Dossier IA33004001 | Réalisé par
Présentation de la commune de Valeyrac
Copyright
  • (c) Conseil départemental de la Gironde
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

  • Aires d'études
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
  • Adresse
    • Commune : Valeyrac

L’implantation humaine à Valeyrac remonterait à l’époque gallo-romaine. En 1741, d’après l’abbé Baurein, le curé aurait découvert dans un terrain contigu au presbytère les fondements d’un mur. "Les briques longues et épaisses dont cette bâtisse était entrecoupée, annoncent une construction faite par les Romains." Baurein estime qu’il s’agirait de "quelque fortification avancée pour la défense du pays". Le nom de "Balirac" apparait dans un titre datant du 10 février 1317. Ce terme, signifiant fortifications avancées ou saillantes, vient conforter cette hypothèse.

Au Moyen Âge, la paroisse fait partie de l'archiprêtré de Lesparre. Un hôpital pour pèlerins de l’Ordre du Temple, membre de la commanderie d’Arcins, est situé au lieu-dit le Temple, aujourd'hui Château le Temple de Tourteyron : il n'en reste plus aucun vestige dès la fin du 18e siècle.

En 1623, le duc d’Epernon, seigneur de Lesparre, possédait des marais qu’il cède aux habitants de Valeyrac selon une rente annuelle. Ces terres en bord d'estuaire, appelées "mattes", sont asséchées et mises en culture en 1788.

Aux alentours de 1648, en même temps que l’assèchement des marais de Lesparre, le port de Goulée est aménagé. Le chenal de Guy (ou de Goulée), navigable, le relie à l'arrière-pays, à Gaillan et à Lesparre. Le port de Goulée constitue donc l'un des principaux débouchés pour le commerce des productions locales (céréales, vins).

Au 18e siècle, les cartes de Masse (1708) et de Belleyme (1763-1764) représentent des terres cultivées, des prairies ou pâturages et quelques vignes, Valeyrac tirant essentiellement ses revenus de l’agriculture.

La culture de la vigne s’intensifie dans les années 1870 et contribue à un essor économique qui se traduit notamment par la construction de demeures à la tête de certains domaines viticoles. Parmi les plus prestigieuses, les châteaux Rousseau de Sipian et de Ricaudet-Troussas.

Dans les années 1920, la pêche aux huîtres se développe : des cabanes en bois sont construites sur le terre-plein du port, pour le "détroquage" ou pour abriter pour le matériel et les embarcations.

La commune est encadrée au nord par Jau-Dignac et Loirac, au sud par Bégadan et à l’est par l’estuaire de la Gironde.

Au nord, le chenal de Guy traverse une zone de marais et en assure le drainage jusqu’au port de Goulée. Au sud, le chenal de Troussas se jette dans l’estuaire.

Avec les mattes longeant l’estuaire et les marais drainés par les chenaux de Goulée et de Troussas, la commune est composée en grande partie de ces zones humides : le village, les principaux hameaux et les parcelles de vignes sont implantées à distance, sur un plateau dont le point culminant (15m d'altitude) est situé à Troussas.

D'une superficie de 13,49 km², elle comptait en 2015 547 habitants.

Documents d'archives

  • Prise de possession par André Jude des biens vendus à la criée en 1619 : biens situés notamment sur la paroisse de Valeyrac, 1619

    Archives départementales de la Gironde : 4 J 867
  • Hommages et fiefs de l'archevêché hors de Bordeaux : reconnaissance par le vicomte de Castillon pour les dîmes inféodées notamment à Valeyrac, 1621

    Archives départementales de la Gironde : G 3180
  • Nouveau bail à fief cédé par le Duc d'Epernon aux habitants de Valeyrac, 30 janvier 1623.

    Archives départementales de la Gironde : C 935
  • Archiprêtré de Lesparre : mention de Bernard Maigne, curé de Valeyrac, 1659.

    Archives départementales de la Gironde : G 666
  • Succession d'Henri de Bethune, mention de dîmes inféodées que le duc d'Epernon tenait dans la paroisse de Valeyrac, dépendant de la baronnie de Castillon, 1701.

    Archives départementales de la Gironde : G 328
  • Vente de foin du champ de foire et du cimetière, 1896.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 3999
  • AD Gironde. 3 P 538 : Matrices cadastrales, 1853 - 1891.

    Archives départementales de la Gironde, Bordeaux : 3 P 538
  • Biens communaux, 1884-1940.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 3999
  • Fourniture d'un corbillard par Drouet carrossier à Lesparre, 1904.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 3999
  • Curage du ruisseau Graveyron entre 2 écluses, 1905.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 3999
  • Édifices publics, monuments, écoles, 1840-1940.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 4001
  • Cimetière, concessions, 1840-1940

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 4002
  • Établissements classés dangereux, insalubres et incommodes, 1901-1930.

    Archives départementales de la Gironde : 5 M 533
  • Électrification, avis favorable de concession d'électricité, 7 novembre 1925

    Archives municipales, Valeyrac : Registres de délibérations
  • Électrification des bâtiments communaux, 1930.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 3999

Bibliographie

  • BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2è éd .

    p. 54 à 58
  • BENZACAR, CAUDRILLIER. Documents relatifs à la vente des Biens Nationaux dans le Département de la Gironde - districts de Bazas, Cadillac, La Réole, Lesparre et Libourne. Bordeaux : [s.n.], t. 2, 1912.

  • BIRON Réginald. Précis de l'histoire religieuse des anciens diocèses de Bordeaux et Bazas. Bordeaux : Biere, 1925.

    p. 52-55
  • COCKS Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite, reproduction intégrale de l'édition de 1850. Bordeaux : Ed. Féret et Fils, 1984.

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

  • FERET Edouard. Statistique générale du département de la Gironde : Classification des vins, quantités récoltées par chaque propriétaire et prix de vente 1874. Dessins. Eugène Vergez. Bordeaux : Féret, 1874.

  • FRANCK William. Traité sur les vins du Médoc et les autres vins rouges du département de la Gironde. Bordeaux : impr. de Laguillotière, 1824.

  • FRANCK William. Traité sur les vins du Médoc et les autres vins rouges et blancs du département de la Gironde. Bordeaux : P. Chaumas, 1871 (7e édition).

  • GUILLON J.-M . Les grands vins de Bordeaux. Bordeaux : Société de l'annuaire de la Gironde, 1939.

    p. 121
  • JOUANNET François Vatar de. Statistique du Département de la Gironde. Bordeaux : La vigne jeune imprimeur, 1837, tomes 1 et 2.

    vol.2 p. 183
  • SION Hubert. Carte archéologique de la Gaule, Gironde. Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1994.

Périodiques

  • s.n.. « Canton de Lesparre ». Revue archéologique de Bordeaux, Revue archéologique de Bordeaux. 1897

    p. 85

Documents figurés

  • Carte du 9e quarré de la généralle de Médoc. Dessin, encre, couleur, papier, par Claude Masse (géographe), 1708 [IGN, non coté].

    IGN (Institut national de l'information géographique et forestière)
  • Carte de l’embouchure de la Garonne jusqu’au bec d’Embesse. Dessin, encre et aquarelle, par Desmarais, 1759.

    Archives nationales, Paris : F 14 10059/1/
  • Carte géométrique de la Guyenne dite Carte de Belleyme, feuille n°6, levés vers 1763-1764, éch. 1/43200 env.

  • Plan cadastral napoléonien, 1831.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P 538
  • Plan d'un corbillard pour la commune. dessin, encre, papier, par s.n., 5 novembre 1903.

    Archives municipales, Valeyrac

Annexes

  • Données démographiques
  • Compléments documentaires
  • Extraits de différentes éditions de l'ouvrage Bordeaux et ses vins
Date d'enquête 2013 ; Dernière mise à jour en 2013
(c) Conseil départemental de la Gironde
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel