Logo ={0} - Retour à l'accueil

Sucrerie de betteraves, puis distillerie d'alcool de betteraves, puis usine de construction mécanique Westinghouse, actuellement Mc Quay

Dossier IA17000415 réalisé en 1999

Fiche

  • Vue d'ensemble prise du sud.
    Vue d'ensemble prise du sud.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • bureau
    • logement d'ouvriers
    • cantine
    • vestiaire d'usine
    • logement patronal
Précision dénominationsucrerie de betteraves
distillerie de betteraves
Appellationsusine de construction mécanique Westinghouse, puis Wesper, actuellement Mc Quay
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bureau, logement d'ouvriers, cantine, vestiaire d'usine, logement patronal
Dénominationssucrerie, distillerie, usine de construction mécanique
Aire d'étude et cantonCharente-Maritime - Pons
AdresseCommune : Pons
Adresse : 40 rue
Jean-Jaurès
Cadastre : 1999 AH 43, 535, 536

Sucrerie de betteraves, dénommée les "Sucreries de l'Ouest", fondée en 1879, au moment où diverses expériences sont tentées pour relever l'économie de la région touchée par le phylloxéra ; le logement du directeur sert actuellement de bureau d'études, mais l'atelier de fabrication n'est aujourd'hui plus identifiable. Achevée en 1881, l'usine est bénite par le cardinal Thomas. Elle est créée en bordure de voie ferrée, et très vite un embranchement particulier est installé. Le charbon provient du Gard et d'Angleterre. Le site est ensuite transformé en distillerie d'alcool de betteraves, sous le nom des distilleries franco-russes, puis dans les années 1900, William Augereau y installe une usine de montage pour ses inventions concernant la sécurité dans les chemins de fer. En 1918, la Compagnie des freins et signaux Westinghouse, dans le cadre de sa décentralisation, y établit une usine de matériel destiné à équiper les chemins de fer français. Cette usine est partiellement détruite en 1940, et reconstruite. En 1961, le Société de mécanique et de chaudronnerie de Pons, se crée et acquiert ces installations sous le nom de Wesper SA. En 1981, elle devient filiale de Saint-Gobain sous l'appellation Wesper Compagnie européenne de matériel thermique et aéraulique. Spécialisée dans la fabrication d'équipement de climatisation et de réfrigération, elle est rachetée en 1987 par Syndergeneral Corporation, compagnie privée américaine, elle-même acquise en 1994 par le groupe malais Hong-Leong, et en 1995, Wesper devient Mc Quay France. Environ 35 % de sa production est exportée vers l'Europe, l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Extrême-Orient. Le site s'est étendu et des ateliers de fabrication ont été construits vers 1970 sur l'emplacement de l'usine à gaz, créée en 1880 par la société Fusion des gaz, pour l'éclairage de la ville. En 1999, 260 personnes y travaillent.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle

Site industriel desservi par un embranchement ferroviaire.

Le logement du directeur de la sucrerie est en moellon enduit, en rez-de-chaussée surélevé et toit à croupes en ardoise. L'ancien bureau est en moellon enduit, à un étage carré et toit à croupes en tuile mécanique. Une partie des ateliers est en moellon enduit : l'un possède 1 étage carré et un comble à surcroît, avec un toit en tuile mécanique. Les autres ont été englobés dans un grand corps de bâtiment en béton armé avec toit en terrasse. Tous les ateliers construits depuis les années 1960 sont en pan de métal et essentage métallique, avec couverture en ciment amianté ou en matériau composite.

Murscalcaire moellon enduit
béton béton armé essentage
métal pan de métal
Toitardoise, tuile mécanique, béton en couverture, ciment amiante en couverture
Étages1 étage carré
Couverturesterrasse toit à longs pans brisés croupe
pignon découvert
pignon couvert
Énergiesénergie électrique achetée
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • HISTORIQUE DE LA SOCIETE MCQUAY FRANCE

    C'est en 1918 que s'implante à Pons en Charente Maritime, la Compagnie des Freins et Signaux Westinghouse.

    Dans le cadre de sa décentralisation, elle y établit une usine de construction mécanique de matériel destinée à équiper les chemins de fer français.

    Détruite en 1940 par un incendie, l'usine est reconstruite. C'est en 1961 que la Société de Mécanique et de Chaudronnerie de Pons, qui vient de se créer, acquiert ses installations.

    Baptisée Wesper S.A. en 1969, elle devient en 1981 " Wesper Compagnie Européenne de Matériel Thermique et Aéraulique ", filiale à 100 % de Saint-Gobain - Pont a Mousson.

    En février 1987, SnyderGeneral Corporation rachète la Société Wesper, Cette compagnie privée américaine spécialisée dans la fabrication d'équipement de climatisation et de réfrigération, dont le chiffre d'affaires annuel est supérieur à 1 milliard de dollars, emploie plus de 7000 personnes sur une trentaine de sites de production répartis en Europe et aux Etats-Unis.

    Le nom de Wesper se trouve désormais associé à ceux, mondialement connus, des autres marques commerciales du groupe : McQuay, American Air Filter, BarryBlower et JennFan.

    En mai 1994, le groupe Hong Leong (société malaise, principalement financière dont les avoirs se chiffrent à quelques 39 milliards de dollars), par l'intermédiaire de sa division Hume Industries Berhad (O.Y.L Industries Berhad) acquiert le groupe SnyderGeneral.

    Wesper devient le 1er décembre 1995 McQuay France.

    Au cours des années, l'achat de plusieurs terrains et la construction de nouveaux bâtiments ont porté la surface des ateliers à 16 000 m2 sur un domaine foncier de 55 000 m2.

    La réputation de la production McQuay France s'étend bien au-delà de nos frontières. McQuay France exporte en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient et en Extrême-Orient. La valeur exportée s'inscrit au bilan pour une somme représentant environ 35 % du chiffre d'affaires. Si l'on tient compte des exportations indirectes représentées par les achats de firmes françaises pour leurs opérations étrangères, le volume exporté représente alors 45 %.

    Dotée d'un outil de production moderne, McQuay France bénéficie du sérieux et de la stabilité d'une main d'oeuvre régionale héritière de plus d'un demi-siècle d'expérience dans l'industrie mécanique.

    La conscience professionnelle qui en résulte, trouve sa traduction dans la qualité des matériels commercialisés sous la marque McQuay et Wesper. Les produits peuvent être regroupés en quatre familles :

    - Le matériel de conditionnement d'air avec les centrales de traitement d'air, les ventilo-convecteurs et les pompes à chaleur sur boucle d'eau.

    - Le matériel de chauffage et ventilation avec les aérothermes hélicoïdes et centrifuges, les générateurs d'air chaud et les tourelles de ventilation.

    - Le matériel de réfrigération avec les refroidisseurs de liquide, les tours de refroidissement et les aéroréfrigérants

    - Le matériel de climatisation avec les climatiseurs individuels autonomes, split System ou de fenêtre.

    En France, McQuay France a un réseau commercial important, comportant treize agences régionales et cinq agents indépendants qui apportent un concours technique et commercial efficace à l'ensemble de ses partenaires professionnels.

    Pour développer ses ventes à l'étranger, McQuayFrance dispose d'un réseau de distributeurs exclusifs, parfaitement introduits sur leurs marchés intérieurs respectifs et très bien organisés afin d'assurer le service après-vente sur les produits.

    Tout le matériel McQuay a fait l'objet de tests rigoureux en laboratoire, garantissant un très haut niveau de qualité des produits, fabriqués sur nos chaînes de production.

    Au mois de juillet 1998, McQuay France a obtenu la certification ISO 9002. Cette certification permettra une plus grande pénétration des produits sur les marchés Européens et Asiatiques.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Charente-Maritime, 7 M 9/37. 1843-1908 : usines à gaz.

Documents figurés
  • " Plan de situation de l'usine à gaz (avec le plan de masse de la sucrerie) le 2 août 1880 ". Ech. 1/2500. 40 x 28 cm. Encre sur papier calque. [Conservé aux A. D. Charente-Maritime, 7 M 9/37].

Bibliographie
  • Dehen, A. " L'industrie mécanique en Charente-Maritime ". Provinces informations : Revue mensuelle de la France vivante, 1959.

    p. 44
  • Senillou, Pierre. Pons à travers l'hitoire. Université francophone d'Eté Saintonge, Québec. La Crêche : Geste Editions, 1995.

    p. 274-276
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Pouvreau Pascale