Logo ={0} - Retour à l'accueil

Présentation de la commune d´Aubusson

Dossier IA23000494 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Aires d'étudesAubusson
AdresseCommune : Aubusson

La commune d'Aubusson, sous-préfecture de la Creuse, compte aujourd'hui près de 4000 habitants. Son histoire est marquée par une implantation humaine ancienne et un développement original autour de la tapisserie, qui en fit la première ville industrielle du département. Au début du 20e siècle, ce secteur fournissait encore plus de 2000 emplois directs. En 1975, il représentait toujours la principale activité de la cité, dont 49 % de la population était constituée d'ouvriers. Malgré un déclin rapide de cette industrie - en 1980, la tapisserie d'art n'était plus pourvoyeuse de travail que pour 350 personnes - Aubusson a conservé une certaine prééminence au niveau départemental. Son patrimoine original lui permet d'envisager une relance grâce aux données recueillies par l'Inventaire et l'étude de la ZPPAUP.

Annexes

  • Extrait de l'ouvrage Mémoire en images, le canton d'Aubusson

    Description de la ville d'Aubusson par l'écrivain Alfred Assollant, dans son roman Deux amis en 1792 (écrit en 1859) :

    "Les montagnes arides qui la dominent sont faites d'un pur granit, qui a résisté à toutes les révolutions intérieures du globe terrestre. Elles n'ont pas la hauteur des Pyrénées, ni la forme régulière de ce grand escalier des Alleghanys, qui descend par trois marches jusqu'à l'océan Atlantique. Elles sont toutes de hauteur médiocre. C'est l'image de la population. Les parfaits imbéciles y sont rares ; les hommes de génie tout à fait inconnus ; la masse est composée d'esprits ingénieux, subtils, défiants, sans passions violentes et sans enthousiasme, pour qui le suprême bonheur est de se moquer les uns des autres".

    [Cité par Robert GUINOT, Mémoire en images, le canton d'Aubusson. Joué-lès-Tours : éditions Alan Sutton, 1998, p. 10].

  • Extrait de l'ouvrage Aubusson, 1939

    "Du haut Plateau de Millevaches, désert âpre et solitaire qui relie le Limousin à l'Auvergne, on descend par le lit boisé et encaissé de la Creuse jusqu'à Felletin, la soeur et l'émule d'Aubusson, endormie dans un élargissement de la vallée. Plus bas, la montagne resserre son étreinte, et voici Aubusson, au confluent de la Creuse et de trois gros ruisseaux".

    [André CHAUMEIX, Aubusson, Paris, Floury, 1939].

  • La chapelle Saint-Madeleine (détruite)

    La chapelle Sainte-Madeleine datant 4e quart 17e siècle était une chapelle rurale, qui dépendait de la paroisse d'Alleyrat, elle-même placée sous l'autorité de l'archiprêtré d'Aubusson. Selon Cyprien Pérathon (1886), elle aurait été bâtie à la fin du 17e siècle, sur l'emplacement d'un oratoire mentionné dès le 15e siècle. Son origine serait liée à l'existence d'une fontaine, qui, dès l'époque gauloise, y aurait été vénérée pour ses pouvoirs guérisseurs et prophylactiques. Au moment de l'expansion du christianisme, les évêques de Limoges auraient transformé ce culte païen en plaçant la fontaine sous le vocable de sainte Madeleine. Restaurée un peu après l'inauguration (1871) de la voie de chemin de fer d'Aubusson à Busseau, qui vint longer la chapelle, puis à nouveau en 1977, la chapelle, très dégradée, n'est plus aujourd'hui qu'un amas de ruines. Elle faisait chaque année l'objet d'un pèlerinage, qui se tenait le week-end suivant le 22 juillet, jour de la sainte Madeleine. Cette fête populaire rassemblait encore les Aubussonnais au début du 20e siècle, qui venaient s'y faire guérir des "fièvres". Des cartes postales relatent le déraillement, en juillet 1914, d'un train de voyageurs, qui eut lieu aux abords de la chapelle et fit un mort.

    La chapelle Sainte-Madeleine se trouve à proximité du lieu-dit de La Salesse, en dehors des limites administratives de la commune d'Aubusson, sur la rive droite de la Creuse, en direction d'Alleyrat. Il n'en subsiste plus aujourd'hui que quatre pans de murs en ruine, en moellon de granite partiellement enduits, sous un toit qui s'est effondré et a été envahi par la végétation.

    BROILLIARD, Jean-Louis. Des miracles à la chapelle Sainte-Madeleine-des-Bois. Bulletin de l'Association Maurice Dayras, 1987. pages 7-9.

(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Ville d'Aubusson - Onimus-Carrias Sophie
Onimus-Carrias Sophie

Chercheur SRI Limousin de 2007 à 2009.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Philippe Emmanuelle
Philippe Emmanuelle

Chercheur Inventaire, SRI Limousin de 2009-2012


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.