Logo ={0} - Retour à l'accueil

Presbytère de catholiques ; maison

Dossier IA79000828 réalisé en 2000

Fiche

Genrede catholiques
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéescour, étable, hangar agricole, four, buanderie, porcherie, orangerie
Dénominationspresbytère, maison
Aire d'étude et cantonCelles-sur-Belle - Celles-sur-Belle
AdresseCommune : Vitré
Cadastre : 1817 C1 589 ; 1949 A1 13 à 15

En 1816, l'ancien plan cadastral figure cette propriété sous le nom de la cure. En 1732, celle-ci a eu besoin de réparations évaluées à au moins 150 livres. La maison curiale a été vendue à la Révolution et adjugée le 11 juin 1796 à Pierre-Philippe Frappier Poiraudière, demeurant à Niort, déjà acquéreur de la métairie de l'Infirmerie et du prieuré de la Carte (1791), et qui va encore agrandir ses biens par l'achat (1798) de l'église Saint-Pierre de Vitré. En 1816, le logis appartenait à Taillefer, substitut à Vitré et était imposé pour onze ouvertures. Vers 1835, son fils, sous-préfet à Melle, en devient le propriétaire. Ce dernier a fait reconstruire le logis qui était imposé en 1855 pour un portail et vingt-sept ouvertures. Dans l'autobiographie du pasteur François Bureau (1837-1905) on peut lire : "M. Taillefer a pris les plus belles pierres de l'église (du prieuré de la Carte) pour en construire sa demeure à Vitré". C'est probablement lui qui a fait décorer la façade avec les plaques sculptées. Par la suite ont été propriétaires : Gabriel Lévrier, de Vitré (1855), Jean-Pierre Proust fils, de Vitré (1882), Jacques Moreau, bourrelier à Celles (1889), puis Alexandre Beauchamp et consorts par Jacques Moreau usufruitier (1910), et Sylvain Faugère-Fouchier (1930). Les propriétaires actuels, qui l'ont achetée en 1960, ont trouvé les traces d'un chemin empierré qui menait de la maison vers le cimetière et sans doute l'ancienne église, détruite dès le début du 19e siècle. La façade a probablement été reprise à la fin du 19e ou au début du 20e siècle. En effet, on ne trouve ni chaînage harpé ni appuis saillants de ce type avant cette période.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Le logis présente sa façade, à cinq travées et porte centrale, sur le mur pignon sud. Ce mur a été repris ou reconstruit, comme en témoigne un très léger décrochement à droite. Les niveaux sont soulignés par deux bandeaux d'appui. Le pignon est décoré d'un fronton formé d'une corniche moulurée à la base et d'un arc harpé formé de neuf claveaux, encadré par des plaques sculptées. Les chaînages sont harpés. Cette façade a perdu son enduit. L'élévation latérale droite est percée par une travée de baies ; la fenêtre a un appui saillant. L'élévation de gauche est aussi percée par une travée de baies et cette travée, plus haute, est couverte par une toiture à longs pans couvrant le pignon perpendiculaire à la toiture principale. L'élévation postérieure, à trois travées, est percée par de grandes baies à appuis saillants. Parmi les dépendances on remarque un grand hangar à pilier maçonné auquel l'orangerie couverte en appentis est accolée, un bâtiment à la façade régulière dont les baies ont des appuis saillants et qui abritait autrefois un four, une buanderie, un poulailler et un très grand hangar en lattis de châtaigner, reconstruit à la fin du 20e siècle.

Murscalcaire
enduit
moellon
Toittuile creuse
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
pignon couvert
Typologieslogement à façade en pignon ; cinq travées
Techniquessculpture
Représentationsbalance miroir
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Visite du presbytère de Vitré, du 31 mars 1732 :

    "La maison curialle dudit Vitré et touttes ces apartenances et dépendances, dans lesquelles lesdits arbitres ont estimez que pour les randre en estat tant en massonne, cherpante, latte, cloux et chevrons et austre matériau nécessaire, ensamble pour la main de l'ouvrier, pour le restablissement de ladite maison et ces despandances, il convient au moins enployer la somme de cent cinquante livres...".

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10297. 31 mars 1732 : procès-verbal de visite à la requête de messire Léonard Benoît Petit, prêtre prieur curé, fait par Pierre Bellion, maître charpentier, et Pierre Mounau, maître maçon.

  • A.D. Deux-Sèvres. Q 74. 11 juin 1796 (23 prairial an IV) : vente de la maison ci-devant curiale de la commune de Vitré, canton de Mougon, consistant en trois chambres basses, deux chambres hautes, deux greniers, celliers, toits, grange, hangars, écuries, cour et jardin, le tout contigu... adjudicataire Pierre Philippe Frappier Poiraudière, père, propriétaire, demeurant à Niort, pour 2880 francs.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Liège Aurélie - Pon Charlotte