Dossier IM86003370 | Réalisé par
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Présentation des objets mobiliers (église paroissiale Saint-Jacques et Saint-Philippe, dite "église du bourg" de Buxerolles), Église paroissiale Saint-Jacques et Saint-Philippe, dite "église du bourg"
Auteur
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
  • (c) Communauté d'Agglomération de Poitiers

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté d'Agglomération de Poitiers

Ne sont aujourd´hui visibles que peu des objets qui ornaient la première église du bourg, détruite en 1868 pour faire place à l´actuelle. Il en reste un élément de claustra en pierre, les armoiries en pierre de M. de Lépinay-Beaumont, la pierre sculptée en forme de clés constituant une croix, les sculptures déposées à l´hôtel de ville, le tableau représentant les saints Jacques et Philippe, et peut-être la statue de Saint-Pierre-aux-liens. Les archives mentionnent plusieurs acquisitions de nouveaux objets de culte au cours de l´Ancien Régime. Le 17 août 1670, une quittance de 30 livres 15 sous est donnée à l´orfèvre Jacques Launay pour un calice en argent, financé par une quête. Le 1er mai 1683, Suzanne Richard, veuve de Jacques Ollivier, seigneur de la Loubantière, donne un "soleil" ou ostensoir. Le 22 mars 1687, le pavement du chœur est refait, l´autel restauré et la table de communion fixée. Le 22 novembre 1704, effectuant une visite de l´église, l´évêque de Poitiers demande au curé de mettre au confessionnal des grilles des deux côtés, de faire réparer la couverture des fonts baptismaux et "pour empêcher les indescences", ordonne qu´il "soit mis autour de ladite couverture des pointes de fer afin que l´on ne s´appuye point dessus". Des travaux sont réalisés en 1736 dans le choeur par l´entrepreneur Rabié, de Poitiers, tandis que le sieur Rousseau, du village de l´Ormeau, fait refaire le tableau de Saint-Blaise et y fait "peindre le baptême de Notre Seigneur Jésus-Christ par saint Jean-Baptiste qui est son patron". Ces ouvrages sont réalisés par M. Coullaud, maître en l´art de peinture qui possède une demeure au village de la Vallée. En 1747 est bénie une cloche fondue par Pierre Cosse et qui a pour parrain Thomas White et pour marraine Claude de Orhan veuve de Pierre Duvieil. Le 1er février 1752, les décimateurs de la paroisse font don d´une aube, de deux amicts et d´une ceinture. En 1754, le curé reçoit des décimateurs une chasuble avec étole, manipule, voile de même étoffe et couleur, une bourse de couleur rouge, un corporal, deux amicts, qui ont servi à des moines, deux aubes, une toute unie d´assez bonne toile, et l´autre un peu plus fine avec de la dentelle, deux ceintures et six chandeliers en bois. La même année, le calice est redoré par M. Guidon, orfèvre près des Jacobins de Poitiers. L´année suivante, Messieurs Le Cavellier et Montois financent l´acquisition d´une chasuble, une étole, un manipule, un corporal, une "épalle", une aube, une ceinture, deux amicts, quatre chandeliers en bois, une nappe d´autel, un missel, "l´encastillement du devent de l´autel et les deux panneaux de lambry qui sont soubs le retable avec la tablette" ainsi que la ferrure et la peinture du devant de l´autel et des deux panneaux du retable. En 1758 et 1764, trois inhumations de notables de la paroisse dans l´église permettent de savoir que les autels latéraux sont dédiés l´un à Saint Jean et Saint Blaise, l´autre à la Sainte Vierge. Le 12 juin 1772, François Jacob, sculpteur à Poitiers connu pour avoir réalisé les tabernacles de Vouillé et de Bignoux en 1761 et 1766, reçoit 12 livres pour des travaux exécutés dans l´église de Buxerolles. En 1816, la statue de saint Jacques le Majeur qui ornait jusqu´à présent le maître-autel, est déplacée pour faire place à une boiserie ramenée de l´église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, sur financement de M. Farrand de Clotet. Au centre de cette boiserie est placée une toile représentant saint Jacques et saint Philippe, sans doute la toile encore visible aujourd´hui au-dessus de la tribune de l´église. D´autres boiseries du même style sont placées au-dessus des deux autels latéraux avec notamment à droite un tableau représentant le Rosaire. En 1855, peu après la construction du nouveau clocher-porche, la fabrique emprunte pour deux ans une cloche dite "du doyen" à la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Cette cloche finit par être achetée avec l´aide financière de la municipalité. Elle a pourtant été retirée depuis du clocher. En 1859, la fabrique finance des réparations "au vitrail de la croisée de la Sainte Vierge".

L´aspect intérieur de cette première église avant sa destruction en 1868, est assez bien connu grâce aux descriptions qui en ont été faites à cette occasion, notamment celle établie par Xavier Barbier de Montault. De part et d´autre de l´entrée du chœur, adossés au mur de refend qui séparait la nef et le chœur, se trouvaient les deux autels latéraux, en pierre et d´époque romane. Leurs tables étaient épaisses et taillées en biseau. L´une portait une croix tréflée dirigée du nord au sud. Ces tables d´autels ont peut-être été réutilisées pour fabriquer la margelle du puits situé au sud de l´église, effectivement constituée de deux pierres taillées en biseau. Ces deux autels étaient surmonté par des retables en bois, sans doute ceux placés en 1816. Chaque retable était encadré par deux colonnes cannelées d´ordre corinthien, supportant un fronton triangulaire. Le retable de l´autel de droite portait une toile estimée du 17e siècle et qui représentait saint Nicolas de Tolentin ; provenant peut-être de l´église des Augustins de Poitiers, elle portait en bas à gauche les armoiries du donateur et de la donatrice. Au-dessus de l´autel de gauche se trouvait une toile de moins bonne qualité, représentant la Vierge à l´Enfant distribuant le Rosaire aux autorités civiles et ecclésiastiques ; sans doute du 17e siècle également, cette toile aurait pu appartenir aux Dominicains ou aux Jacobins de Poitiers. Au-dessus du maître-autel s´élevait un retable en bois du 18e siècle, portant deux toiles du 18e siècle : l´une représentait sainte Catherine d´Alexandrie, l´autre sainte Rosalie. Dans le chœur se trouvait aussi un tableau de la vie de sainte Marie-Madeleine, une huile peinte par F. Nautré, qui avait signé, et offerte par Monseigneur de La Rocheposay, évêque de Poitiers de 1612 à 1651 et dont la toile portait les armoiries. Dans la sacristie se trouvait un reliquaire contenant une relique de la Vraie Croix. Dans le mur du chevet étaient sculptées les armes de M. de Lepinay Richeteau, seigneur de Buxerolles au 17e siècle. A l´extérieur, sur un des contreforts, se trouvait la pierre sculptée en forme de quatre clés disposées en croix.

La reconstruction de l´église en 1868 ayant été plus coûteuse que prévu, les moyens manquent ensuite pour la doter d´objets d´importance. Le 30 août 1877, le curé Briault écrit même à la maréchale de Mac-Mahon, épouse du Président de la République, pour obtenir des vases sacrés et des ornements, notamment un calice et un ciboire. Malgré ces difficultés, l´église se dote notamment d´un ensemble de statues encore en place aujourd´hui, ou encore du chemin de croix financé, entre autres choses, par les dons des paroissiens. Vers 1900, le curé De Lafond orne l´église de la statue de saint Antoine, d´un conopée de tabernacle et de six chandeliers du maître-autel. Un ostensoir en vermeil est offert par le groupe des Enfants de Marie du Sacré-Cœur de Poitiers. En 1906, l´inventaire réalisé lors de la séparation des Eglises et de l´Etat, établit qu´un des autels latéraux est dédié à la Vierge, l´autre à l´Enfant Jésus. Un confessionnal est aussi observé, de même que les deux ensembles de statues encore visibles aujourd´hui, ou encore la chaire, la table de communion, dans la sacristie des pièces d´orfèvrerie, dont la croix de procession, et des vêtements liturgiques. Pendant l´Entre-deux-guerres, l´église connaît en particulier la célébration de la béatification de Léa Laverré, miraculée originaire de la paroisse, et la fête de bénédiction de la statue de Sainte-Thérèse-de-Lisieux. Les années 1950 ont été sous la houlette de l´abbé Colin une nouvelle période d´amélioration du décor de l´église et de son corpus d´objets : bénédiction d´une troisième cloche, déplacement de l´ancienne table de communion sur la tribune nouvellement construite, récupération auprès d´une communauté religieuse du tabernacle qui figure sur l´autel du bras sud du transept. Depuis lors, le décor de l´église a peu changé même s´il ne reste rien des pièces d´orfèvrerie qui s´y trouvaient.

Documents d'archives

  • A. D. Vienne E dépôt 41 GG 1. 1622-1700 : registre des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Buxerolles.

  • A. D. Vienne E dépôt 41 GG 2. 1737-1792 : registres des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Buxerolles.

  • A. D. Vienne 9 G 13. 1755 : mémoire sur l'achat d'objets pour l'église de Buxerolles.

  • A. D. Vienne 2 O 51/6. 1859-1860 : presbytère de Buxerolles, acquisitions.

  • A. D. Vienne 2 Q 43. 1906, 21 février : inventaire des biens de la fabrique de Buxerolles.

  • Registres des délibérations du conseil municipal.

    Archives municipales, Buxerolles
    séances des 15 juin 1862 et 5 juin 1954
  • A. E. Poitiers. Dossier Buxerolles.

  • A. E. Poitiers F 4. 1856 : enquête sur les églises de la Vienne.

Bibliographie

  • Barbier de Montault, Xavier. "La commune de Buxerolles". Bull. Mon., t. 38, 1872.

    p. 468-473
  • Barny, Jean. "Sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle : l´église romane de Buxerolles". Le Picton, n° 5, sept-oct. 1977.

  • Rambaud, Pierre. "Notes et documents sur les artistes en Poitou jusqu´au 19e siècle". Archives historiques de Poitou, t. 43, 1920.

    p. 88

Annexes

  • Annexe n°1
  • Annexe n°2
  • Annexe n°3
  • Annexe n°4
  • Annexe n°5
  • Annexe n°6
Date d'enquête 2007 ; Dernière mise à jour en 2007
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
(c) Communauté d'Agglomération de Poitiers
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Édifice
Église paroissiale Saint-Jacques et Saint-Philippe, dite "église du bourg"

Église paroissiale Saint-Jacques et Saint-Philippe, dite "église du bourg"

Commune : Buxerolles
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : rue, Omer-Bernier , rue Hippolyte-Véron