Logo ={0} - Retour à l'accueil

Prieuré Saint-Hilaire de Gourgé

Dossier IA79004247 réalisé en 2014

Fiche

L'église Saint-Hilaire de Gourgé est connue pour être du nombre de ces rares édifices dont certaines parties architecturales sont antérieures à l'an mil. Entièrement reconstruite au 12e siècle, l'église a été dotée à la fin du 19e siècle d'un transept, d'un portail occidental et d'un ballet sur son flanc sud. Ces caractères particuliers, surtout les éléments d'époque pré-romane, lui ont valu dès 1909 un classement au titre des monuments historiques.

Bâtie sur un promontoire granitique surplombant le Thouet, l'église de Gourgé dépend dès le 9e siècle de la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers. Cette possession est confirmée par les rois Eudes en 889 et Louis IV en 942. La première église date très probablement à cette époque. Il en reste pour témoin un petit appareil à arases de briques visible dans la partie basse de l'abside centrale du chevet et probablement aussi le plan très allongé des absidioles qui flanquent celle-ci. Dans le courant du 11e siècle, l'église Saint-Hilaire devient priorale en passant dans la dépendance de l'abbaye de Bourgueil fondée à la fin du 10e siècle. Elle le restera jusqu'à la Révolution.

L'église actuelle a été bâtie pour l'essentiel au 12e siècle. Intérieurement, elle est composée d'une nef à trois travées flanquée de deux collatéraux placés plus bas. Le vaisseau central est voûté en berceau brisé accompagné de doubleaux, tandis que les bas-côtés ont des voûtes en berceaux transversaux. La nef est éclairée uniquement par les baies en arc brisé qui sont percées dans la partie haute des murs gouttereaux. Les piles qui séparent les vaisseaux sont composées de demi-colonnes accolées dont le type est fréquent en Poitou. Ces supports sont ornés de chapiteaux assez frustes à décor de feuillages lisses, de crossettes et d'animaux sculptés en bas relief gravé. Les peintures qui occupent une partie des piliers de la nef ou du choeur ont été réalisées au 19e siècle : elles figurent les armoiries des anciens seigneurs de Gourgé, principalement les Guichard d'Orfeuille et les de Commynes. La voûte en berceau brisé de la nef centrale se prolonge dans le choeur de manière continue, seulement interrompue dans la travée la plus orientale par un oculus destiné à laisser passer les cordages des cloches situées au dessus. Le choeur est constitué d'une abside haute et étroite flanquée de deux absidioles du même type, disposition qui n''est pas sans évoquer celle que l'on peut voir non loin de là, à Saint-Généroux. Ces absides et absidioles s'achèvent en cul-de-four et sont ornées ici et là de quelques têtes humaines situées à la retombée des voûtes.

A l'origine, l'accès à l'église se faisait par le côté sud de la nef. Un portail en arc brisé y a été percé dans le mur correspondant à la 2e travée. Il est composé de trois voussures dépourvues de tout motif sculpté, surmontées d'une archivolte nue et portées par des colonnettes à chapiteaux ornés de feuillages plats et crochets. Un auvent, appelé ballet, a été mis en place au cours du 19e siècle. Un autre portail d'esprit roman a été mis en place au cours du 19e siècle sur la façade occidentale. Sur le flanc nord de l'église est encore visible une baie en plein cintre murée : elle donnait accès au prieuré. Un clocher carré simplement percé de baies hautes et cintrées surmonte la croisée du transept. Il n'existe quasiment pas de décor sculpté extérieur : seule la corniche du mur sud de la nef est ornée de modillons sculptés figurant principalement des têtes humaines.

Lors de la guerre de Cent Ans, la partie haute du chevet a été percée de plusieurs meurtrières toujours visibles, permettant la défense active de l'église. En 1568, celle-ci est incendiée lors des guerres de Religion. Il faut attendre le 19e siècle pour que des travaux d'agrandissement soient entrepris : en 1866, la commune acquiert un terrain qui permet la construction des bras du transept, voûtés en berceau brisé. Ces travaux sont effectués sous la direction de l'architecte Godineau. De la même époque datent également la façade occidentale et l'auvent du côté méridional. Une restauration récente a permis de remettre en état le chevet et la façade ouest.

Vocablessaint Hillaire
Dénominationsprieuré
Aire d'étude et cantonRégion Poitou-Charentes - Saint-Loup-Lamairé
AdresseCommune : Gourgé
Cadastre : 2014 BM 6
Période(s)Principale : limite 10e siècle 11e siècle , (?)
Principale : 4e quart 12e siècle
Secondaire : 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Godineau (architecte)
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsclassé MH, 1909/06/14

Références documentaires

Bibliographie
  • Berthelé, Joseph, Recherches pour servir à l'histoire des arts en Poitou, Melle, 1889.

    p. 11-29
  • Camus, Marie-Thérèse, Favreau, Robert, Abbayes et prieurés du Poitou (Deux-Sèvres), Association Gilbert de la Porrée, 2014.

    p. 81-83
  • Eygun, François. Art des pays d'Ouest. Paris : Arthaud, 1965.

    p. 74, 75, 99
  • Crozet, René. L´art roman en Poitou. Paris : Laurens, 1948.

    p. 38-39 Médiathèque, Thouars : 944.6
  • Crozet, René. Dictionnaire des églises de France. Paris : Robert Laffont, 1967, tome IIIc, Poitou-Saintonge-Angoumois.

    p. 73-74
  • Thomas, Henri. L'architecture préromane dans les Deux-Sèvres. Bulletin de la société historique et archéologique des Amis des Antiquités de Parthenay, tome 12, 1963.

    p. 12
  • Borgeot, Philippe. Les bâtiments de France. Bulletin de la société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 2e s., t. 9, 1976.

    p. 259
  • Tortouin, François. Les bâtiments de France. Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 2e série, t. 12, 1979.

    p. 98
  • Aubert, Marcel. L'église de Saint-Pathus. Bulletin monumental, t. 72, 1908.

    p. 126
  • Lefèvre-Pontalis, Eugène. Les nefs sans fenêtres dans les églises romanes et gothiques. Bulletin monumental, tome 81, 1922.

    p. 276-277
  • Levillain, Léon. L'église carolingienne de Saint-Denis. Bulletin monumental, t. 71, 1907.

    p. 247
  • Lefèvre-Pontalis, Eugène. Les plans des églises romanes bénédictines. Bulletin monumental, tome 76, 1912.

    p. 447
  • Lefèvre-Pontalis, Eugène. Les origines antiques du plan tréflé. Bulletin monumental, t. 73, 1909.

    p. 462
  • Cornec, Thierry. L'abbaye Saint-Pierre de Maillezais (Vendée). Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 3e s., t. 7, 1er semestre 1999.

    p. 101
  • Drochon, abbé Bénoni. Visites de l'archiprêtré de Parthenay, faites en 1598. 1598, 20 novembre : procès-verbal de visite à l'église de Gourgé. La Semaine liturgique du diocèse de Poitiers, 1884.

    p. 209-211
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Sarrazin Christine - Allard Thierry
Allard Thierry

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.