Logo ={0} - Retour à l'accueil

Verrière figurée (baie 2) : la Dormition et le Couronnement de la Vierge

Dossier IM87005207 réalisé en 2011

Fiche

Dénominationsverrière
Numérotation artificielle2
Aire d'étude et cantonLimousin - Limoges-7
AdresseCommune : Limoges
Adresse : place
Saint-Pierre
Cadastre : 2014 EH 01 4
Emplacement dans l'édificeBas-côté sud

Cette verrière a été offerte aux frais de la confrérie de Notre-Dame-la-Joyeuse ou des Pastoureaux. Les armoiries de ses membres, relevée au début du 18e siècle, figuraient au registre inférieur de la verrière, aujourd'hui occupé par un décor architectural moderne. Le vocabulaire décoratif des deux scènes qui subsistent , typique de la "première Renaissance", permet de situer leur création vers 1510-1520.

Oudinot, jugeant à juste titre que la date de la verrière était voisine de 1510, lui attacha le nom de Nardon Pénicaud, mentionné à partir de 1493, consul de Limoges en 1513, premier peintre émailleur limousin bien identifié et chef de sa dynastie, mort après 1541. La comparaison avec le Calvaire du musée de Cluny signé en 1503 par cet artiste ou avec d’autres œuvres moins assurées permet de rejeter cette hypothèse d’attribution, pourtant affirmée avec sa date supposée dans le cartouche ajouté au bas du vitrail.

La verrière a été réalisée sur des verres soufflés en manchon sans doute importés de Lorraine. Elle a été restaurée et complétée en 1860 par Eugène Oudinot. Une petite restauration a été effectuée en 1901. La verrière a été mise à l'abri en 1939 puis remise en plomb par Francis Chigot en 1944, qui l'a reposée en 1947. Enfin, l’œuvre a été déposée par l'Atelier du Vitrail de Limoges en 2002 pour une nouvelle restauration.

Période(s)Principale : 1er quart 16e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Secondaire : 1er quart 21e siècle
Dates1860, porte la date
1901, daté par source
1944, daté par source
2002, daté par source
Lieu d'exécutionCommune : Limoges
Édifice ou site : Atelier du Vitrail
Lieu d'exécutionCommune : Paris
Adresse : 6 rue de la Grande Chaumière
Édifice ou site : Atelier Oudinot
Lieu d'exécutionCommune : Limoges
Édifice ou site : Atelier Chigot
Auteur(s)Auteur : Oudinot Eugène Stanislas
Oudinot Eugène Stanislas (1827 - 1889)

Élève de Georges Bontemps pour l’art du vitrail, Oudinot passe ensuite dans l’atelier de Delacroix pour apprendre la peinture. Il travailla aussi à la manufacture de Choisy-le-Roi. En 1854, il ouvre son propre atelier. Après un premier séjour aux États-Unis en 1877 d'où il rapporte la technique du verre opalescent, il part plus longuement en 1882 pour superviser l'installation d'un vitrail dessiné par Luc-Olivier Merson et destiné au manoir des Vanderbilt, appelé le Petit Château. Oudinot travailla également pour l'architecte américain Richard Morris Hunt.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, restaurateur attribution par source
Auteur : Chigot Francis
Chigot Francis (1879 - 1960)

Francis Chigot est élève au lycée Gay-Lussac de Limoges, puis à l'École nationale supérieure des arts décoratifs. Il commence à travailler pour les Monuments Historiques en 1917, et continue avec les restaurations d'églises du nord de la France, détruites par les combats de la Première Guerre mondiale. Il meurt en 1960. À la suite de son décès en 1960, les ouvriers de son atelier fondent l'Atelier du Vitrail à Limoges, qui poursuit son œuvre. Il a réalisé de nombreux vitraux parmi lesquels les vitraux de l'opéra de Vichy, de l'église Saint-Pierre de Montluçon, de la gare de Limoges-Bénédictins, de la basilique de la Visitation à Annecy, de l'église de Conques et du prieuré de Million à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, restaurateur attribution par source
Auteur : L'Atelier du Vitrail
L'Atelier du Vitrail

Créé en octobre 1960 sous la forme d’une Société Coopérative et Participative (SCOP), l’Atelier du Vitrail, successeur du peintre-verrier limougeaud Francis Chigot, perpétue l’aventure du vitrail limousin. L’entreprise a acquis sa notoriété au gré de différentes campagnes de restauration des Monuments Historiques et participe ainsi à la sauvegarde du patrimoine national sous l’égide du Ministère de la Culture. L’activité se diversifie de plus en plus vers la création d’œuvres originales, notamment à destination d’une clientèle privée, explorant les multiples possibilités techniques et créatives du verre, tout en respectant un savoir-faire ancestral. L’atelier du Vitrail conserve la technique traditionnelle du vitrail au plomb (coupe, peinture à la grisaille, gravure à l’acide, émaillage, jaune à l’argent, montage Tiffany), tout en développant des procédés innovants (fusing). Des artistes, salariés de l’entreprise, réalisent eux-mêmes les maquettes et les projets de création.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
atelier de, peintre-verrier, restaurateur attribution par source
Personnalité : Confrérie Notre-Dame-la-Joyeuse ou des Pastoureaux
Confrérie Notre-Dame-la-Joyeuse ou des Pastoureaux

Confrérie Notre-Dame-la-Joyeuse ou des Pastoureaux, attestée dès 1481.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire attribution par source

Cette verrière est composée d'une lancette à deux registres.

La verrière de la Dormition et du Couronnement de la Vierge, initialement haute de plus d’un mètre et qui, avec l’espace qu’occupe le soubassement ajouté en 1860, pouvait compter un troisième registre figuré en plus des 21 écus armoriés des membres de la confrérie de Notre-Dame-la-Joyeuse.

Au registre inférieur : l’agonie de la Vierge se déroule dans une chambre plafonnée de solives, pavée de carrelages décorés de léopards héraldiques alternant avec des motifs végétaux peints au jaune d’argent sur verre bleu, et éclairée de plusieurs baies ouvrant sur un ciel bleu, une fenêtre à meneaux de pierre à gauche, deux autres à tympans trilobés au fond et une porte à l’ébrasement godronné à droite. Au centre, la Vierge drapée d’un voile bleu, yeux mi-clos, est étendue sur un grand lit à courtines vert sombre au fond damassé d’or, sur un matelas recouvert d’une étoffe pourpre ornée de damas (motif dégagé par gravure sur la face externe), au galon orné de pierreries (quelques pièces mises en chef-d’œuvre). Autour du lit, les douze apôtres diversement vêtus, figurés dans des attitudes variées, composent plusieurs groupes animés ; en arrière à gauche, saint Jean tient affectueusement une main de la Vierge, et porte un cierge allumé ainsi que la palme de la seconde Annonciation. À côté de lui, saint Pierre, penché sur un livre ouvert, un pan de son étole couvrant le corps de la mourante, tient un goupillon (en partie gravé sur la pièce rouge de son manteau), son voisin porte le vase contenant l’eau bénite ; le suivant à droite élève un encensoir, tandis que les autres prient ou commentent leurs lectures, parmi lesquels ceux qui sont assis à l’avant-plan. Drapés à forts modelés, tuniques et manteaux de tons vifs, ornements vestimentaires brodés de lettres ou de motifs orfévrés (assez bien conservé, trois têtes modernes du côté droit de la composition).

Au registre supérieur, au-dessus d’une étroite frise de rinceaux peints en grisaille et jaune d’argent : le Couronnement de la Vierge par la Trinité, scène placée dans le cadre d’une salle à sol dallé similaire à celui du registre inférieur mais marqué des initiales MA, comporte un emmarchement moins ombré qui sert de socle à l’immense cathèdre teintée qui structure le tout. Au centre, la Vierge sous les traits d’une jeune fille, couronnée, les épaules couvertes d’un manteau bleu à la doublure ornée d’ocelles d’or, agenouillée frontalement, mains croisées sur la poitrine (tête moderne). De part et d’autre, une main tendue vers elle, le Père et le Fils trônant, représentés à l’identique, portant tous deux le globe et drapés de manteaux rouges bordés de pierreries (pièces montées en chef-d’œuvre), celui de Dieu le Père fermé d’une grande fibule en forme de tables de la Loi, celui du Christ laissant apparaître son torse nu (pièce restaurée, autrefois marquée des stigmates de la Passion). Entre eux, planant au-dessus de la Vierge, la colombe du Saint-Esprit environnée d’une gloire lumineuse, un halo rouge entouré de rayons d’or (verre gravé, teinté de jaune d’argent en périphérie), devant une petite abside ornée de pilastres, percée de fenêtres aux tympans quadrilobés, et couverte d’un plafond à caissons verts. De chaque côté du trône divin, à demi cachés par ses montants à ressauts ornés, quatre anges musiciens aux ailes bleues et vertes. Scène couronnée d’une grande coquille bleue (verre gravé), bordée à la partie supérieure de l’inscription GAUDENT ANGELI LAUDANTES ET BENEDICENTES DEUM enlevée sur fond rouge (ensemble assez bien conservé).

Le soubassement comporte des motifs architecturaux ornés de guirlandes colorées et de têtes de chérubins autour d’un grand cartouche central, qui porte l’inscription VITRALIS FENESTRA CONFECTA ANNO MILLESIMO QUINCENTESIMO DECIMO A N. PENICAUD - ET RESTITUTA ANNO MILLESIMO OCTINGENTESIMO SEXAGESIMO AB EUG. OUDINOT.

Catégoriesvitrail
Structureslancette, 1
Matériauxverre, coloré peint, gravé, grisaille sur verre, jaune d'argent, pièce incrustée en chef-d'oeuvre, soufflé
plomb, réseau
Mesuresh : 620.0 cm
la : 300.0 cm
IconographiesFunérailles de la Vierge
Couronnement de la Vierge
Trinité
ornement à forme architecturale
guirlande
cartouche
Inscriptions & marquesinscription concernant l'auteur, sur l'oeuvre, peint, latin
inscription concernant une restauration, sur l'oeuvre, peint, latin
date, sur l'oeuvre, peint, latin
lettre, sur l'oeuvre, peint
inscription concernant l'iconographie, sur l'oeuvre, peint, latin
Précision inscriptions

Inscription concernant l'auteur, le restaurateur et la date, au soubassement : "VITRALIS FENESTRA CONFECTA ANNO MILLESIMO QUINCENTESIMO DECIMO A N. PENICAUD - ET RESTITUTA ANNO MILLESIMO OCTINGENTESIMO SEXAGESIMO AB EUG. OUDINOT".

Inscription concernant l'iconographie, au registre supérieur : "GAUDENT ANGELI LAUDANTES ET BENEDICENTES DEUM".

Initiales au registre supérieur : "MA".

État de conservationoeuvre complétée
oeuvre restaurée
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsclassé au titre objet, 1894/06/29

Références documentaires

Documents d'archives
  • GUILHERMY, Ferdinand (de). Notes sur les diverses localités de France. Nouvelles acquisitions françaises. Nouvelles acquisitions françaises, 6102.

    f° 125v° Bibliothèque nationale de France, Paris : 6102
Documents figurés
  • Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. Archives photographiques ; Monuments historiques. 124 028 à 124 052. Clichés panneau par panneau avant restauration, état de 1944.

    Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, Paris : 124 028 à 124 052
Bibliographie
  • GATOUILLAT, Françoise, HEROLD, Michel ; collab. BOULANGER, Karine, LUNEAU, Jean-François. Les vitraux d'Auvergne et du Limousin : Corpus Vitrearum, France, recensement IX. INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Presses universitaires de Rennes, 2011. 327 p. : ill. ; 32 cm.

    p. 287-290 ; fig. 183,184, 271 à 274 Centre de documentation du patrimoine, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel, Limoges : 247.4 INV
Périodiques
  • TEXIER, abbé Jacques. Histoire de la peinture sur verre en Limousin. Bulletin de la société archéologique et historique du Limousin, 1846, tome I, p. 84-101 ; p. 148-169 ; p. 209-256.

    p. 250-251 Centre de documentation du patrimoine, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel, Limoges : Usuel
(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Monuments historiques (c) Monuments historiques ; (c) Centre André Chastel - Françoise Gatouillat - Gatouillat Françoise
Gatouillat Françoise

Ingénieur de recherche au Centre André Chastel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Monuments Historiques - Lefebvre Barbara
Lefebvre Barbara

Chargée de recherches_Centre André Chastel (octobre-décembre 2015).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.