Logo ={0} - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Villard

Dossier IA23001514 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'étudesCommunauté de communes du Pays Dunois
AdresseCommune : Villard

La paroisse relevait de la châtellenie de Dun en 1477, ainsi qu´en 1643 et 1686, puis de celle de Crozant en 1751. La justice du lieu appartenait à M. de Châteauclos avant le 18e siècle, puis en 1773, la paroisse a été divisée en trois fiefs dont les seigneurs étaient le Marquis de Persan, le sieur Bardon et le sieur Tardy de la Jaunière. Il existait à Villard un prieuré-cure dont la date de fondation est inconnue. Il a cependant été donné à la prévôté de Saint-Vaury avant 1184, date selon laquelle G. Vigeois termine sa chronique et le mentionne comme dépendance de l´abbaye de Saint-Martial. Un polyptique de l´Abbaye Saint-Martial de Limoges, dressé vers 1216, mentionne le prieuré-cure de Villard comme dépendant immédiatement de la prévôté de Saint-Vaury et médiatement de Saint-Martial et qu´il y avait deux moines. Dans les dernières décennies du XVIème siècle, l´église et le prieuré de Villard ont été brûlés par les armées du duc de Deux-Ponts. Au 17e siècle, le patron collateur du prieuré était alors le Prévôt de Saint-Vaury, qui y nommait les prieures en 1688, 1691, 1707, puis l´aquilaire du chapitre Saint-Martial après l´union de cette prévôté. Outre l'église, le prieuré-cure possédait divers bâtiments (maison, grange, écurie), un jardin, mais aussi des terres disséminées dans les hameaux de la paroisse. La grange aurait été détruite vers le milieu du 17e siècle et le reste des bâtiments étaient déjà à cette époque en mauvais état. Il semble que les bâtiments se soient dégradés irrémédiablement au 18e siècle puisqu'ils ne faisaient pas partie de ceux désignés pour être vendus comme Biens Nationaux après la Révolution. Il ne reste aujourd´hui aucune trace archéologique de ces bâtiments. Au Pont de l'Enfer, trois mottes castrales sont encore visibles. Séparées par des fossés, elles étaient encadrées de part et d'autre par une plate-forme et l'ensemble était cerné d'un chemin de ronde. La présence de deux châteaux est également attestée à Villard : le château de Lavaud le Vieux, aujourd'hui Lavaud, apparaît sur la carte de Cassini tandis que la première mention du château du Terrail apparaît au 16e siècle. Les seuls vestiges du château de Lavaud sont aujourd´hui une ferme présentant plusieurs remplois dont un linteau armorié et daté. Le château du Terrail conserve toujours une ancienne tour de défense, utilisée aujourd'hui comme pigeonnier. Il existait autrefois à Villard un hameau nommé La Souricière. Ce hameau apparaît dans certains actes d’État Civil (jusqu'en 1870) : des témoins sont mentionnés comme voisins demeurant à Chambourtrette.

Toponymie : Prior de Villaribus (Pouillé, 14e siècle) ; Parrochia de Vilars (cartulaire d'Aubepierre, 1325) ; Villardz (registre de Saint-Sulpice-le-Dunois, 1606).

La commune de Villard se situe à l´est du Pays Dunois, au sein duquel elle est jouxtée au nord-est par Fresselines, au nord-ouest par Maison-Feyne, au sud-ouest par Dun-le-Palestel et au sud-est par Saint-Sulpice-le-Dunois.

La limite nord-est de la commune est constituée par la Creuse, enjambée par deux ponts (le Pont de l´Enfer, au lieu-dit du même nom, et le pont Emile Duchier à Tenèze) et sur les rives de laquelle se situent deux moulins (le Moulin du Gué Cornu et le moulin de Tenèze).

D´une superficie totale de 1637 hectares, la commune a une altitude minimale de 211 mètres tandis que son point culminant atteint 375 mètres, altitude maximale du Pays Dunois. 329 habitants ont été recensés en 2010.

Annexes

  • La paroisse de Villard : un démembrement des VIIIe - IXe siècles ?

    La paroisse de Villard s´étend sur une superficie moyenne de 1637 hectares attestant qu´elle n´est pas ancienne. (...) Cette paroisse est dédiée à saint Paul dont le culte est souvent associé à celui de saint Pierre, patron de la paroisse mère de Sagnat. Le toponyme "Villard" est tiré du latin "villa" et du suffixe -are. "Villare" désigne d´abord un lieu habité faisant partie d´un domaine, une subdivision de la villa. Mais, vers la fin du VIIIe siècle, apparaît le sens de localité, hameau. Les formes anciennes étaient au pluriel. Selon M. Aubrun, c´est un lieu de culte édifié sur un domaine récemment fondé, "villare" étant un type d´habitat carolingien. Cette paroisse semble-t-il démembrée de Sagnat fut donnée à la prévôté de Saint-Vaury, dépendant de Saint-Martial, au XIIe siècle.

    Extrait de : PERRON, Jérôme. L´occupation médiévale du sol du pays de Dun en Haute Marche. Mémoire de maîtrise d´histoire, Université des Lettres et des Sciences Humaines de Limoges, Centre de Recherches Historiques et Archéologiques Médiévales, 2001. 411 p., p. 82.

  • Le prieuré cure de Villard

    L´histoire de cet établissement demeure obscure ; la date de sa fondation est inconnue. Ce prieuré cure ne figure pas dans la bulle de 1096* répertoriant les possessions de l´abbaye Saint-Martial ; toutefois cet établissement a été donné à la prévôté de Saint-Vaury avant 1184, date selon laquelle G. Vigeois termine sa chronique et le mentionne comme dépendance de l´abbaye de Saint-Martial ; Un polyptique de l´Abbaye Saint-Martial de Limoges**, dressé vers 1216, nous apprend que le prieuré-cure de Villard dépendait immédiatement de la prévôté de Saint-Vaury et médiatement de Saint-Martial et qu´il y avait deux moines.

    Le patrimoine de ce prieuré-cure est assez bien connu. En 1680***, le prieur de Villard, Jean Delafont, bachelier en théologie et curé de Vareilles, donne l´état du revenu de prieuré. [...] Il ne reste aujourd´hui aucune trace archéologique des bâtiments dépendants du prieuré-cure.

    * AVISSEAU, J.-P. Les prieurés de l´abbaye Saint-Martial de Limoges, thèse de l´Ecole des Chartes, 1963, T. II, p. 335.

    ** Chronique de Saint-Martial de Limoges, publiées d´après les manuscrits originaux pour la Société de l´Histoire de France par H. DUPLES-AGIER. Paris : Renouard, 1874.

    *** AD Creuse, Série H : H 647.

    Extrait de : PERRON, Jérôme. L´occupation médiévale du sol du pays de Dun en Haute Marche. Mémoire de maîtrise d´histoire, Université des Lettres et des Sciences Humaines de Limoges, Centre de Recherches Historiques et Archéologiques Médiévales, 2001. 411 p., p. 170-174.

  • Etat des revenus du prieuré-cure de Villard (1680)
    Etat du revenu du prieuré de Villard, tant des logis, village, diximes, rentes, lainages et autres devoirs en dépendant.

    Premièrement, il y a une maison située dans le bourg de Villard, près de l´église appelée maison du prieuré et en dépendant laquelle consiste en deux chambres basses, une petite écurie et un petit célerier à côté et le grenier par-dessus, plus il y a un jardin joignant l´autre pignon de ladite maison et forme ainsi qu´il comporte étant presque carrée, une boisselée ; plus joignant l´autre pignon de cette maison il y a une masure où était autrefois la grange du prieuré, laquelle a été démolie depuis les vingt ans derniers suivant le témoignages des paroissiens, l´on a employé les pierres pour refermer les remisières sans mon consentement ; plus tenant ladite maison, il y a une basse-cour joignant l´église et la muraille du jardin, dans laquelle basse-cour il y a une petite masure, où il y avait autrefois la boulangerie du prieuré ; plus il y a une ouche appelée l´ouche du prieuré contenant environ une septérée, joignant d´un côté l´église et le susdit jardin du prieuré laquelle avait été aliénée et que j´ai retiré en l´année 1670.

    AD Creuse, Série H : H 647. Etat des revenus du prieuré-cure de Villard par Jean DELAFONT, curé de Vareilles, 1680.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Creuse. Série H : 739. Projet de rachat des biens ecclésiastiques du prieuré-cure de Villard. 1564.

    Archives départementales de la Creuse, Guéret : H 739
  • AD Creuse. Série H : 742 ; 743. Lièves du prieuré-cure de Villard. 1633-1693.

    Archives départementales de la Creuse, Guéret : H 742 ; H 743
  • AD Creuse, Série H : 647. État des revenus du prieuré-cure de Villard. Delafont Jean (curé de Vareilles), 1680.

    Archives départementales de la Creuse, Guéret : H 647
  • AD Creuse. Série H : 639. Lettre du curé de Villard adressée au prieur de Villard. 13 août 1697.

    Archives départementales de la Creuse, Guéret : H 639
Documents figurés
  • AD Creuse. Série P ; 3 P : 1972/1 à 1972/10. Plan cadastral parcellaire de Villard, 1826.

    Archives départementales de la Creuse, Guéret : 3 P 1972
Bibliographie
  • AVISSEAU, J.-P. Les prieurés de l´abbaye Saint-Martial de Limoges. Paris : 1963. Th. doct.: Ecole des Chartes : Histoire: 1963.

  • POITOU, Christian. Paroisses et communes de France, Creuse. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique. Laboratoire de Démographie Historique de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. CNRS Editions. Paris : impr. Louis-Jean, 2000. 865 p.

    Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
  • DUPLES-AGIER H. Chronique de Saint-Martial de Limoges, publiées d´après les manuscrits originaux pour la Société de l´Histoire de France. Paris : Renouard, 1874. 505 p.

  • ARNAUD, Philippe. Mémoire en Images. Le canton de Dun-le-Palestel. Saint-Cyr-sur-Loire : Ed. Alan Sutton, 2006. 128 pages.

    Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
  • LECLER, André. Dictionnaire topographique, archéologique et historique de la Creuse. Réimpression de l'édition de Limoges, 1901. Marseille : Laffitte Reprints, 1979. 809 p.

    Centre de documentation du patrimoine, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel, Limoges : (23) 908 LEC
  • VALADEAU, Pierre. Nouveau dictionnaire historique, géographique et statistique illustré de la Creuse. Guéret : Amiot, 1892. 319 p.

    Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
Périodiques
  • FILLIOUX, A. Deux haches à Villard. Mémoires de la Société des Sciences Naturelles, Archéologiques et Historiques de la Creuse, 1857, t. II, p.037.

    p. 37 Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Département de la Creuse - Belzic Céline
Belzic Céline

Chargée de recherche, Conservation du Patrimoine, Conseil départemental de la Creuse, 2008-2010


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Pacquot Eglantine
Pacquot Eglantine

Chargée de recherche, Conseil départemental de la Creuse, 2010


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.