Dossier IA87006070 | Réalisé par
Decoux Jérôme
Decoux Jérôme

chargé du patrimoine industriel au service de l'inventaire du patrimoine, région Limousin (2012-2015) puis Nouvelle-Aquitaine (depuis 2015)

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Présentation de l'opération : le patrimoine industriel de Saint-Junien
Auteur
Copyright
  • (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Sommaire
  • Aires d'études
    Saint-Junien
  • Adresse
    • Commune : Saint-Junien

L'étude du patrimoine industriel de Saint-Junien a été conduite de 2013 à 2018. Réalisée par le service de l'inventaire, cette opération a été lancée à la suite d’une demande faite par la ville de Saint-Junien en lien avec son projet de la Cité du Cuir qui regroupe un centre d’interprétation sur les savoir-faire, des entreprises du cuir (dont la maison Hermès) et un musée.Un partenariat a été établi avec la commune et la communauté de communes, afin de permettre un accès facilité à la documentation écrite et iconographique des archives municipales et du Cité du Cuir de Saint-Junien.

La prise en compte de la mémoire ouvrière et des savoir-faire, un temps envisagée, a été reportée, de même que l'inventaire du logement patronal et ouvrier : il est en effet apparu que la majorité du bâti d'habitation des 19e et 20e siècles est lié à l'essor de l'industrie locale : il aurait donc fallu prendre en compte l'ensemble du bâti de la ville.

Le patrimoine industriel encore en place est assez important. Le long des deux rivières de la Glane et de la Vienne se trouvent une trentaine d'usines, papeteries et mégisseries, le plus souvent situées à l'emplacement d'anciens moulins à blé ou papetiers dont les chutes, parfois équipées de turbines, fournissent l'usine en énergie. Sur les bords de Vienne, la proximité du chemin de fer qui longe une partie de la rive droite a favorisée l'implantation de grands établissements papetiers et mégissiers. En ville, la ganterie a adopté des formes plus diffuses et parfois moins perceptibles : la soixantaine d'ateliers de gantiers repérés dans les sources est souvent liée ou intégrée dans l'habitat, tandis que les locaux dévolus à la confection, le plus souvent exercée à domicile, sont quasiment invisibles. D'autre part, la ganterie, essentiellement pour la confection, a essaimé dans les hameaux et les villages voisins, surtout pour le travail à domicile. Les activités principales ont favorisés le développement d'activités annexes (entretien et réparation de machine, mais aussi fabrique de sac en papier...) qui occupent des bâtiments de formes traditionnelles (atelier, hangar...).

Enfin, l'activité industrielle a modelé le paysage urbain, que ce soit par le développement massif de l'habitat ouvrier et patronal, par la construction d'édifices liés à l'organisation du travail (bourse du travail, coopératives ouvrières...) ou par les services induits par l'accroissement de la population (commerces, santés, écoles...), entrainant la modernisation du centre ancien et l'urbanisation des faubourgs.

Tant dans le cadre du projet de la Cité du Cuir qu’afin de contrôler l’urbanisation des bords de Vienne, la Communauté de communes s’est portée acquéreuse de la majorité des usines désaffectées. De ce fait, le patrimoine industriel de Saint-Junien s'est trouvé, au moment de l'étude, temporairement, mais remarquablement, préservé.

Annexes

  • Cahier des clauses scientifique et technique de l'étude du patrimoine industriel de Saint-Junien
Date d'enquête ; Dernière mise à jour en 2014
(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel
(c) Ville de Saint-Junien
Decoux Jérôme
Decoux Jérôme

chargé du patrimoine industriel au service de l'inventaire du patrimoine, région Limousin (2012-2015) puis Nouvelle-Aquitaine (depuis 2015)

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.