Dossier IA64003054 | Réalisé par
Ehlinger Maïté
Ehlinger Maïté

Chargée d'inventaire du patrimoine bâti à la mairie de Bidart.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Source contresta
Auteur
Ehlinger Maïté
Ehlinger Maïté

Chargée d'inventaire du patrimoine bâti à la mairie de Bidart.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Commune de Bidart

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Bidart (commune)
  • Commune Bidart
  • Adresse avenue de la Source Royale
  • Cadastre 2017 BO 128 La fontaine construite en 1991 n'est pas représentée sur le cadastre.
  • Dénominations
    fontaine
  • Appellations
    Source Royale, Source Contresta
  • Destinations
    lavoir

D'après le registre des délibérations du conseil municipal, les fontaines communales furent réparées au cours de l'année 1800. Si la source Contresta n'est pas mentionnée sur le plan cadastral de 1831, on peut quand même deviner sa présence. Un chemin partant de la route d'Espagne se termine en effet au pied d'une petite étendue d'eau, dont l'emplacement correspond à l'actuelle source.

En juillet 1928, les professeurs Degrez et Meunier de la Faculté de Médecine et de l'École centrale de Paris réalisèrent une analyse de la source Contresta pour connaître sa nature, puis, quelques mois plus tard, en novembre 1928, selon le registre des délibérations du conseil municipal, Monsieur Cussac, docteur en pharmacie à Biarritz demanda l’obtention d’une concession des eaux de source de Bidart en vue de leur exploitation en eaux minérales. Il projetait la création d'un établissement hydrominéral. La commune fut vivement intéressée car cela augmenterait le nombre de touristes et l'analyse de l'eau serait à la charge du concessionnaire. En 1931, l'Académie de Médecine émit un avis favorable pour l'exploitation de la source pour une durée de trente ans, limitée à l'exploitation locale. L'action thérapeutique de la source Contresta, prouvée en 1929 par le professeur Duvergey de Bordeaux, conforta Monsieur Cussac dans son ambition. A la recherche d'éventuels donateurs, il présenta son projet, sur place, en avril 1935, aux élèves de l'École de Santé Navale de Bordeaux. D'après la presse locale, des notices détaillées furent distribuées à cette occasion. Le docteur Peyret, directeur du Sanatorium des Embruns, exposa les bienfaits du climat à associer à une cure minérale. Bloqué par l'impossibilité d'acquérir les terrains avoisinants, l'établissement hydrominéral ne vit jamais le jour. En 1959, l'exploitation devint caduque.

En 1986, la municipalité érigea un mur avec 3 arrivées afin de faciliter la distribution de l'eau. D'après les photographies, l'eau coulait jusqu'au bassin de lavage du lavoir construit en moellon de pierre enduit de béton. En 1991, la municipalité engagea un programme de réaménagement de la source et de ses abords. Ce chantier fut réalisé en collaboration avec l'Office National des Forêts fraîchement propriétaire du bois attenant à la source. La fontaine de 1986 et le lavoir furent détruits et remplacés par une grande fontaine réalisée par les architectes Martiquet et Soriano de Biarritz. Dans les années 2000, l'eau fut déclarée non potable. Le lieu est aujourd'hui à l'abandon.

  • Période(s)
    • Secondaire : 1er quart 19e siècle
    • Principale : 4e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1986, daté par source

La fontaine est située dans un espace boisé, en contrebas de l'avenue de la Source Royale. Elle est traversée par une promenade qui rejoint la rue Source Chailla. La fontaine se compose d'un mur en pierre de Bidache percé de 3 arrivées d'eau ornées de bronze, un sol en dalles de pierre qui forme un circuit pour l'eau de la source et l'eau de pluie et se termine par un déversoir. Au sol, elle forme un triangle.

  • Murs
    • pierre petit appareil
  • État de conservation
    mauvais état
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • Registre des délibérations du conseil municipal de 1791 à 1945.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : E dépôt 1D
  • Source Contresta : projet d'aménagement (1991-1992).

    Archives municipales, Bidart : 7W59

Bibliographie

  • "Bidart-Bidarte, Monuments et curiosités". Ciboure : Jakintza, n° 47, 3ème trimestre 2009.

Documents figurés

  • Atlas cadastral napoléonien, 1831.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : E dépôt Bidart, 1G1
Date d'enquête 2018 ; Dernière mise à jour en 2019
(c) Commune de Bidart
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Ehlinger Maïté
Ehlinger Maïté

Chargée d'inventaire du patrimoine bâti à la mairie de Bidart.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers