Dossier IA17043491 | Réalisé par
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Saint-Thomas-de-Cônac : présentation de la commune
Auteur
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

  • Aires d'études
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
  • Adresse
    • Commune : Saint-Thomas-de-Conac

Cônac, premier coeur historique de la commune

Recouverts par la mer, les marais de Cônac commencent à se dégager dès l´époque gauloise. En 1970, des fouilles ont mis au jour un site à sel gaulois au lieu-dit les Granges, témoignant de deux époques d´occupation (500 av. J.-C. et 100 av. J.-C.). Des vestiges gallo-romains sont mentionnés à Fontclair, tandis qu´au Grand Pas, trois pièces de monnaie à l´effigie de l´empereur Postume, datant du 3e siècle, ont été découvertes en 1862. Des tuiles à rebord, un poids de tisserand et des fragments de céramique de l´époque romaine ont aussi été relevés aux Granges.

Le bourg ou "vicus" de Cosnac apparaît dans les textes à partir du 11e siècle : à cette époque, le château, qui est placé en son coeur, au sommet du promontoire, est fortifié. Placée sous le vocable de saint Pierre, une église est également mentionnée à Cônac comme siège d´un archiprêtré. Quant au bourg actuel de Saint-Thomas, le déblaiement de l´ancien cimetière, en 1856, a révélé l´existence de sarcophage du Haut Moyen Age, preuve d´une occupation ancienne du site, malgré la prédominance du bourg de Cônac. C´est aussi cet endroit qui est choisi dès la seconde moitié du 11e siècle, pour fonder l´église paroissiale, tandis que la terre de Saint-Thomas est donnée par le seigneur de Cônac à l´abbaye de Savigny, près de Lyon, déjà implantée en Saintonge. Cette dépendance est matérialisée par un prieuré que la tradition orale situe à l´emplacement de l´actuel café, à l´est de l´église.

L´essentiel de l´activité de Saint-Thomas continue toutefois à se dérouler autour du château de Cônac, avec un bourg important, des fortifications, des halles, une église et un port au pied du promontoire, à la Trigale. La guerre de Cent ans interrompt cette prospérité, mais Cônac et la Trigale continuent ensuite à attirer les négociants. En 1473, la famille Harpedane de Belleville, placée à la tête de la terre de Cônac en 1415, obtient du roi la création de quatre foires annuelles et d´un marché hebdomadaire à Cônac. Le commerce du blé et du sel est au cœur de cette économie. L´élevage aussi a son importance : en 1488, Marguerite de Culant, veuve de Louis de Belleville, seigneur de Cônac, accorde aux habitants le droit de vaine pâture (libre circulation des troupeaux) dans les marais. L´acte cite 95 habitants dont les noms sont parfois restés dans ceux des lieux-dits : Merlaud, Bonfils, Fresneau, Chaintrier, etc.

Le comblement progressif des marais, les guerres de Religion et la taxation croissante du sel, bien que contestée par plusieurs révoltes (en 1548 et 1635 notamment), entravent pourtant ce développement. Au pied du château ruiné et de son église Sainte-Radegonde, le vieux bourg de Cônac décline. L´activité se déplace vers l´ouest, sur le nouveau rivage, avec un nouveau port relié à la Trigale par un chenal et un chemin appelé "chemin de la Saline", et sur les marais que l´on tente de dessécher à partir du 17e siècle.

De Cônac à Saint-Thomas-de-Cônac

L´impulsion de ces dessèchements est donnée après l'achat de la seigneurie de Cônac en janvier 1640 par le cardinal de Richelieu. Celui-ci, désireux de s´implanter en Saintonge pour y développer le commerce entre Bordeaux et Brouage, contre La Rochelle, acquiert à cette époque plusieurs terres dans la région, dont Cônac. Le comté reste dans la famille de Richelieu jusqu´à la Révolution. Le 7 octobre 1651, le duc de Richelieu confie à Benjamin La Jaille et à Jean Desmaretz le dessèchement de ses marais de Cônac, soit ceux situés sur les actuelles communes de Saint-Dizant-du-Gua, Saint-Thomas-de-Cônac et Saint-Sorlin-de-Cônac. Si les marais de Saint-Sorlin sont à peu près bien mis en valeur, ceux de Saint-Thomas, appelés "la Prairie" et dont le duc de Richelieu s´est réservé la propriété, le sont bien plus difficilement, comme le montrent plusieurs plaintes des habitants, notamment en 1754. En 1703, une tentative de rétablissement de l´ancien chenal de la Trigale échoue. En 1715, sur une de ses cartes de la région, l´ingénieur Claude Masse mentionne la Prairie de Cônac et le marais des Cheminées "inondé partie de l´année". En 1759, l´intendant de La Rochelle ordonne une nouvelle fois le curage du chenal de la Trigale, sans plus de succès qu´auparavant.

Parallèlement, la paroisse de Saint-Thomas se développe aux 17e et 18e siècles sur l´arrière-pays, au sommet des coteaux ou à leur pied. En 1709, elle compte 264 feux, soit environ 1000 habitants, contre seulement 39 feux pour Cônac. Le bourg s´étoffe, des négociants et des capitaines de navires se font construire des demeures, par exemple entre Cônac et le bourg. Des domaines s´étendent (la Grassière, le Roc), en profitant parfois de la politique de défrichements voulue par le duc de Richelieu, comme aux Bertineries. Le commerce sur l´estuaire, l´exercice des fonctions seigneuriales et l´éloignement géographique du duc de Richelieu profitent à quelques familles de notables locaux, en particulier les Héard, notaires et juges, les Laplanche, sénéchaux du comté de Cônac, propriétaires de la Chapelle et du Roc, ou encore les Chasteauneuf. Plusieurs d´entre eux sont inhumés dans l´église au cours du 18e siècle. En 1742, le prieuré fondé au 11e siècle est supprimé et ses revenus sont réunis au séminaire de Saintes.

A la Révolution, la nouvelle commune, qui compte 1383 habitants, est rattachée d´abord au canton de Saint-Fort-sur-Gironde, puis, en 1801, à celui de Mirambeau. La vente des biens nationaux disperse les marais de Cônac, saisis contre le duc de Richelieu tout comme son château, dont il ne reste que des ruines. Le mouvement bénéficie aux notables locaux qui prennent la tête de la nouvelle commune. Jean-Pierre Chasteauneuf, ancien sénéchal et juge au comté de Cônac, en devient le premier maire. La période est par ailleurs marquée par les discours enflammés de Jacques Roux, le "vicaire enragé" de Saint-Thomas, et par une émeute survenue le 25 avril 1790. Appelée Thomas-de-Cônac, la commune se démarque par son zèle patriotique. Pourtant, dès le début du 19e siècle, l´ordre moral s´installe, entretenu par les notables. Cela se traduit par exemple par une attention portée à l´église qui fait l´objet de nombreux travaux, notamment entre 1839 et 1865, ou par l´édification d´une nouvelle croix au lieu-dit la Croix, en 1826.

L´âge d´or viticole

A la même époque, un effort est porté sur l´aménagement des marais, sans toutefois entrevoir encore leur complet dessèchement. En 1820, les 776 propriétaires de la prairie de Bretignac, au sud de la commune, se constituent en association syndicale dont M. Pelletan, maire de Saint-Thomas, prend la direction. Une autre société, fondée en 1785 et renouvelée en 1798, 1820 et 1858, prend en charge les marais de Saint-Thomas et de Saint-Dizant. En 1862, l'Etat tente de forcer leur dessèchement, en vain. Pourtant, en cette première moitié du 19e siècle, l´exploitation des marais, malgré ses graves lacunes, tient une part importante dans l´économie de la commune. Celle-ci est toutefois dominée par la céréaliculture. Si l´on en croit le cadastre établi en 1818, près de la moitié de la commune est recouverte de terres céréalières et plus d´un tiers de prés marais, alors que la vigne ne représente que 8 % de la superficie. Cette prédominance de la céréaliculture explique la présence de nombreux moulins à vent au sommet des coteaux. Si certains ont été édifiés avant la Révolution (celui de la Grassière par exemple), la plupart sont construits ou reconstruits après la fin du monopole seigneurial (le moulin de la Parée date de 1798) et dans la première moitié du 19e siècle (le moulin de la Croix remonte à 1820).

L´occupation du sol est toutefois variable d´un point à l´autre de la commune : le plateau situé au nord, entre les Justices et Chez-Vieuille, est recouvert de terres labourables à 87 %, de même que les coteaux et le plateau entre le Petit Pas et la Ville. Les paysages sont plus variés autour de Cônac et du bourg : la vigne y représente un tiers de la superficie et la forêt un cinquième. Enfin, l´ouest de la commune, en bord d´estuaire, est recouvert de prés marais à plus de 90 %. On trouve quelques prés d´eau douce au pied de Fontclair.

Cette répartition est bouleversée à partir du Second Empire qui constitue pour les habitants de Saint-Thomas une époque de grande prospérité. Cela explique probablement leur fidélité au Bonapartisme jusqu´à la fin du 19e siècle. Dans les années 1850-1860, le vignoble s´étend considérablement et alimente un important commerce de vin et d´eau-de-vie. Cette réussite, y compris de la paysannerie, se traduit par la construction ou la reconstruction de nombreuses fermes et maisons (beaucoup de celles aujourd´hui visibles datent de cette époque), par la tenue de foires et de marchés réputés et par la multiplication des commerces, dans le bourg notamment.

Paradoxalement, ce développement n´enraye pas le lent déclin démographique de la commune qui a commencé dès les années 1830. Elle compte 1509 habitants en 1856 et 1411 en 1876. Plus grave encore, le phylloxéra fait disparaître les trois quarts du vignoble entre 1881 et 1884. Le recul démographique s´accélère : on ne dénombre plus que 1145 habitants en 1911. A cette date, la population est répartie en 71 villages, hameaux et fermes isolées. La majorité se concentre dans le bourg, à Cônac, à la Trigale et Chez Belineau. Le vignoble se reconstitue peu à peu à partir de 1900, au prix d´une modernisation de la viticulture et d´une réorganisation coopérative des vignerons.

Une commune en bord d´estuaire dans l´Entre-deux-guerres

Dans les années 1920-1930, les coteaux sont à nouveau couverts de vigne, laquelle doit toutefois de plus en plus partager l´espace avec les céréales. Dans les marais, la vaine pâture, héritage médiéval encadré par un règlement de 1785, existe encore, limitée à trois mois dans l´année. Les marais sont parcourus par des troupeaux de vaches et de chevaux qui ont remplacé les moutons, et par des armées de faucheurs qui récoltent le foin pour l´amener dans les granges. Certaines d´entre elles ponctuent les marais, comme la grange Godinet, la grange Carrée, la grange Charron, etc.. Quelques-unes, pourtant inondées une partie de l´année, sont habitées par les "maraineaux" qui adaptent leur mode de vie à cette contrainte. Le marais est aussi parsemé d'abris de chasse ou "tonnes", et parcouru par les pêcheurs, à la pibale (anguille) notamment.

L´éléctricité fait son entrée dans le bourg vers 1925, dans les hameaux à partir de 1930. La rue principale du bourg est goudronnée à la même époque. Malgré tout, la population ne cesse de diminuer, passant à 917 habitants en 1936. Plusieurs fermes isolées et hameaux disparaissent : c´est le cas par exemple de la ferme Chez-Feugnet, près des Tartres, ou du hameau des Chagnasses, près de Chez-Fumé.

En septembre 1939, des réfugiés de Robling, en Lorraine, sont répartis dans de nombreux foyers de Saint-Thomas. Dans le cadre de la construction du "mur de l´Atlantique", les troupes allemandes mettent en place des installations de défense sur la commune, face à l´estuaire, notamment aux Naudinières, à Cônac et aux Justices. Le "groupe Jim", un réseau de résistance, est actif à Saint-Thomas. En avril 1943, sept jeunes sont arrêtés par la Gestapo après un incident au café près de l´église ; trois d´entre eux mourront en camp de concentration, et deux autres à la suite des tortures subies.

La révolution paysagère et économique après 1945

Le 7 octobre 1945, en collaboration avec la commune de Saint-Dizant-du-Gua, le conseil municipal décide de créer un syndicat des propriétaires du marais afin de le mettre en valeur. L´année suivante, il est décidé de le remembrer. Ce n´est qu´en 1951 que les travaux commencent, confiés à la société Routes et travaux de France. Le grand fossé d´évacuation est alors creusé. Une digue est élevée tout le long de l´estuaire, sur 7,5 kilomètres, avec la terre excavée d´un fossé d´amenée qui la longe. Enfin, un grand fossé de ceinture vient circuler le long des coteaux pour en recueillir l´eau. Un réseau de fossés secondaires est également creusé, et de nouveaux chemins et routes sont tracés. En décembre 1955, à l´issue des travaux, le conseil municipal supprime la vaine pâture.

Dans les années 1950, le bourg compte six épiceries, deux boulangeries, deux boucheries, deux coiffeurs, deux bars, un bureau de tabac, une bijouterie, une quincaillerie, un maréchal-ferrand, un électricien, un photographe, un forain, des menuisiers, charrons, bourreliers, forgerons, un garage, un abattoir, un moulin, etc. Le calendrier agricole est rythmé par les moissons et par les vendanges. L´électrification est achevée au début des années 1960. Le comité des fêtes organise une course cycliste annuelle qui attire la foule et de grands noms de la discipline. Mais l´exode rural continue à frapper : on compte 896 habitants en 1954, 723 en 1975, 555 en 2006. Plus des deux tiers des commerces ferment en moins de quarante ans. Dans les marais, la céréaliculture prend le pas sur l´élevage, à l´abri des digues dont la tempête de 1999 vient a rappeler la fragilité.

D´une superficie de 28 kilomètres carrés, la commune de Saint-Thomas-de-Cônac s´étend sur la rive droite de l´estuaire de la Gironde, au sud de la Charente-Maritime. Elle bénéficie d´environ 5 kilomètres de rivage. Face à elle, l´estuaire est large de 6,8 kilomètres (contre 5,7 plus au sud, au port de Vitrezay, et 10 à Talmont).

Plateaux, "combes" et ruisseaux

Le territoire de Saint-Thomas-de-Cônac est divisé en quatre entités paysagères : des plateaux, des vallons ou « combes » qui les entrecoupent, des marais desséchés et des marécages en bord d´estuaire. Les deux dernières entités représentent 40 % de la superficie communale.

Le plateau saintongeais se prolonge ici en trois langues de terre d´orientation est-ouest, et d´une altitude de 60 à 80 mètres ; elles constituent l´ancien rivage maritime : l´une au nord, entre Chez-Vieuille et les Justices, l´autre à l´est, de Chez-Mounier et Chez-Bourdin au Gendreau, et la troisième au sud, autour du bourg. Aux Justices et surtout à Cônac, elles se terminent par des promontoires d´où le regard embrasse les vallons, les marais et l´estuaire jusqu´à Blaye, à Talmont et à la côte girondine. La présence de nombreux moulins rappellent l´exploitation qui était faite de cette position dominante, en prise avec le vent. Ces plateaux sont recouverts de vignes et de champs céréaliers, plus rarement de bois. La forêt est cependant un plus présente par endroit, notamment au sud du bourg.

Les plateaux sont entrecoupés par de petits vallons ou "combes", où sont nichés des hameaux et d´anciennes fermes isolées, en particulier au sud du bourg (Boniteau, les Bertineries, le Petit Vieuille). Certains de ces hameaux ont pris place au pied des coteaux, en bordure des marais, par exemple Fontclair ou entre la Basse Rue et Chez-Belineau. Un vallon plus large, presque une vallée, s´intercale entre les trois plateaux, ouvrant ainsi l´espace et le regard jusqu´aux marais. Tous ces vallons ont été creusés par ruissellement et par des petits cours d´eau qui convergent vers les marais, en particulier le ruisseau des Joncs, entre Chez-Vieuille, la Combe et le Petit-Pas, et celui qui passe Chez-Juillard. Ces ruisseaux alimentent ou sont alimentés par de nombreuses fontaines, comme celle au pied du coteau de Chez-Vieuille ou celle de Chez-Juguet.

Marais desséchés et "conches"

En descendant des plateaux et de leurs coteaux, on pénètre dans les marais desséchés après avoir franchi une étroite bande de prairies puis le canal de ceinture qui délimite, à l´est et au sud, le périmètre mis en valeur depuis les années 1950. Les marais desséchés constituent un vaste espace uniforme, où le regard n´est interrompu que par de rares arbres, d´anciennes granges et quelques "tonnes" (abris) de chasse. Cultivés en céréales ou, pour une bonne part, laissés en prairies, les marais sont quadrillés par des canaux et des fossés secondaires qui acheminent l´eau vers le canal principal d´évacuation, au centre du périmètre. Ce canal amène l´eau jusqu´à l´estuaire à la Grange d´Allouet, à l´extrémité sud de la commune. Un autre grand canal, le fossé d´amenée, collecte l´eau au niveau de la digue qu´il longe et qui protège les marais tout le long de l´estuaire.

Comme tous les marais de la rive droite de l´estuaire, ceux de Saint-Thomas sont plus élevés au bord de l´estuaire (4 mètres) que dans l´intérieur des terres (de 2 à 3 mètres). Cette surélévation côtière se forme progressivement par l´accumulation des alluvions apportées par l´estuaire, au risque de rendre la digue insuffisamment haute.

Au-delà de la digue, et jusqu´à l´estuaire même, s´étire une bande de marécages appelée "conches" qui s´élargit à mesure que l´on progresse vers le nord. Ici, sous l´emprise des marées, règnent les ruisselements, les vasières, les joncs, les roseaux et les morceaux de bois roulé charriés par l´estuaire. L´espace est ponctué de tonnes de chasse parfois accessibles par des cheminements en bois sur pilotis.

Les marais constituent un territoire très riche du point de vue de la faune et de la flore, traversé par de nombreuses espèces d´oiseaux migrateurs, et où ont été recensées dix espèces d´amphibiens et de reptiles. Voilà pourquoi les marais desséchés mais aussi la vallée des Joncs constituent un site Natura 2000, protégé au titre de la directive européenne Habitats. Cette zone de protection est étendue aux conches au titre de la directive Oiseaux (Zone de protection spéciale "Estuaire de la Gironde, marais de la rive nord" qui concerne ainsi la moitié de la superficie communale). Le territoire de la commune est également couvert, en tout ou partie, par plusieurs zones naturelles d´intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de classe 1 et 2.