Dossier IA79002153 | Réalisé par
Moisdon-Pouvreau Pascale
Moisdon-Pouvreau Pascale

Chercheur Service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Usine de chaussures d'enfants Bidet et Gazeau, puis Gazeau
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
  • (c) Collection particulière

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Deux-Sèvres - Cerizay
  • Commune Cerizay
  • Adresse 14bis rue de la Herse
  • Cadastre 2003 BX 164, 165
  • Dénominations
    usine de chaussures
  • Précision dénomination
    usine de chaussures d'enfants
  • Appellations
    Bidet et Gazeau, puis Gazeau
  • Parties constituantes non étudiées
    atelier de fabrication

Cette usine de chaussures pour enfants est fondée en 1922 par Esprit Bidet et Félix Gazeau, tous deux originaires du Maine-et-Loire, dans les dépendances de l'hôtel du Cheval blanc, appartenant à M. Courilleau, sociétaire de l'entreprise. Félix Gazeau était auparavant contremaître dans une usine de chaussures à Saint-Macaire-en-Mauges, non loin de Cholet (49). Les chaussures fabriquées, destinées aux bébés et aux enfants, sont en cuir ou en feutre. En 1930, l'entreprise s'installe dans un atelier construit rue de la Herse. En 1937, Esprit Bidet abandonne ses parts et la société devient celle de Félix Gazeau. Un patronnier de Cholet dessine les modèles sur papier ; ceux -ci sont refaits en fer dans l'entreprise. Le choix des cuirs et des feutres se passe chez différents représentants de Cholet ; le cuir utilisé pour les dessus des chaussures provient du Tarn par exemple. L'entreprise Gazeau confie la vente de sa production à six représentants multi-cartes, qui couvrent l'ensemble de la France. La production est livrée par le train. L'entreprise ferme ses portes en 1957. L'atelier désaffecté est transformé en parking en 1995. Dans les années 1950, le matériel consiste en une presse pour découper les semelles, une machine pour relever les semelles, une pour les coudre, une à petits point, une à fraiser, un banc de finissage, une machine à rabattre les semelles, deux à poser les talons, une à plier les boîtes en carton en provenance de la Cartonnerie d'Anjou (Cholet), une rotative pour aplanir les semelles, une machine à monter et une pour monter sur crampons. Toutes ces machines fonctionnent à l'électricité dès l'origine. Vint à vingt-cinq personnes travaillent dans cette entreprise dans les années 1950.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1930, daté par tradition orale

L'atelier en parpaing de béton, à charpente en bois et toit à deux sheds, a été transformé en parking ; pour cela, sa charpente et son toit ont été supprimés.

  • Murs
    • béton parpaing de béton
  • Étages
    en rez-de-chaussée
  • Énergies
    • énergie électrique achetée
  • État de conservation
    établissement industriel désaffecté, vestiges
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Protections
    édifice non protégé MH

Industrie du cuir

Bibliographie

  • LOEZ, Alexandre. Les Deux-Sèvres : Monographie économique : agriculture - commerce industrie. - Niort : Imprimerie Saint-Denis, 1926.

    p. 51, 105
  • L'Orientation économique et financière, n° spécial : le département des Deux-Sèvres, 1930.

    p. 84
  • VAILLANT, Constant. Cerizay ; ville historique et martyre. Un siècle de sa vie de tous les jours, T. II, Maulévrier : Hérault, 1981.

    p. 127

Documents figurés

  • Photographie prise avant la démolition de la toiture de l'atelier. Collection particulière (doc. 1).

Date d'enquête 2003 ; Dernière mise à jour en 2003
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
Moisdon-Pouvreau Pascale
Moisdon-Pouvreau Pascale

Chercheur Service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers