Logo ={0} - Retour à l'accueil

Presbytère, actuelllement logements

Dossier IA17043807 inclus dans Bourg de Saint-Dizant-du-Gua réalisé en 2010

Fiche

Parties constituantes non étudiéescour
Dénominationspresbytère
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde - Communauté de communes de Haute-Saintonge
AdresseCommune : Saint-Dizant-du-Gua
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : rue du
Presbytère
Cadastre : 1834 A 684 ; 2009 AT 32

En 1518, le curé Guillaume Fabre donne à la paroisse une ancienne maison appelée "la Chapellenie" et qui, malgré son mauvais état, devient alors le presbytère. En 1692, le curé Louis de Rouesné déclare louer une autre maison pour y loger, le presbytère étant petit et vétuste. Tombant en ruines, le bâtiment est reconstruit dans la première moitié du 18e siècle sur l'initiative de l'abbé Nicolas Chevallier, curé de 1714 à 1761. Saisi comme bien national, le presbytère est acheté sous la Révolution par Mathieu Tamizey-Lagrave, ancien officier de gendarmerie, originaire de Nogaret (Lot-et-Garonne), et plus tard propriétaire de la ferme Chez-Motard. En 1803, il le revend à la municipalité qui souhaite y loger à nouveau le curé et y installer la mairie. Cette vente entraîne un contentieux entre Tamizey et la commune, qui se prolonge jusqu'en 1808. Cette même année, la municipalité confie la réfection du mur de clôture, du portail et de la porte piétonne adjacente à l'architecte Christophe Macaire (déjà connu pour ses réalisations au château de Romaneau et, probablement, au Pible et à Morisset). De nouveaux travaux sont mentionnés en 1821, 1855 et en 1860. Le bâtiment actuel date probablement en grande partie de cette époque. Au 19e siècle, il bénéficie d'un grand jardin qui s'étend jusqu'aux abords de l'église, elle-même entourée par le cimetière. Dans les années 1880, la mairie quitte le presbytère pour s'installer dans l'école de garçons (place de l'Ancien couvent). Un siècle plus tard, en 1980, le prêtre en charge de la paroisse ne demeure plus au presbytère qui est déclaré vacant. La municipalité le transforme quelques années plus tard en logements locatifs.

Période(s)Principale : 19e siècle

Le logis est placé en retrait par rapport à la voie, au fond d'une petite cour, avec une extension plus basse au devant, en retour d'équerre. Au sud s'étend un jardin. Le toit possède une croupe sur le côté droit uniquement. La façade, orientée au sud, et bien qu'en partie remaniée, présente six travées d'ouvertures.

Murscalcaire
enduit
moellon
pierre de taille
Toittuile creuse
Étages1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
croupe
Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Extrait de Dangibeaud, Ch. "Déclarations de biens de mainmorte dans l'ancien diocèse de Saintes sous Louis XIII et Louis XIV", Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, t. 35, 1905, p. 127-128 :

    "Aujourd'huy, 9 de juin 1692 (...), a comparu en sa personne messire Louis de Rouesné, prestre, curé de la parroisse de Saint-Disant-du-Gua, près Cosnac, au présent dioceize, y demeurant, lequel pour satisfaire (...).

    Premièrement, desclare pocedder et jouir d'une petite maison curialle, qui conciste seullement en une chambre et un grenier, un petit cellier ou cave, un apan, une petite basse-cour, tenue à rante du seigneur des Pibles (...) et comme la maison n'est pas presque logeable, ledit sieur curé a esté obligé de louer une autre maison où il fait sa demeure et serre ses fraix, et pour laquelle il paye 30 livres par an.

    Item, jouist d'un petit jardrin ranfermé de murailles, une ayre le joignant, estan des entiens dhomayne de laditte cure, tenu en franche aumosne, confrontant d'un costé aux terres de la chapellanye de Saint-Dizant, autrement des Fabris, scituée dans ledit bourg, d'autre costé à une basse-cour et chenevière des François, notaire, d'uyn bout au chemin qui conduist de l'églize du lieu au bourg de Saint-Siers-du-Taillon de Cosnac, d'autre bout à la petite basse-cour de la maison presbytérale sy dessus confrontée (...)".

  • Extrait du registre des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Saint-Dizant-du-Gua, 1722-1738, pages 80 ; Recueil de documents sur l'histoire de Saint-Dizant-du-Gua, par Jacques Dufour (Archives municipales de Saint-Dizant-du-Gua) :

    "La maison de la cure anciennement appellée La Chapellanie consistoit dans une chambre, cave par-dessous, sans planché, ni haut ni bas. Un append sans couverture ni charpente a esté bastie telle quelle est aujourdhuy par le sieur Chevallier, curé, avec toute la closture d´alentour a ses propres frais et depends, à la réserve de tous les charroist que les bouviers de la parroisse faisoient a l'envie en veue de loger leur curé et que laditte maison seroit a l´advenir destinée pour le logement de tous les curés successeurs. Il faut remarquer que cette maison avec la cour, une piece de terre de la contenance de trois journaulx, un pré Chez Rideau enfermé de fossés par les soins dudit sieur curé, planté d´aubiers tout autour qui estoit abandonné en marais gast à ne servir de rien, avec un morceaus de terre de la contenance dun demi journal qui a esté donné à renthe par le sieur Binet, curé, pour dix sols par an, situé au lieu appellé Gaste Bourse, le long du chemin qui vient du village de Chez Guillemet à monter au moulin de Balle Avoine sur la gauche, possedée par Barbut. Tout a esté donné par maitre Guillaume Fabre, curé de la presente parroisse, l´an 1518, moyennant deux messes que l'on doit dire par semaine, l´une le lundy devant le grand autel et l´autre le samedy à l'autel de Nostre Dame, pour luy et ses parens à perpetuité. Comme restaurateur de laditte maison que jay bati en entier, je prie messieurs mes succeseurs de ne vouloir point m'oublier dans leurs saints sacrifices et de faire attention que j´ay employé quatre mil livres en veue de leur procurer un logement qui leur peut servir. Il faudroit avoir vu la maison pour en bien juger. Ce n'estoit que chemin de toutes parts et les curés estoient obligé de rester a cette petite chambre dans le fonds du jardin où j'ay demeuré sept ans. Le ballet qui s'y voit aujourd'huy a esté fait par moy en 1731. Je prie ceux quy seront icy, aussi bien que l´article cy-dessus des réparations de l´eglize, de prier Dieu pour moy.

    [Signé] Chevallier, curé de Saint-Dizant".

  • Extraits du dossier d'acquisition et de travaux au presbytère, 1803-1860 (Archives départementales de Charente-Maritime, 2 O 1795) :

    Le 29 juillet 1803 (10 thermidor an 11), Mathieu Tamisey-Lagrave, demeurant à Nogaret en Lot-et-Garonne, vend à la commune la maison presbytérale de Saint-Dizant-du-Gua, sauf un bâtiment qui est sur le côté gauche avec un bâtiment ou grange au midi et un morceau de terrain inculte qu´il se réserve.

    Le 6 août 1807, devis descriptif et estimatif des réparations à faire au presbytère, à l´église et aux murs du cimetière, par Christophe Macaire, architecte à Lorignac. On entre dans la cour par un portail et une petite porte. Le presbytère comprend un vestibule à deux croisées, une chambre à droite, deux chambres à gauche, un petit corridor derrière l´avant-dernière chambre, donnant sur le jardin, dans un cabinet, et dans un autre petit cabinet. Le bâtiment comprend aussi une ancienne cuisine, une vieille chambre de domestique avec un escalier montant au grenier, et une cave. Entre cour et jardin se trouve un petit corps de bâtiment contenant plusieurs pièces dont une pouvant servir d´écurie, et un fournil. Dans le mur du jardin, une porte donne vers l´église.

    Le 1er avril 1808, expertise pour la clôture de la cour et du jardin de la partie du presbytère vendue à la commune et attribuée au curé et à la mairie. Le portail de la cour est détruit, il doit être refait à neuf ainsi que sa petite porte.

    Le 1er juillet 1860, marché passé avec Michel Péroche, couvreur à Saint-Dizant, pour l´entretien de la couverture de l´église, de l´école et du presbytère qui sert aussi de mairie.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Charente-Maritime. 2 O 1793. 1807-1905 : achat, travaux d´appropriation et d´agrandissement de la mairie, de l´école de garçons et de l´école de filles de Saint-Dizant-du-Gua.

  • A. D. Charente-Maritime. 2 O 1795. 1803-1860 : achat et travaux au presbytère de Saint-Dizant-du-Gua.

  • A. M. Saint-Dizant-du-Gua. Recueil de documents sur l'histoire de Saint-Dizant-du-Gua, notamment des extraits des registres paroissiaux, par Jacques Dufour.

Documents figurés
  • 1832 : plan cadastral de Saint-Dizant-du-Gua.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3P 4916
Bibliographie
  • Dangibeaud, Ch. "Déclarations de biens de mainmorte dans l'ancien diocèse de Saintes sous Louis XIII et Louis XIV", Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, t. 35, 1905, p. 127-128.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur du patrimoine, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.