Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton La Bastide-Clairence (commune)
  • Commune La Bastide-Clairence
  • Emplacement dans l'édifice chœur (à droite)

Le modèle de cette statue a été répandu dans la France entière, comme le montre le nombre d'exemplaires retrouvés à ce jour : Saint-Justin Douzevielle (Landes, IM40002649), Preignac (Gironde, réf. IM33000592), Nérac (Lot-et-Garonne, réf. IM47000336), Aubin et Lespourcy (Pyrénées-Atlantiques, réf IM64001171), Collonges-la-Rouge (Corrèze), Les Estèves à Chabottes et Le Villard à Vallouise (Hautes-Alpes), Saint-Honorat à Clumanc (Alpes-de-Haute-Provence), Petite-Chaux (Doubs)... Si l'exemplaire de La Bastide-Clairence ne porte aucune marque, celui d'Aubin est signé d'un certain Charles Mondelle, nom inconnu des dictionnaires d'artistes. Les statues de Clumanc et de Preignac (celle-ci marquée du numéro de série 651) portent quant à elles la mention "marque déposée, propriété de Solon à Paris" - la première a été offerte en 1861, terminus ante quem pour la réalisation du prototype. Le fabricant Solon, qui racheta plus tard la fabrique parisienne Raffl, est identifié sous toutes réserves avec Marc Louis Emmanuel Solon (1835-1913), "sculpteur modeleur de figures et décorateur pâte-sur-pâte" à la manufacture de porcelaine de Sèvres de 1857 à 1871, qui fit ensuite carrière en Angleterre.

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 19e siècle
  • Lieu d'exécution
    Commune : Paris
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Solon
      Solon

      Fabricant de statues à Paris sous le Second Empire et la Troisième République, période où il racheta la célèbre fabrique Raffl. Parfois identifié avec Marc-Emmanuel-Louis Solon, dit Milès, né le 31 juillet 1835 à Montauban et mort le 23 juin 1913 en Angleterre, qui fut "sculpteur modeleur de figures et décorateur pâte-sur-pâte" à la manufacture de porcelaine de Sèvres de 1857 à 1871.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      fabricant de statues attribution par travaux historiques

Statue petite nature en carton-pâte doré à la mixtion sur assiette rouge et peint en polychromie (carnation, chevelure) ; revers sculpté doré ; socle carré inhérent.

La statue est posée sur un support constitué de deux éléments disparates assemblés, en remploi : une colonnette à fût peint en faux marbre rose, chapiteau composite et base dorés ; une console en bois doré de style rocaille, sculptée de volutes enroulées et de feuilles d'acanthe.

  • Catégories
    sculpture
  • Structures
    • revers sculpté
    • intérieur totalement creux
  • Matériaux
    • carton-pâte, en plusieurs éléments peint, polychrome, doré à la feuille d'or à l'huile, avec assiette
  • Mesures
    • h : 93 (hauteur de la statue sans le socle)
    • h : 8,5 (hauteur du socle de la statue)
    • la : 40 (largeur de la statue)
    • h : 71 (hauteur de la colonne composite en remploi dans le support)
    • la : 50 (largeur de la console en remploi dans le support)
  • Iconographies
    • saint Joseph, lys, règle
  • Précision représentations

    Le saint, drapé dans un large manteau noué sur la hanche dextre, tient de la main gauche un lys devant sa poitrine, et de la droite une règle de charpentier.

  • État de conservation
    • manque
  • Précision état de conservation

    Un pan du manteau est brisé du côté senestre ; il manque des doigts à la main droite ; la règle de charpentier est peut-être remplacée.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler
Date d'enquête 2019 ; Dernière mise à jour en 2019
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Édifice
Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Commune : La Bastide-Clairence
Lieu-dit :