Logo ={0} - Retour à l'accueil

Prieuré, aujourd'hui église Saint-Pierre

Dossier IA00041946 réalisé en 1983
Genrede bénédictins
Vocablessaint Pierre
Destinationséglise
Dénominationsprieuré
Aire d'étude et cantonPays Ouest-Charente - pays du Cognac - Segonzac
AdresseCommune : Ambleville
Lieu-dit : Le Bourg
Cadastre : 1812 B2 628 ; 1849 B3 507 ; 2011 ZD 60

Ambleville, dans l´ancien diocèse de Saintes, était le siège d´une vicairie perpétuelle et prieuré dépendant de l'abbaye de Baignes. L´église est signalée parmi les possessions de l´abbaye de Baignes vers 1098-1109, sous l´abbatiat d´Adémar II, à l´occasion de la donation d´une terre par Pons de Montchaude et Gardrad d´Ambleville « pour le repos de l´âme » de leur frère Arnaud. Le contrefort à gauche du portail de l´église porte deux inscriptions funéraires : + V. NONAS. IVLII. OBIIT. RIGAVDUS. AMBLAVILLAE (le 5 des nonnes de juillet mourut Arnaud d´Ambleville) et K [ALENDIS] IVLII OBIIT AR[N]AVDVS RIGAVDI... S... [F] EBROARII... [PET] RONILLA V [XOR EI] VS...... (le... des calendes de juillet mourut Arnaud Rigaud...de février, [Pét]ronille, sa [femme]...). La première inscription, relative à Arnaud d´Ambleville, pourrait évoquer le frère des deux donateurs. La mort de celui-ci, vers 1100, est probablement contemporaine de la construction de l´église, y compris la nef visible encore aujourd'hui.

La nef est flanquée de deux chapelles gothiques (s´étendant sur la dernière travée de la nef et la travée sous clocher) et prolongée par un chœur au 15e siècle ou au 16e siècle.

Les fonts baptismaux cylindriques, ornés de moulures annulaires, datent du 16e siècle.

La cloche est datée de 1639 (classée Monument historique).

L'ensemble a été restauré et la nef pourvue d'une voûte en briques, en 1882, sous la direction de Carteau, architecte à Segonzac.

L'église a fait l'objet d'une restauration notamment de la façade au début des années 2000, travaux qui se sont achevés par la rénovation de la place actuelle devant l´église en 2007.

Période(s)Principale : 12e siècle
Principale : 14e siècle
Principale : 15e siècle
Dates1882, daté par source
Auteur(s)Auteur : Carteau architecte

L´église Saint-Pierre est située dans le bourg d'Ambleville, limité à quelques maisons. Le cimetière, qui s´étendait sur le parvis jusque dans les années 1930, est désormais limité au sud de l´église.

L´église se compose d´une façade occidentale construite en pierre de taille de moyen appareil, d´une nef en moellons très réguliers sans travée, couverte d´une voûte en brique au 19e siècle, d´une travée sous clocher couverte d´une coupole sur trompes et d´un chœur couvert d´une croisée d´ogives à chevet plat. Deux chapelles latérales de deux travées chacune s´appuient au nord et au sud de la travée sous clocher en débordant légèrement sur la nef.

La façade occidentale est organisée en deux niveaux avec un pignon triangulaire découvert surmonté d´une croix en pierre. Elle est encadrée de deux étroits contreforts plats qui montent jusqu'à la corniche supérieure, celui de gauche portant deux inscriptions funéraires. La voussure du portail se compose de trois rouleaux (le premier et le deuxième sont séparés par une petite partie en méplat avec un liseré central), sans décor, surmontés d´une archivolte ornée de pointes de diamant. Elle repose sur des colonnes du côté interne et des colonnettes dont le haut est taillé dans la même pierre en forme de chapiteau ; quelques chapiteaux sont gravés de fins liserés qui peuvent se prolonger sur le haut de la colonne. Les bases des colonnes et des colonnes sont moulurées.

Le premier niveau est surmonté d´une corniche située assez haut, juste sous la fenêtre centrale encadrée de deux arcatures aveugles.

Toutes trois sont couvertes d´un arc en plein cintre, sculpté de dents de scie et d´arcs de cercle, et surmonté d´une archivolte, ornée d´un motif en zigzag, qui repose sur des colonnes géminées au centre. Les tailloirs, ornés de disques, se prolongent à droite et à gauche en cordon. Les bases et les chapiteaux sont partie intégrante des colonnes monolithes, simplement dessinés par une astragale et deux bagues pour la partie correspondant au chapiteau et une mouluration à boudin et scotie pour la partie correspondant à la base.

Une corniche ornée de disques, portée par huit modillons sculptés, sépare ce second niveau du pignon, lui-même orné d´un motif en damier. Parmi les modillons se distinguent un tonnelet (premier modillon, à gauche du contrefort) et un visage (cinquième modillon).

Le mur sud de la nef est séparé par un contrefort plat en deux parties, éclairée chacune par une fenêtre étroite située au niveau du comble. La corniche est portée par des modillons dont une partie sont sculptés.

La porte ouest de la chapelle sud, couverte d´un arc brisé, a été murée, tout comme l´étroite fenêtre située à l´est de son mur sud et la partie inférieure de la fenêtre de plus grandes dimensions du mur est. Le mur sud de cette chapelle a été consolidé en son centre par un puissant contrefort, le contrefort situé dans l´angle sud-est présente des désordres (décollement partiel du mur). Parmi les modillons qui portent la corniche de la chapelle sud se trouvent des têtes humaines et animales, notamment une tête animale portant un disque dans sa gueule, assez proche de celle qui se trouve sur le mur nord.

Des contreforts renforcent les angles des chapelles et du chevet. Celui de l´angle nord-est du chevet présente d´importants désordres (fissure du haut en bas).

Le chevet, reconstruit au 15e siècle sur un plan rectangulaire, est éclairé par trois fenêtres, deux brisées au nord (partiellement murée) et au sud, et une à trois meneaux et réseau flamboyant à l'est. Ses parties hautes, y compris la corniche et les modillons, ont été refaits. Un puissant contrefort renforce son mur sud à la jonction avec la chapelle sud.

La chapelle nord est contemporaine du chevet et sa porte occidentale présente un décor Renaissance. Ses angles nord-est et nord-ouest sont renforcés par des contreforts obliques.

Le mur nord de la nef est percé d´une porte couverte en plein cintre et murée vers l´est et d´une fenêtre étroite située au niveau du comble vers l´ouest. Bien que consolidée récemment, la jonction entre la nef en moellon et la façade en pierre de taille (avec son retour et un contrefort plat à l´est du mur nord de la nef) reste fragile, avec l´apparition d´une nouvelle fissure postérieure à la restauration. La corniche est portée par des modillons parmi lesquels se trouvent plusieurs têtes humaines et une tête animale portant un disque dans sa gueule.

Le clocher carré présente deux niveaux séparés par un cordon prolongeant les tailloirs des chapiteaux du premier étage. Ce premier étage est percé au nord, à l´est et au sud de deux baies à deux rouleaux, reposant chacun sur une colonne avec des chapiteaux à décor géométrique ou végétal, parfois de bagues ou avec seulement une astragale très marquée. Certaines corbeilles sont polygonales. Les tailloirs se prolongent en cordon entre les baies et sur les faces ouest et est. Le second étage est percé d'une baie rectangulaire sur chaque face. Il est surmonté d'une corniche et couvert d'un toit à faible pente à quatre pans. La corniche est portée par dix modillons sur chaque face, ceux des angles étant commun aux deux faces adjacentes. Ces modillons, à l´exception de ceux situés à l´est, non décorés, sont ornés principalement de têtes humaines et animales, avec quelques motifs végétaux et géométriques.

La nef, sans pilastre ni colonne, est couverte d´une voûte en berceau en brique.

La travée sous clocher conserve une coupole sur trompes appartenant à la première campagne de construction de l´église.

Les murs latéraux de la travée sous clocher sont percés d'arcs conduisant dans deux chapelles gothiques, de deux travées, s'étendant en retour vers la troisième travée de la nef. La chapelle sud pourrait dater de la fin du 13e ou du 14e siècle. Elle est couverte de croisées d´ogives aux clés ornées de masques retombant sur des chapiteaux à décor végétal naturaliste.

La chapelle nord a perdu ses voûtes d´ogives, remplacées par un plafond en lambris.

Murscalcaire
brique
enduit partiel
pierre de taille
moellon
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau
voûte d'ogives
coupole à trompes
Couverturestoit en pavillon
toit à longs pans
appentis
pignon découvert
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour
État de conservationrestauré
Techniquesvitrail
sculpture
Représentationsornement en forme d'objet, tonneau ornement géométrique, dent de scie, pointe de diamant, cercle ornement figuré, tête ornement animal ornement végétal
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsinscrit MH, 1965/05/24
Précisions sur la protection

Eglise (cad. A 614) : inscription par arrêté du 24 mai 1965.

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1829, 27 avril. Lettre au préfet demandant un secours pour les réparations de l'église.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O Ambleville
  • 1849, 31 août. Le conseil municipal vote un crédit de 150 F pour des réparations à l'escalier et la pose des vitres.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O Ambleville
  • 1882-1883. Travaux de Carteau, architecte à Segonzac. 1882, 29 août. Devis des réparations à faire à l'église par Carteau architecte à Segonzac. 1882, 28 octobre. Adjudication des travaux à Jean Geneuvre, entrepreneur aux Métairies. 1883, 6 octobre. Réception définitive des travaux. 1883, 24 novembre. Décompte des travaux (voûte en brique creuse, enduits, maçonnerie, carrelage en carreaux de terre cuite et en mosaïque de ciment, poteaux et porte en sapin, cloison en brique...

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O Ambleville
  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    4 p., 3 pl Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
Documents figurés
  • " 172. Ambleville (Charente). L'église roman XIe siècle. Coupole octogonale du XIIe s. Abside du XIVe s. ". Sans date [1re moitié XXe s.]. Éditions H. Girard, Cognac. Carte postale. (Musée Cognac : 72.7.29).

    Musée, Cognac : 72.7.29
Bibliographie
  • Cadet, Alberte. Les saints patrons des églises romanes de Charente. Bulletin de la société d'études folkloriques du Centre-Ouest, t. 12, 1978.

    p. 295
  • Cousin, Abbé. Histoire de Cognac, Jarnac, Segonzac et d'un grand nombre de localités entre Saintes et Châteauneuf, Archiac et Rouillac, Pons et Saint-Jean-d'Angély dans leurs rapports avec l'histoire générale de la France depuis les temps celtiques jusqu'à l'an 1882. Bordeaux : Impr. Gounouilhou, 1882.

    p. 387
  • Crozet, René. L'art roman en Saintonge. Paris : Picard, 1971.

    p. 99, 104, 109, 115
  • Connoué, Charles. Les églises de Saintonge 1952-1961. T. 3, Saintes : Delavaud, 1959.

    p. 21
  • Daras, Charles. Les façades des églises romanes ornées d'arcatures en Charente. Leur origine, leur filiation. Bulletin monumental, tome 119, 1961.

    p. 125
  • George, Jean. Les églises de France : Charente. Paris : Letouzé et Ané, 1933.

    p. 7
  • Michon, abbé Jean-Hippolyte. Statistique monumentale de la Charente / ill. Zadig Rivaud, Jules Geynet, Monsieur de Lafargue Tauzia, Paul Abadie, Éditions Fabvre. Paris ; Angoulême : Derache, libraire, rue du Bouloy, 7, 1844.

    p. 272
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 3.

    p. 333-334, 494-495
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 4.

    p. 468-469

Liens web

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Sarrazin Christine