Dossier d’œuvre objet IM40006344 | Réalisé par
  • inventaire topographique
Verrière à personnage : Saint Barthélemy (baie 0), Église paroissiale Saint-Barthélemy
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Saint-Sever
  • Commune Eyres-Moncube
  • Emplacement dans l'édifice choeur (baie 0)

L'inventaire du 5 mars 1906 consécutif à la loi de Séparation et les protestations qui lui sont annexées documentent l'installation de cette verrière, offerte en 1879 par Élie de Laborde-Lassale (1851-1908), certainement à l'occasion de son mariage cette année-là avec Marie-Louise d'Arblade de Séailles (1855-1920). Le donateur offrit en même temps un nouveau maître-autel, deux croix de procession et des chandeliers, tandis que sa jeune épouse donnait un autel dédié au Sacré-Cœur (disparu). Enfin, le couple fit exécuter le décor peint du chœur, qui porte ses armes d'alliance. La famille de Laborde-Lassale possédait le château de Laféourère à Eyres, édifié après 1809 par le grand-père d'Élie de Laborde. La chapelle funéraire de sa sœur aînée la baronne de Saint-Palais est érigée dans le cimetière de l'église.

La verrière axiale du chœur vint compléter la vitrerie fournie en 1857 par le verrier condomois Goussard. Dépourvue de signature, elle peut toutefois être attribuée avec une forte probabilité au verrier toulousain Louis-Victor Gesta (1838-1894), fondateur de la fabrique familiale en 1852. Elle présente en effet de nombreux points communs avec ses créations : fonds damas à rinceaux de feuillages et fleurs de tournesol (identique en tout point à celui de la verrière Saint Pierre et sainte Cécile à Mugron, posée en 1886), dais architecturés à tourelles, nimbes perlés des personnages, inscriptions en gothique textura, etc. De plus, le fait qu'Élie de Laborde ait acquis au même moment le nouvel autel de l'église auprès de la fabrique toulousaine Virebent est un indice supplémentaire d'une commande groupée passée dans la capitale languedocienne.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1879, daté par source
  • Lieu d'exécution
    Commune : Toulouse
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Gesta Louis-Victor
      Gesta Louis-Victor

      Né Victor-Louis Fabre à Toulouse le 26 septembre 1828 et mort dans la même ville le 6 septembre 1894, fils naturel d'Antoinette Françoise Fabre, il prend après le mariage de sa mère en 1835 le nom de son beau-père Jean Pierre Gesta, fondeur de caractères. Peintre-verrier à Toulouse (rue du Faubourg-Arnaud-Bernard), où il fonda la manufacture familiale en 1852. Marié en premières noces, à Toulouse le 22 juin 1859, avec Joséphine Marie Naves (1838-1873), puis en secondes noces, à Toulouse le 25 avril 1875, à Marie Louise Deljougla (1847-1886), il eut cinq enfants du premier lit : Jeanne Marie Louise Philomène (1861), Gabriel Louis Henri Francois (1862-après 1910), Henri Louis Victor (1864-1938), Louis Jean Joseph Henri (1866-1938) et Jean Pierre Francois Antoine (1868-1868). Les trois fils survivants furent peintres-verriers.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      peintre-verrier (incertitude), attribution par travaux historiques
    • Personnalité :
      Laborde-Lassale Élie de
      Laborde-Lassale Élie de

      Fils cadet de Jean Gratien Théodore de Laborde-Lassale (1812-1852) et de Marie Joséphe Alicie de Cès-Caupenne (1818-1885) ; frère d'Élisabeth, Mme de Saint-Légier de La Sausaye (1840-1901), d'Anna de Laborde (1842-?), de Marie-Victoire, baronne de Saint-Palais (1843-1875), et d'André de Laborde (1846-1924), maire d'Eyres-Moncube. Épouse à Eyres-Moncube en 1879 Marie-Louise d'Arblade de Séailles (1856-1920), dont il eut Marie de Laborde-Lassale, comtesse Molinier (1880-1942), Jehan de Laborde (1883-1966, époux en 1914 d'Henriette Dufau de Felzins) et Béatrice (1892-1970).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      donateur attribution par source

La verrière est une baie libre en plein cintre à deux barlotières et trois vergettes. Verre teinté dans la masse pour la bordure, verre peint pour la figure, imprimé pour le fond imitant le damas.

  • Catégories
    vitrail
  • Structures
    • baie libre, en plein cintre
  • Matériaux
    • verre transparent, peint, imprimé
    • plomb, réseau
  • Mesures
    • h : 160 (hauteur approximative)
  • Iconographies
    • saint Barthélemy, tenture, dais architectural
    • ornementation, feuille, palmette
  • Précision représentations

    Saint Barthélemy, tenant le couteau de son martyre, est figuré en pied sur un fond de tenture imitant le damas violet, sous un dais architecturé néogothique avec gâble fleuronné et tourelles ; bordure à course de perles ondée entourée de palmettes rouges et bleues.

  • Inscriptions & marques
    • inscription concernant l'iconographie, peint
    • armoiries, peint
  • Précision inscriptions

    Inscription concernant l'iconographie (en lettres gothiques textura) : SANCTUS BARTHOLOMEUS.

    Armoiries (au milieu de la traverse inférieure) : "Écartelé, aux 1 et 4 d'argent au chevron de gueules accompagné en pointe d'un lion du même ; aux 2 et 3 de gueules à trois pommes de pin d'or" ; couronne comtale [armes de la famille de Laborde-Lassale, avec variantes : le champ des quartiers 1 et 4 devrait être d'azur et leurs meubles d'or].

  • État de conservation
    • grillage de protection
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 120/8
    chapitre II

Bibliographie

  • LABORDE-LASSALE André de. En Chalosse. Notes historiques. Saint-Sever : Séverin Serres, 1907 (rééd. PyreMonde, Éditions des régionalismes, 2010).

    p. 165-166
Date d'enquête 2016 ; Date(s) de rédaction 2017
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Édifice