Logo ={0} - Retour à l'accueil

Prieuré, actuellement maison dite Le Pressoir ou le Prieuré

Dossier IA86013670 réalisé en 2020

Fiche

Appellationsle Pressoir, le Prieuré
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesdépendance, puits, portail, tour porte
Dénominationsprieuré
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération de Grand Châtellerault - Châtellerault-1
AdresseCommune : Scorbé-Clairvaux
Lieu-dit : Le Pressoir
Adresse : 3-5 rue
Hugues de Clervaux
Cadastre : 1826 A 589-891 ; 2019 AE 767-775

Ancien fief relevant du marquisat de Clairvaux, le prieuré, appelé le Pressoir, est cité en 1446 (le Pressouer) comme dépendant de la seigneurie de Puygarreau. Construit au nord du bourg, au bord du chemin conduisant au château du Haut-Clairvaux, sa date de construction n'est pas connue. Il est vraisemblablement remanié au 16e siècle avec la construction, à l'ouest, d'une tour carrée et d'un portail attribués à Jacques Androuet du Cerceau.

Sur le plan parcellaire cadastral de 1826 (Section A, feuille 2), le prieuré, devenu ferme, est figuré avec ses bâtiments délimitant une cour carrée, son pigeonnier, et trois bâtiments isolés à l'ouest dont l'un abrite un pressoir. Le pigeonnier, de plan circulaire, est détruit après cette date et avant 1945. Le portail est bouché à une date inconnue.

Au 19e siècle, le lieu prend le nom de château du Pressoir, appellation conservée jusqu'au début du 20e siècle environ.

Une carte postale du début du 20e siècle représente le logis, la tourelle, le portail bouché et le mur crénelé. Le logis est photographié depuis l'ouest. Ses angles ouest et est sont terminés par deux tours d'angle dont l'une (à l'est) est coiffée d'un toit en poivrière. Le logis présente son élévation d'origine (1 étage carré et un étage de comble) avec son mur pignon ouest découvert et un contrefort à l'angle de la tourelle et du logis. La toiture en tuile plate est à longs pans. Les fenêtres au sud, dont on distingue bien les appuis saillants, sont bouchées.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un obus tombe à l'angle sud-est des bâtiments et détruit une partie du logis et de la tour d'angle.

Le prieuré se présente aujourd'hui comme un ensemble formé de plusieurs bâtiments de plan rectangulaire délimitant une cour centrale. La fonction des bâtiments n'est pas connue mais peut être devinée à travers des éléments subsistants d'architecture. Ainsi, le bâtiment au nord a sans doute eu une fonction de stockage avec la présence d'un cellier, d'un grenier. Il a pu aussi servir de poste d'observation puisqu'une échauguette est conservée sur la façade nord. Le bâtiment à l'est, conservant des baies géminées, a pu servir de lieu de vie pour la communauté (dortoir ? salle capitulaire ?), tandis que le bâtiment au sud a pu faire office de logis pour le prieur avec la présence de deux fenêtres à croisées et d'éléments sculptés au rez-de-chaussée.

Période(s)Principale : 16e siècle
Secondaire : 20e siècle

Le prieuré est situé au nord du bourg, le long de la route menant au château du Haut-Clairvaux. L'emprise a été peu modifiée depuis la levée du cadastre napoléonien en 1826. Les bâtiments, de plan rectangulaire, s'organisent autour d'une cour, close à l'ouest par un haut mur en pierre et un vaste portail (inscrit MH) actuellement bouché.

L'entrée actuelle se fait à l'est, depuis une ancienne porte de grange dont il ne reste que le mur extérieur. Cette entrée se prolonge vers le sud par un bâtiment d'habitation construit en pierre et recouvert d'enduit, il comprend un rez-de-chaussée, un étage carré et un étage de comble. La façade ouest de ce bâtiment conserve la trace, au niveau du premier étage, des parties hautes de baies géminées trilobées.

Un second bâtiment (ancien logis), construit perpendiculairement au bâtiment d'habitation, et orienté nord/sud, lui est accolé. Il se compose d'un rez-de-chaussée, d'un étage carré et d'un étage de comble. Les murs sont en pierre recouverts d'un enduit. La toiture est à longs pans avec une demi-croupe à l'est. Ce bâtiment, à l'origine d'un seul tenant, se prolonge vers l'ouest par une construction plus basse construite en moellons partiellement enduits. La toiture à longs pans est en tuile mécanique, elle a été abaissée et modifiée (présence d'un coyau). La façade sud de ces deux bâtiments conserve des ouvertures à feuillures avec appuis saillants moulurés et deux croisées dont l'une est bouchée.

Une tourelle carrée à deux étages carrés est accolée à la façade nord de l'ancien logis. Construite en pierre de taille, ses niveaux sont soulignés par un bandeau de pierre. Elle est coiffée d'un toit en ardoise en pavillon, elle comprenait à l'origine un escalier qui communiquait avec le logis. L'accès à la tour, par une porte piétonne à bossages surmontée d'un fronton triangulaire, est bouché. La tourelle est prolongée à droite par un portail monumental dont l'entrée est murée. La porte en plein cintre est entourée de pierre de taille séparées par des joints larges et profonds. Elle est surmontée d'un entablement décoré de triglyphes et de pierres taillées en pointe de diamant. Un fronton arrondi, amorti à sa naissance par deux vases, et orné au centre d'un motif sculpté, surmonte cet entablement. A gauche, se trouve un haut mur crénelé percé d'une porte murée faisant pendant avec la porte de la tourelle.

Au nord, un bâtiment de plan rectangulaire irrégulier vient clore l'ensemble : il se compose d'un sous-sol, abritant un cellier voûté, d'un rez-de-chaussée surélevé et d'un étage de comble. La façade sud comprend un escalier extérieur droit en pierre protégé par un ballet et permettant l'accès à un grenier. La partie haute des murs comprend trente-six boulins carrés répartis sur trois niveaux (8 x 3 et 4 x 3). La façade nord conserve une échauguette, supportée par trois consoles en pierre et percée autrefois, sur les côtés, de deux meurtrières, aujourd'hui bouchée.

Murspierre moellon enduit partiel
pierre enduit
Toittuile mécanique, tuile creuse, ardoise
Plansplan régulier en U
Étagessous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés, étage de comble
Couverturestoit en pavillon
toit à longs pans
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit
Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreédifice remarquable
Éléments remarquablesportail, tour
Protectionsinscrit MH, 1929/04/10
Précisions sur la protection

Le portail aujourd'hui muré et la tourelle carrée.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Plan cadastral parcellaire de la commune de Scorbé-Clairvaux, Demellier, géomètre, 16 feuilles, 11 sections, 1826.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 5642 à 5653
Bibliographie
  • RÉDET, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne [...], Paris : Imprimerie nationale, 1881. (Réédition Paris : J.-M. Williamson, 1989), 526 p.

    p. 335 Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : 914.463 RED
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault - Lorieux Clarisse
Lorieux Clarisse (1980 - )

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.