Logo ={0} - Retour à l'accueil

Prieuré, aujourd'hui église Saint-Pierre

Dossier IA00049619 réalisé en 1985

Fiche

Genrede bénédictins
Vocablessaint Pierre
Destinationséglise paroissiale
Parties constituantes non étudiéescrypte, église
Dénominationsprieuré
Aire d'étude et cantonPays Ouest-Charente - pays du Cognac - Jarnac
AdresseCommune : Jarnac
Adresse : place de l'
Eglise
Cadastre : 1829 C2 1063 ; 2011 AS 724

Le prieuré Saint-Pierre de Jarnac est mentionné dès le 8e siècle comme appartenant à l´abbaye Saint-Cybard d´Angoulême. Les partie des murs du clocher et des trois premières travées de la nef, construits en petit appareil, pourraient dater de la fin du 10e siècle ou du début du 11e siècle. La façade détruite devait aussi dater de cette période. La quatrième travée de la nef, la première surélévation du clocher et la coupole du clocher datent du 12e siècle.

La crypte et le chœur semblent dater du 13e siècle et la chapelle nord du 14e siècle.

Incendiée en 1562 par les protestants, qui en abattent les voûtes, l´église est restaurée à partir de 1601.

La nef est voûtée en briques en 1847, 1849 ; l´architecte Alphonse Deménieux restaure le chœur et en rétablit la grande fenêtre en 1860, 1862. Édouard Warin bâtit la chapelle sud et la sacristie en 1874, 1875. La façade, entièrement reconstruite par L. Martin, est bénie le 25 juin 1899.

Période(s)Principale : 4e quart 10e siècle , (?)
Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle
Principale : 14e siècle , (?)
Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Warin Édouard
Warin Édouard

Inspecteur des édifices religieux du diocèse d’Angoulême, attaché à la commission des monuments historiques (1892).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte
Auteur : Deménieux Alphonse architecte
Auteur : Martin Louis architecte

L´église prieurale Saint-Pierre se trouve dans le bourg de Jarnac, dans l´ancien diocèse de Saintes. Sous un bâtiment au sud-ouest de l´église est conservée une salle voûtée qui aurait fait partie du prieuré. De l´époque romane ne subsistent que la partie des murs du clocher et des trois premières travées de la nef construites en petits moellons cubiques et la coupole dans le clocher.

L´église se compose d'une nef de quatre travées, d'un chœur, d'une crypte à laquelle on accède par des escaliers droits et de chapelles adossées au nord et au sud. Les murs des trois premières travées et du clocher sont construits en petit appareil composé de moellons cubiques, les autres murs sont en pierre de taille. Les trois premières travées de la nef sont couvertes de voûtes d´arêtes en briques, la quatrième travée de la nef, le chœur, les chapelles nord et sud et la crypte sont couverts de voûtes d´ogives.

Pour Crozet, l´église primitive de Jarnac appartient aussi à la série des églises à nefs simples de largeur moyenne, environ 9 mètres. Dans le mur sud est esquissé l´emploi de l´opus spicatum. Dès l´origine, à la fin du 10e ou au début du 11e siècle, le clocher est positionné du côté nord et non dans l´alignement de la nef, celle-ci étant trop large avec des murs trop minces qui n´étaient pas destinés à recevoir une voûte. La tour carrée du clocher est percée de fenêtres à petits claveaux cunéiformes très ébrasés au dedans et, autre signe d´archaïsme, de deux petits oculi dont l´un au moins est appareillé de même. Cette tour a été surélevée dès l´époque romane et à nouveau plus tard. Lors de sa construction, cette tour n´était pas voûtée. Une coupole sur pendentifs a été élevée dès le 12e siècle sur quatre piliers massifs placés dans les angles du clocher.

La façade est percée d´une porte entre deux arcades et se compose, au premier étage, de cinq arcades (avec une fenêtre dans celle du milieu), au second étage, de sept arcades sous le pignon.

Sur une gravure ancienne, la façade est flanquée de deux contreforts plats qui montent à mi-hauteur de l´élévation. Au centre, le portail, représenté avec une voussure de quatre rouleaux apparemment sans décor, est encadré de deux contreforts plats plus étroits et un peu plus hauts que les contreforts latéraux. Il est surmontée d´une haute fenêtre relativement étroite. Le pignon triangulaire, à faible pente, est découvert.

On accède à la crypte par deux escaliers droits, l´un au nord et l´autre au sud. De plan carré, la crypte est partagée en quatre parties égales très larges, couvertes chacune d´une voûte d´ogives à nervures toriques. Au centre des quatre travées, un pilier central cruciforme sur base carrée reçoit les retombées des nervures. Les faces du pilier sont renforcées d´une colonne engagée et les angles, d´une colonne plus petite. En face, sur le milieu des murs, des colonnes sur dosseret accostées de deux colonnes plus petites reçoivent les arcs doubleaux partant du pilier central. Les bases des colonnes sont ornées de griffes, et les chapiteaux, de crochets saillants. Quatre « statues-colonnes » en calcaire, avec quelques vestiges de polychromie, de 83 à 95 cm de haut, reçoivent les retombées des ogives et des formerets dans chacun des angles de la crypte. Les tailloirs sont garnis de feuilles et les socles sont variés (cul-de-lampe, demi-colonne). Chaque œuvre est taillée dans un seul bloc de pierre. Elles semblent dater du 13e siècle, comme la crypte, et sont assez abîmées : mains, visages et/ou jambes cassés, nombreuses épaufrures, présence de calcin et de moisissures.

Au nord-ouest se trouve un atlante aux bras levés et aux jambes pliées sous lui, doté d´une chevelure courte et bouclée ; il est vêtu d´une robe blousant sur la poitrine et serrée à la taille par une ceinture (peut-être nouée par devant). La statue nord-est est un ange debout, les deux bras ramenés par devant, les ailes repliées en arrière de part et d´autre de la tête, surmontée d´une épaisse auréole ; il est vêtu d´une robe longue plissée par devant. Un homme se tient debout au sud-est. Il semble tenir un objet à la main gauche et porte une robe longue à col rond, plissée dans le bas et également aux manches, au-dessus des coudes. La statue sud-ouest est un homme debout, légèrement penché en avant ; il est pourvu d´un long cou et d´une tête à la chevelure courte bouclée ; il porte une robe mi-longue, au plissé large, qui laisse apparaître ses pieds et ses mollets.

Sur les murs sud et est de la travée sud-est de la crypte subsistent quelques vestiges de peintures murales (vraisemblablement des fresques) religieuses qui pourraient dater du 13e ou du 14e siècle. Il ne s´agit probablement que d´une petite partie d´un ensemble qui devait garnir les quatre murs de la crypte. À l´origine, la partie inférieure des murs, sur environ 2 m de haut, devait être garnie d´un semis de fleurs ocre rouge à cinq pétales vraisemblablement exécutées à l´aide d´un pochoir. Au-dessus d´une bande ocre rouge, ocre jaune et noire de 10 cm environ devaient être peintes des figures de saints et saintes à raison de deux par travée : une à gauche et une à droite du soupirail qui est percé au centre du mur. D´autres figures étaient peintes, sur les ébrasements des soupiraux. De ce décor ne subsistent plus que d´infimes vestiges sur la partie gauche du mur sud et sur le mur est de la travée sud-est.

La partie gauche du mur sud est la partie la mieux conservée, celle qui a été déjà décrite par Augier et Millet en 1875. Depuis le sol jusqu´à environ 1,95 m à 1,98 m, on reconnaît une quinzaine de ces fleurs ocre rouge à cinq pétales qui, à l´origine, devaient entièrement garnir la partie inférieure des murs. Au-dessus, sur 1,16 m de long et 9 cm de large environ, se développe une bande ocre rouge en bas et ocre jaune en haut que délimite en haut un trait noir. Au-dessus, en particulier à gauche et juste devant le personnage, se distingue un nouveau semis de fleurs (une douzaine sont bien visibles). Au centre, un évêque mitré et crossé se tient tourné vers la droite, tendant en avant sa main droite au-dessus d´un baquet rectangulaire d´où émergent les trois clercs : il s´agit, bien évidemment, de saint Nicolas ressuscitant les trois clercs du saloir. Le saint porte une robe ocre rouge aux contours noirs pourvue au col et au poignet d´un orfroi ocre jaune résillé de noir. Il est coiffé d´une mitre blanche ornée de deux bandes ocre jaune perpendiculaires l´une par rapport à l´autre. Sa crosse ocre jaune surmonte un long bâton ocre rouge. Sa barbe et ses cheveux sont ocre jaune, sa bouche, son nez et ses sourcils, ocre rouge. Le nimbe placé derrière sa tête est fait de ces deux mêmes couleurs. Du baquet, dont les planches ocre jaune sont cernées d´ocre rouge, émergent les corps nus, cernés de noir, des trois clercs. On ne distingue plus guère que les cuisses, le bas ventre, les bras et les mains jointes de celui de gauche, la tête aux cheveux courts ocre jaune de celui du centre et les mains jointes de celui de droite (qui a peut-être été coupé par l´ouverture du soupirail, postérieure à la réalisation du décor peint).

Sur la partie droite du mur est, entre 1,25 m et 1,50 m au-dessus du sol, se devinent encore les vestiges d´un décor végétal ocre rouge. Puis, entre 1,72 m et 1,88 m se développent un filet ocre rouge puis un bandeau ocre jaune et ocre rouge surmonté d´un filet noir. Au-dessus se distinguent un semis de fleurs ocre rouge à cinq pétales et une figure debout, tournée, semble-t-il, vers la gauche et tenant un livre à la main. Ce saint ou cette sainte porte une robe à manche noire et un manteau ocre jaune à plissé ocre rouge et contours noirs. Le livre est ocre rouge avec une tranche ocre jaune.

Dans la partie basse sur la gauche du mur oriental se devinent les restes d´un semis fleurs à cinq pétales et des filets ocre rouge imitant de faux joints. Entre 1,83 m et 1,91 m court un bandeau ocre jaune et ocre rouge surmonté d´un liseré noir. Au-dessus, sur un semis de fleurs rouges, on croit reconnaître sainte Marguerite agenouillée dans sa prison, tournée vers la droite, brandissant une croix, et le dragon couché sous ses pieds. De celui-ci, on voit encore, à droite, l´extrémité enroulée sur elle-même de la queue, à gauche, l´avant train, l´un et l´autre ocre jaune cerné d´ocre rouge, et au-dessus, la gueule, dont on distingue bien les dents et un œil. La sainte, en robe à manche noire, porte par dessus une tunique ocre jaune au plissé ocre rouge et tient devant elle une croix légèrement pattée. Elle est agenouillée sur les trois assises d´une maçonnerie rose qui doit probablement symboliser sa prison.

Dans l´embrasure gauche du soupirail est, au-dessus d´un semis de fleurs, on ne distingue plus, d´un personnage debout, que les contours ocre rouge d´une partie de son vêtement et une main tenant une coupe.

À une époque inconnue, le caveau des seigneurs de Jarnac a été élevé contre le mur occidental de la crypte.

Murscalcaire pierre de taille
calcaire petit appareil
calcaire moellon
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte d'arêtes
voûte d'ogives
coupole en pendentifs
voûte en berceau
en brique
en brique
Couverturestoit en pavillon
toit à longs pans
pignon découvert
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour
escalier intérieur : escalier droit
État de conservationrestauré
Techniquesvitrail
peinture
sculpture
Représentationsornement animal ornement végétal
Précision représentations

Sujet : ornement animal ; support : chapiteaux des arcatures de la 4e travée de la nef ; sujet : ornement végétal ; support : chapiteaux de la nef, du clocher, du choeur, des chapelles et de la crypte.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsclassé MH partiellement, 1945/03/01
inscrit MH partiellement, 1992/03/03
Précisions sur la protection

Crypte : classement par arrêté du 1er mars 1945 ; Clocher (cad. AS 724) : inscription par arrêté du 3 mars 1992.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales : F 19 4805, 5002, 5260.

    Archives nationales, Paris : F 19 4805, 5002, 5260
  • 1328-1574 : sacristie et chapelle Saint-Gilles. 1451-1675 : prieuré : personnel. 1623-1644 : union du prieuré au collège des Jésuites.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : H 1 267, 273, 281
  • 1806 : réparations à l'église et au presbytère. 1806, 3 juin : Devis de réparations à l'église et au presbytère. 1806, 30 VIII : autorisation du préfet d'employer 303,16F à la réparation de l'église et du presbytère.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Jarnac
  • 1844, 4 VI. Le préfet approuve "le devis des travaux à exécuter pour les réparations à faire au clocher de l'église catholique de Jarnac", 357,60F.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Jarnac
  • 1860, 29 IX. Devis des travaux à faire au clocher pour y poser les cloches par Lorrain aîné, entrepreneur de travaux publics : 395 F.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Jarnac
  • 1861, 26 VII : arrêté du préfet autorisant la commune à acheter un droit de vue sur les immeubles des époux Béchade pour l'ouverture d'une "grande fenêtre ogivale qui existait autrefois et qui avait été murée il y a un grand nombre d'années".

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Jarnac
  • 1866, 14 IX : le conseil municipal accepte que la fabrique fasse supprimer par Warin l'arc séparant le choeur de la nef.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Jarnac
  • 1867 : acquisition de l'immeuble Plumejaud sis au nord-ouest de l'église et démoli peu après.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Jarnac
  • 1855-1861 : Travaux d'Alphonse Deménieux, architecte à Cognac. 1855, 7 octobre : devis de Alphonse Deménieux, architecte à Cognac, pour travaux à la crypte et au choeur. Travaux payés le 29 juin 1861.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Jarnac
  • 1897-1898 : Travaux de Martin, architecte du département. 1897, 21 juillet : devis pour la restauration de la façade par Martin. 1898, 28 février : le conseil municipal approuve le projet de façade établi par l'architecte du département, Martin, à la demande de la fabrique : 10 040 F., 04. 1898, 23 mars : approbation de l'évêque d'Angoulême.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Jarnac
  • Travaux de Deménieux, architecte.

    Archives diocésaines de la Charente, Angoulême : Jarn 5
  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    4 p., 6 fig Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
Documents figurés
  • " La ville de Inacque ". Sans date. [fin XVIe s.]. Signée Chastillon. 91 x 399 mm. Gravure. [concerne Jarnac ou Cognac ? ].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 369 G
  • " La ville et le chasteau de Durnac, Angoum. 88 ". Sans date. [XVIIe s. Chastillon]. 80 x 110 mm. Gravure. (Bibliothèque Nationale de France. Estampes : Va 16, tome 2.). [Reproduit dans Sépulchre, Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente. 1993, p. 469].

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Estampes : Va 16, tome 2
  • " La ville et le château de Jarnac ". Sans date. [fin XVIe s.]. 75 x 159 mm. Photographie d'une gravure de Chastillon.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 114 P
  • " L'église de Jarnac ". Sans date [XIXe s.]. P. B. 72 x 95 mm. Gravure. Vue du nord-ouest. (Autre exemplaire à la Bibliothèque Nationale de France. Estampes : Va 16, tome 2).

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 323 P
  • " Vue de Jarnac ". [1836]. De Sainson. 210 x 475 mm. Lithographie E. Robert. (Bibliothèque Nationale de France Estampes : Va 16, tome 2.).

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Estampes : Va 16, tome 2
  • " Église de Jarnac ". Plan du choeur à l'échelle de 0,005 pour 1 m.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 853
  • " Église de Jarnac. Projet de restauration de l'ancienne fenêtre " [1]. Deménieux.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 853
  • " Église de Jarnac. Projet de restauration de l'ancienne fenêtre " [2]. Deménieux.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 853
  • " Église de Jarnac. Fenêtre projetée " [3]. Deménieux.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 853
  • " Suppression de l'arcature entre le choeur et la nef ". 13 août 1866. E. Warin. Encre, lavis.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 853
  • " Église de Jarnac. Restauration de la façade ". 4 juillet 1898. Tirage de calques. Martin, architecte.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 856
  • " 3. Jarnac. Intérieur de l'église ". Sans date. 140 x 95 mm. Carte postale. Richard, Coquibus, Jarnac. (Société archéologique et historique de la Charente).

    Société archéologique et historique de la Charente, Angoulême
  • [Crypte, vue de l'intérieur]. Sans date. / XXe s. / 90 x 12 mm et 60 x 90 mm. 4 photographies.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 198 P
Bibliographie
  • Babinet de Rencogne, Gustave. Communication à la séance du 11 août 1875. Bulletins de la Société archéologique et historique de la Charente, 4ème série, tome X, 1875.

    p. L
  • Berland, J.-M. (O. S. B.). L'église de Jarnac. Bulletins et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 1966.

    p. 193-204
  • Cadet, Alberte. Les cloches de nos provinces. Société d'Etudes folkloriques du Centre-Ouest, 1972, numéro spécial.

    p. 147
  • Cadet, Alberte. Les saints patrons des églises romanes de Charente. Bulletin de la société d'études folkloriques du Centre-Ouest, t. 12, 1978.

    p. 295
  • Castaigne, Joseph. Communication à la séance du 13 février 1878. Bulletins de la société archéologique et historique de la Charente, cinquième série, tome 2, 1878/1879.

    p. XXIV
  • Catalogue du musée de la société archéologique et historique de la Charente. Bulletins et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, huitième série, tome 5, 1914.

    p. 115
  • Connoué, Charles. Les églises de Saintonge 1952-1961. T. 3, Saintes : Delavaud, 1959.

    p. 83-84
  • Cousin, Abbé. Histoire de Cognac, Jarnac, Segonzac et d'un grand nombre de localités entre Saintes et Châteauneuf, Archiac et Rouillac, Pons et Saint-Jean-d'Angély dans leurs rapports avec l'histoire générale de la France depuis les temps celtiques jusqu'à l'an 1882. Bordeaux : Impr. Gounouilhou, 1882.

    p. 321
  • Crozet, René. L'art roman en Saintonge. Paris : Picard, 1971.

    p. 30, 35, 36, 57, 80, 86, 95, 107
  • Crozet, René. La primitive église de Jarnac. Mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 1959.

    p. 69-72
  • Daras, Charles. Dictionnaire des églises de France, tome IIIc. Paris : Laffont, 1967.

    p. 77
  • Denyse, abbé Jules. L'abbaye royale de Saint-Étienne de Bassac de l'ordre de Saint-Benoît et de la congrégation de Saint-Maur. Bulletin de la société archéologique et historique de la Charente, cinquième série, tome 3, 1880.

    p. 29-30, 92-93
  • Dubourg-Noves, Pierre. Quelques réflexions sur les églises à coupoles des diocèses d'Angoulême et de Saintes. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, 4e série, t. 15, 1979-1980.

    p. 456, 477
  • George, Jean. Aperçu général sur les églises de la Charente. Bulletins et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 8ème série, tome 22, 1932.

    p. 27
  • George, Jean. Les églises de France : Charente. Paris : Letouzé et Ané, 1933.

    p. 128-129
  • Malard, G. Compte-rendu de l'excursion du 17 juillet 1886. Bulletins de la société archéologique et historique de la Charente, cinquième série, tome 8, 1886.

    p. 356-356
  • Martin-Civat, Pierre. Histoire de Cognac et du Cognaçais des origines à nos jours. Tome premier. Bulletin de l'Institut historique et archéologique de Cognac et du Cognaçais, 1979, tome 3, n° 7, 1977-1979.

    p. 184
  • Martin-Civat, Pierre. Saint-Léger de Cognac. Le prieuré bénédictin, l'église prieurale, la paroisse. Suivi de : Notules sur les tableaux de l'église prieurale Saint-Léger de Cognac. Bulletin de l'Institut historique et archéologique de Cognac et du Cognaçais, 1966, tome 3, n° 1.

    p. 71
  • Marvaud, François. Études historiques sur la ville de Cognac et l'arrondissement. Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, deuxième série, tome 2, 1856-1858.

    1ère partie, p. 299, 332 ; 2e partie, p.17-18
  • Maufras, Maurice. Peintures murales. Bulletins et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 1961-1962.

    p. 143, 150
  • Michon, abbé Jean-Hippolyte. Statistique monumentale de la Charente / ill. Zadig Rivaud, Jules Geynet, Monsieur de Lafargue Tauzia, Paul Abadie, Éditions Fabvre. Paris ; Angoulême : Derache, libraire, rue du Bouloy, 7, 1844.

    p. 98, 321
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, Angoulême, tome I, 1894-1903.

    p. 502-508
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 3.

    p. 107, 182-188, 423-427
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 4.

    p. 452-454
  • Reverchon, Pauline. Une œuvre célèbre de Jacques Blanchard à l'église Saint-Léger de Cognac. Bulletin de l'Institut historique et archéologique de Cognac et du Cognaçais, 1961, tome 2, n° 1.

    p. 51 note 1

Liens web

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Riou Yves-Jean - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Sarrazin Christine