des dommages de guerre, la maison fut occupée par l'armée allemande. D'après les vues aériennes, le fronton de pelote basque, accolé à la façade ouest de la maison, fut élevé entre 1947 et 1952.

Par son emprise parcellaire englobant une partie de la falaise, sa situation en front de mer et l'ambition du programme architectural, la villa Argia est l'une des plus importantes de l'entre-deux-guerres à Bidart. Aucune source ne permet toutefois à ce jour d'attribuer sa conception à un maître d’œuvre. L'utilisation de la brique traitée en épis pour le mur du niveau de comble de la façade principale pourrait faire penser aux réalisations de l'architecte dacquois Albert Pomade.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1932, daté par source

La maison est située à flanc de falaise, à l'angle du chemin Ithurriko qui descend à la fontaine Juana et du chemin Corniche de la falaise. Implantée sur une plateforme, elle a un plan complexe. La maison proprement dite comporte un étage de soubassement ouvert seulement au sud et à l'ouest, un rez-de-chaussée surélevé ouvrant sur le jardin à l'arrière au nord et un étage de comble. Elle est couverte par une toiture dissymétrique. Cette maison est entourée par une galerie à arcades au sud et un grand salon à l'ouest traités en pierre à la manière d'un soubassement, l'ensemble portant une grande terrasse en équerre sur laquelle donnent les pièces du rez-de-chaussée surélevé de la maison.

La façade principale au sud est finement traitée. La galerie est percée de trois arcs en plein cintre. Le rez-de-chaussée surélevé n'est accessible que depuis le jardin et l'intérieur. Un porche dans-œuvre donnant sur la terrasse est traité à la manière d'une entrée principale avec une porte en plein cintre richement décorée et encadrée de deux baies. Deux consoles maçonnées supportent un linteau sculpté. Au niveau de l'étage de comble, le faux pan de bois avec un remplissage en briques ou fausses briques présente un décor de denticules et de godrons en virgules. Des aisseliers supportent le débord de toit. La façade ouest comporte un portique formé par les piliers qui supportent l'avant-toit. La façade nord est plus sobre mais on retrouve quand même un faux pan de bois et la saillie des murs gouttereaux et de refend. D'après les deux baies verticales de cette façade, il semblerait que l'escalier de distribution soit aménagé au nord.

La villa a conservé sa clôture en béton et son portail surmonté d'une pergola.

  • Murs
    • pierre petit appareil
    • enduit
    • béton maçonnerie faux pan de bois
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    1 étage carré, étage de comble
  • Couvrements
  • Élévations extérieures
    jardin accidenté
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon couvert
  • Escaliers
    • escalier intérieur
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • godron, feuille
  • Statut de la propriété
    propriété d'une personne privée

Documents d'archives

  • Matrice cadastrale de Bidart, propriétés foncières bâties, 1910-1957.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : E dépôt Bidart 1G5
    case 346
Date d'enquête 2018 ; Dernière mise à jour en 2019
(c) Commune de Bidart
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Ehlinger Maïté
Ehlinger Maïté

Chargée d'inventaire du patrimoine bâti à la mairie de Bidart.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers