Logo ={0} - Retour à l'accueil

Usine de produits agro-alimentaires de Poitou-Charentes

Dossier IA17050733 réalisé en 2007

Fiche

Voir

Le climat tempéré et les propriétés du sol de la région ont favorisé le développement important d'activités de transformation des produits agricoles pour l'alimentation : les céréales, les fruits, la betterave, le lait.

Aires d'étudesRégion Poitou-Charentes
Dénominationsusine de produits agro-alimentaires

Le blé : les minoteries

La transformation du blé en farine pour la consommation locale et pour l'exportation s'effectue dès le Moyen Âge dans des établissements conçus pour la mouture des grains ; 206 minoteries portent de nos jours témoignage de l'évolution de cette activité, qui passe de l'artisanat à l'industrie au cours du XIXe siècle. La forme architecturale de ces établissements évolue pour répondre aux nouveaux besoins créés par la modernisation de leur équipement, qui consiste en machines de nettoyage du grain, de tri et de conditionnement de la mouture. Si le vent et l'eau sont les seules forces utilisées initialement pour mouvoir les mécanismes, la sophistication de ces derniers nécessite des moteurs hydrauliques de plus en plus performants et le recours aux énergies thermique et électrique

Le lait : les laiteries et fromageries

Plus de deux cents établissements industriels de produits dérivés du lait (beurre, fromage, caséine, poudre de lait) ont été créés dans la région entre 1880 et 1950. Compte tenu de nombreuses disparitions, seuls cent trente-huit ont été étudiés. Une grande majorité se situe en Charente-Maritime et en Deux-Sèvres. Cette localisation est le reflet du développement de cette activité industrielle en Poitou-Charentes à la fin du 19e siècle.

Le raisin : les distilleries d'eau-de-vie de cognac

La vigne couvre 5 % de l'ensemble du territoire régional. En dehors de quelques vignobles, au nord de la région, destinés à la préparation de vins – ce qui ne relève pas de procédés industriels - 70 000 hectares sont consacrés à l'élaboration d'eau-de-vie de cognac ; ils sont répartis entre la Charente et la Charente-Maritime.Ce secteur représente une activité majeure de ces deux départements : à ce jour, plus de 120 distilleries professionnelles y sont en activité.

La betterave sucrière en remplacement de la canne à sucre

La culture de la betterave sucrière est introduite dans la région Poitou-Charentes, comme dans les autres régions de France, au début du 19e siècle, sous le premier Empire. Elle permet de remplacer la canne à sucre dont l'importation est rendue difficile par la guerre avec l'Angleterre depuis 1793.

Quelques grands propriétaires de la région, comme le duc Decazes au Fouilloux (Charente-Maritime), dans les années 1820, tentent de promouvoir la culture de la betterave, pour sa double vocation : la fabrication de sucre et l'engraissement du bétail avec les pulpes.

C'est en Aunis, en Charente-Maritime, que s'amorce le développement de cette activité, avec la création à partir de 1840 des premières sucreries artisanales, celle de Ballon - qui ferme 8 ans plus tard - puis celles de Saint-Rogatien, du Gué-d'Alleré et de Chambon.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Moisdon Pascale