Copyright
  • (c) Conseil départemental de la Gironde
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
  • Hydrographies la Gironde
  • Commune Saint-Vivien-de-Médoc
  • Lieu-dit Port de Saint-Vivien
  • Cadastre 2014 B1 398  ; 1833 E2 130
  • Dénominations
    port
  • Parties constituantes non étudiées
    cale, vanne, cabane

Le port de Saint-Vivien est indiqué dans les méandres du vieux chenal de Saint-Vivien sur la carte de Masse en 1706. En revanche, il n'est pas signalé sur la carte de l'embouchure de la Garonne en 1759. Des constructions y sont représentées sur la carte de Belleyme dans les années 1760.

Au milieu du 19e siècle, le port ne bénéficie d'aucun aménagement spécifique : les marchandises sont débarquées sur les rives sinueuses du chenal. Quelques constructions (grenier, magasin, maisons, caserne des douanes) constituent le port.

Au cours de la 2e moitié du 19e siècle, les travaux à réaliser pour redresser le cours du chenal et équiper le port font l'objet de débats interminables entre les communes, l'Etat et le syndicat des marais. Suite au redressement du chenal dans les années 1870, il est encore nécessaire d'approfondir son lit. En 1874, le mouvement commercial du port de Saint-Vivien était de 6469 tonneaux. En 1879, les deux écluses du port font l'objet de réparations : construites sur le chenal du Gâ, au niveau du port, elles permettent de gérer le niveau des eaux. En 1887, on réclame encore l'achèvement des travaux du port. Un plan de 1894 indique que la cale inclinée a finalement été construite.

Le port se développe également avec l'activité ostréicole à la fin du 19e siècle et au 20e siècle. Si des constructions sont visibles sur les cartes postales du début du 20e siècle, c'est surtout dans la 2e moitié du 20e siècle que la construction de cabanes pour "détroquer" les huîtres s'accroît le long du chenal. Le port et les cabanes constituent aujourd'hui l'un des attraits touristiques de la commune.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 18e siècle
    • Principale : 4e quart 19e siècle

Le port de Saint-Vivien se situe le long du chenal, à plus de 2 km des rives de l'estuaire. Les bateaux remontaient donc le chenal depuis l'embouchure et débarquaient leur chargement au port.

La cale inclinée et empierrée, aujourd'hui en partie enherbée, est toujours visible avec les bittes d'amarrage. Les rives du chenal sont maintenues par des pieux en bois ou des enrochements. L'accès aux bateaux s'effectue par des pontons en bois.

Une écluse avec deux portes à flots régule le niveau des eaux dans le port et dans les terres en amont.

Des cabanes construites en planches sont alignées le long du chenal.

  • Couvrements
  • Statut de la propriété
    propriété publique
    propriété privée

Documents d'archives

  • Registre de délibérations 1867-1899.

    Archives communales, Saint-Vivien-de-Médoc
  • Port de Saint-Vivien (1849-1923).

    Archives départementales de la Gironde : SP 1184

Bibliographie

  • FERET Edouard. Statistique générale du département de la Gironde. Bordeaux : Féret, 1878.

    p. 80

Documents figurés

  • Plan de divers tènements dans le Médoc, s.d. [2e moitié 18e siècle].

    Archives départementales de la Gironde : 2 Fi 849

Annexes

  • Documentation complémentaire
Date d'enquête 2012 ; Dernière mise à jour en 2014
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Conseil départemental de la Gironde