Logo ={0} - Retour à l'accueil

Usine de contre-plaqué Rougier

Dossier IA79001030 réalisé en 2001

Fiche

Appellationsusine Rougier
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, atelier de réparation, conciergerie, bureau, cheminée d'usine, magasin industriel, entrepôt industriel
Dénominationsusine de contre-plaqué
Aire d'étude et cantonDeux-Sèvres - Niort
AdresseCommune : Niort
Lieu-dit : Saint-Florent
Adresse : 192 avenue
Jean-Jaurès
Cadastre : 1990 ES 62

Après la construction d'une première usine en 1929 à Niort, les établissements Rougier, spécialisés dans la fabrication de contreplaqué, font édifier en 1949 cette seconde unité de production à Saint-Florent, dans le périphérie de Niort, en bordure des voies ferrées. Les premiers bâtiments comprenant une conciergerie, des bureaux et des ateliers sont complétés par la suite par d'autres ateliers, magasins et entrepôts. A l'origine, l'entreprise valorise les peupleraies du marais poitevin par le biais du bois déroulé fournissant en emballages les fromageries régionales. Mais le bois local est bientôt remplacé par des bois exotiques importés par le port de la Pallice, à La Rochelle. A partir de 1953, on produit également des panneaux à particules. Une troisième usine, une quatrième et une cinquième seront bâties à proximité de celle-ci entre 1957 et 1969. Un autre site est créé à Fontenay-le-Comte, en Vendée, dans les années 1960. L'usine ferme dans les années 1990. Les bâtiments abritent actuellement plusieurs entreprises. Dans les années 1970, le groupe Rougier emploie 1500 personnes dans ses cinq usines niortaises.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1949, daté par source, daté par travaux historiques

Les premières constructions des années 1950 (conciergerie, magasin industriel, bureau, une partie des ateliers) sont en brique ; les ateliers sont en pan de métal et brique. Les adjonctions ultérieures sont en pan de métal et parpaing de béton. Seule la conciergerie est dotée d'un étage carré et tous les autres bâtiments sont en rez-de-chaussée. Les toits sont en tuile mécanique, en tôle ou encore en ciment amiante.

Mursbrique
métal pan de métal
béton parpaing de béton
Toittuile mécanique, tôle ondulée, ciment amiante en couverture
Étages1 étage carré
Couvrementscharpente métallique apparente
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
shed
Énergiesénergie électrique achetée
État de conservationétablissement industriel désaffecté, menacé
Statut de la propriétépropriété privée
Protectionsédifice non protégé MH

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Deux-Sèvres, 3 P 30. Matrices cadastrales de Niort, registre de 1910.

Documents figurés
  • Construction d'un hall de déroulage par les Ateliers de la Chaînette (Parthenay). Photographie avant 1950, dans : "Les ateliers de la Chaînette", plaquette éditée par l'entreprise de la Chaînette, [1950].

Bibliographie
  • TEXIER, André. Niort de 1914 à 1925. Maulévrier : Hérault-éditions, 1990.

    p. 221
  • Regards sur les Deux-Sèvres. Paris : S.P.E.I., 1971. (Regards sur la France ; 64).

    p. 88
  • CHAUMET, Michel. Les entreprises artisanales et industrielles en Deux-Sèvres pendant la deuxième guerre mondiale, dans : Bull. soc. Hist. et scient. des Deux-Sèvres, 2e s., t. 17, 1984.

    p. 65, 66, 79, 83, 85, 87
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Moisdon-Pouvreau Pascale
Moisdon-Pouvreau Pascale

Chercheur Service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.