Dossier d’œuvre architecture IA33002195 | Réalisé par
  • inventaire topographique
Port d'Arcachon
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Arcachon (commune)
  • Commune Arcachon
  • Adresse le Port
  • Cadastre 2010

Si les activités immobilières ont été florissantes et menées tambour battant sur le site de la nouvelle commune créée en 1857, les projets portuaires tant pour la pêche que pour la plaisance, ont été des dossiers compliqués qui ont pris du temps. Il faut attendre 1944 pour que ces questions soient sérieusement examinées et que l'on envisage de les traiter. La criée municipale est ouverte en 1950. Cette même année, le maire Lucien de Gracia (voir bibliographie) met en avant les arguments en faveur de la construction d'un port de pêche : " Arcachon est le seul port de la côte Gasconne entre l'embouchure de la Gironde et celle de l'Adour. A côté de la pêche hauturière représentée par ses chalutiers, il convient de mentionner la pêche côtière exercée par des bateaux sardiniers et la pêche dans le bassin au moyen de pinasses ". Sans infrastructures portuaires les sociétés de pêche privées profitaient de l’embarcadère d'Eyrac. Lors d'une réunion de la commission du Port le 26 octobre 1954 à la mairie, le député-maire Gracia souligne que des fonds seront employés pour la construction d'un port de pêche et de Yachting. La première pierre du port de pêche d'Arcachon a été posée le 5 juillet 1956 par Auguste Pinton Secrétaire d’État aux travaux Publics, aux Transports et au Tourisme. Le port est inauguré en 1958. La halle à la criée du poisson est réalisée par l'architecte Henri Hourtic en 1960-1961. Aujourd'hui la flottille du port de pêche compte 27 bateaux pour environ 250 pêcheurs pratiquant la pêche au chalut classique. Les " fileyeurs " eux, capturent particulièrement la sole. Une vingtaine de petites embarcations pratiquent la pêche intra-bassin. Le port s'est doté d'une zone technique permettant aux chalutiers d'effectuer des réparations et aux plaisanciers de faire leurs travaux d'entretien. Le port de plaisance d'Arcachon est le seul port en eau profonde du Bassin. Le journal La France en sa page Arcachon, titre le 13 mai 1968 : " Journée mémorable pour notre cité, M. Chaban-Delmas ouvre le port de plaisance en présence de nombreuses personnalités et de la foule arcachonnaise ". Le port de plaisance offre aujourd'hui plus de 2600 anneaux sur une superficie de 21 hectares. Un espace multifonction (voir le dossier) appelé la halle aux pêcheurs a été construit en 2004. Le port accueille un laboratoire de l'IFREMER (voir le dossier) et les services des Affaires Maritimes (voir le dossier). La capitainerie est située sur le môle. A l'extrémité du môle, un "Monument des péris en mer" (voir le dossier) a été réalisé par le sculpteur Claude Bouscau en 1967.

  • Période(s)
    • Principale : 1ère moitié 20e siècle
  • Dates
    • 1956, daté par source
    • 1967, daté par source
    • 1968, daté par source
    • 2004, daté par source
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Hourtic Henri
      Hourtic Henri

      Henri Hourtic est architecte de la ville d'Arcachon à partir de 1945. École nationale des Beaux-Arts de Paris, ateliers Bigot et Courtois (dplg en 1942)

      -lycée climatique d'Arcachon, 1947-1952 (A. Larcher, P. Domenc, architecte en chef)

      -aménagement et extension du groupe scolaire Victor-Duruy, Arcachon, 1949-1953 (A. Larcher)

      -école maternelle, cité Claveau, Bordeaux, 1952-1954

      -cité Carnus, Arcachon, 1956-1958 (A. Larcher, J. Touzin)

      -lycée François Magendie, Bordeaux, 1956-1963, (A. Courtois, A. Gilet)

      -logements pour la C.I.LO.F., Cazaux (La Teste), 1958-1959

      -logements pour la C.I.LO.F., La Teste, 1959

      -logements pour la C.I.LO.F., Hourtin, 1958-1962

      -agrandissement de l'Institut de biologie marine, Arcachon, 1962-1963

      -halle à la criée au poisson, Arcachon, 1961

      -chapelle du sanatorium Armaingaud (aérium Saint-Vincent de Paul), années 1960

      __________________

      Henri Gabriel Hourtic, né à Arcachon (Gironde) le 9 septembre 1914, fils de ? Hourtic, et de ? Monteil, élève de Pierre Ferret à l’École régionale d’architecture de Bordeaux, admis en 2è classe le 12 mars 1934, 1è classe le 16 juillet 1936, admis 12è au 2è essai du Concours de Rome le 7 mars 1939, autorisé à transférer son inscription à Paris par lettre du 5 juin 1941, élève de Paul Bigot et Alexandre Courtois, engagé dans l'aviation de chasse durant la seconde guerre mondiale, grand blessé de guerre, amputé d'une jambe en 1940, achève sa carrière de pilote avec le grade de lieutenant-colonel de réserve, diplômé le 17 février 1942 (180è promotion, Une église rurale en Soule (Pays Basque), mention très bien) (architecte à Arcachon [entre 1949 et 1967], et Royan, Charente-Maritime [en 1951, bureau des régions sinistrées, agréé M.R.U. pour la Gironde et la Charente-Maritime]; architecte ordinaire des Bâtiments civils et Palais nationaux; architecte de la Ville d'Arcachon; lycée Grand Air à Arcachon, en 1946, avec Paul Domenc (1906-1979) et André Larcher, maison particulière à Teuillac (Gironde) en 1965 pour son frère enseignant, René Hourtic, chapelle du sanatorium de Moulleau, temple de Mérignac en 1968, transformation de Grand Hôtel d'Arcachon; membre de la S.A.D.G. en 1943, figure encore dans l'annuaire 1962, mais plus dans l'annuaire 1973; membre du Conseil régional de l'Ordre des architectes [en 1962]; officier de la Légion d'honneur, Croix de guerre 39-45; membre du conseil d'administration de la Croix-Rouge, président du Rotary-club d'Arcachon et de la société d'entraide de la Légion d'honneur; ami du sculpteur Claude Bouscau qui réalise sa tombe sur l'allée Fénelon du cimetière d'Arcachon; mort en 1971; Archives nationales de France, AJ/52/1294, dossier d’élève; ministère de la Culture, base visites virtuelles)

      Biographie rédigée par Marie-Laure Crosnier Leconte : Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968) AGHORA.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.

Le port comprend une cale, une criée, un espace multifonction, une zone technique de réparation (aire de carénage), une capitainerie (établissement portuaire), établissement nautique (centre nautique : associations, restaurant) ; ifremer ; affaires maritimes ; usine de construction navale (Bonnin).

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Bibliographie

  • CHALVRON Stéphanie de, CLEMENCEAU Martial. Les 20 ports du bassin d'Arcachon, sur la route des cabanes. Bordeaux : Les éditions des Barkhanes, 2005

    P. 26-29
  • ACHE J.-B. Acier et architecture. Paris : Arts et métiers graphiques, 1966. (halle à la criée du poisson)

  • BOYE Michel. Arcachon de A à Z. Saint-Cyr-sur-Loire : Alan Sutton, 2009.

    P. 119-123
  • D'Arcachon à Andernos, regards sur le bassin. [Fédération historique du Sud-Ouest. Congrès d'études régionales, (48e, 20-21 avril 1996, Arcachon et Andernos)] / Fédération historique du Sud-Ouest. Congrès d'études régionales. - Bordeaux : Fédération historique du Sud-Ouest, 1997

    P. 396-407
  • KELLER Eliane. Arcachon. Métamorphoses. Editions Equinoxe, 1992.

    P. 16 (Ill.)
Date d'enquête 2011 ; Date(s) de rédaction 2011
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel