Logo ={0} - Retour à l'accueil

Pont sur la Gartempe

Dossier IA86007925 inclus dans Bourg de Jouhet réalisé en 2016
Dénominationspont
Aire d'étude et cantonArrondissement de Montmorillon - Montmorillon
HydrographiesLa Gartempe
AdresseCommune : Jouhet
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : RD 115
Cadastre : 2016 Domaine public
AdresseCommune : Pindray
Adresse : RD 115
Cadastre : 2016 Domaine public

La commune de Pindray acquiert en 1875 un terrain pour la construction du pont. En août 1875, le préfet fait voter des crédits supplémentaires de 10 000 francs pour l'achèvement du pont, doublant la somme déjà engagée pour cette construction.

Les travaux sont déjà engagés et les maçonneries achevées en novembre 1875, lorsque le fermier du bac dénonce un amoncellement de sable qui empêche le passage du bac pendant une quinzaine de jours (voir annexe). En novembre 1876, il se plaint de l'utilisation du pont pas encore achevé, ce qui lui cause un préjudice. Le pont est mis en service le 1er janvier 1877. En 1878, l'ancien fermier du bac de Jouhet est indemnisé suite à la construction du pont. Les abords sont réaménagés sur la rive droite de la Gartempe en 1877-1880. Des terrains riverains de l'accès au pont (pré cadastré H3 681, pâture cadastrée H3 682 et jardin cadastré H3 682bis) sont cédés à la voirie par M. de Moussy en 1878. Un reliquat d'indemnisation est payé en 1881 au sieur Chagnon, sur la rive gauche de la Gartempe (commune de Pindray), par le conseil général de la Vienne.

Le pont a été rénové en 2007.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Dates1875, daté par source
1877, daté par source
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Un document de novembre 1875, lié à un conflit sur l'ensablement de la Gartempe, donne des informations sur les travaux en cours : localisation des lieux d'extraction du sable pour la construction, achèvement des maçonneries (voir annexe).

Le pont est composé de trois arches portées par deux piles centrales en pierre, à bec arrondi.

Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • 1875, réclamation de Mr Pain, fermier du bac de Jouhet, suite à l'ensablement de la rivière (Archives départementales de la Vienne, Poitiers, 3 S 35)

    Requête de M. Pain Pierre (enregistrée en préfecture le 19 novembre 1875)

    " A Monsieur le préfet du département de la Vienne.

    Monsieur le préfet,

    Le soussigné, Pain Pierre, batelier du bac de Jouhet, canton et arrondissement de Montmorillon, département de la Vienne, a l'honneur de vous exposer qu'il est dans l'impossibilité de passer les bateaux par suite des pluies qui ont amoncelé dans le port une quantité prodigieuse de sable.

    En conséquence, il vient vous prier, Monsieur le Préfet, de vouloir bien prendre des mesures pour remédier à cet état de choses le plus promptement possible.

    Il a l'honneur d'être avec un très profond respect, Monsieur le préfet, votre très humble et très obéissant serviteur, [signé] Pain Pierre.

    Les soussignés Maréchal et Joyaux, maire et conseiller municipal de la commune de Jouhet, certifient à Monsieur le Préfet que la présente réclamation est fondée et le prient d'y faire droit. A Montmorillon [signé] Maréchal et Joyaux. "

    Réponse : Rapport de l'agent voyer d'arrondissement.

    " Le sable nécessaire à la construction du pont de Jouhet a été extrait, pour la moitié du pont, dans le terrain d'alluvion situé sur la rive gauche, à environ 50 mètres de l'abord du bac. Au moment de la dernière crue, il n'y avait ni dépôt de sable, ni approvisionnement, les maçonneries étant terminées, mais les trous d'où l'on avait extrait le sable existaient, en partie comblés par les terres des couches supérieures impropres à être employées dans les maçonneries. Le gazon avait été enlevé et le terrain qui n'était plus garanti à sa surface et déjà remué a été entraîné et déposé dans le lit de la rivière, dans le sens du courant, en travers du passage des bateaux.

    La quantité prodigieuse de sable est représentée en réalité par un cube d'une centaine de mètres ; quant au temps passé par le batelier à draguer le sable amoncelé, il se réduit à 4 journées d'hommes. Le passage, il est vrai, a été interrompu pendant une quinzaine de jours, mais cette interruption a été causée par la crue qui ne permettait pas sans danger de passer d'une rive sur l'autre. Les renseignements fournis à ce sujet sont inexacts.

    Bien que nous soyons d'avis qu'un propriétaire en amont d'un passage d'eau, qui avait cultivé ou aurait fouillé sur un terrain enlevé par une crue et déposé devant l'abord du bac, ne soit pas responsable de l'interruption du passage ou des travaux nécessaires pour le rétablir, nous pensons que, s'il y a lieu à indemnité, elle doit être due par l'entrepreneur des travaux pour la construction desquels le terrain a été fouillé et dénudé du gazon qui le recouvrait ; enfin, que le montant de l'indemnité demandée est exagérées et qu'il n'y a pas lieu de réclamer une somme de 39fr00.

    Montmorillon, le 24 décembre 1875, [signé : Mains?]

    [note]

    L'agent-voyer en chef soussigné adopte les conclusions du rapport ci-dessus, en faisant observer que c'est au fermier du bac à s'adresser directement à l'entrepreneur des travaux du pont de Jouhet qui dans son intérêt avait ouvert une carrière de sable touchant ledit pont, le service vicinal n'ayant jamais donné d'ordre pour ouvrir cette sablière, le devis indiquant prise du sable dans le lit de la Gartempe. Poitiers, le 6 janvier 1876 [signature illisible]. "

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1856, 23 octobre : adoption des tarifs du bac, spécifiant les exonérations (fonctionnaires, moines...).

    1857, 28 mars : fermage du bac de Jouhet à M. Vallée Félix.

    1862, 17 décembre : procès-verbal de visite. Description du batelet. Le conducteur du bac, M. Suire, souligne le mauvais état du chemin de moyenne communication n° 80, sur la rive gauche, aux abords du bac, déjà signalé depuis 1859. Les travaux de mise en état sont signalés urgents à nouveau en 1863 [voir annexe].

    1869 : les communes de Jouhet et de Pindray se plaignent de l'interruption du service du bac suite au mauvais état du batelet. Il est remplacé peu après par un bateau passe-cheval.

    1870, 20 janvier : devis de 1900 francs pour la construction d'un bac pour le passage d'eau de Jouhet.

    1872 : vente par l’État du batelet hors service.

    1875, novembre : M. Pierre Pain, batelier du bac de Jouhet, se plaint de ne pas pouvoir " passer les bateaux par suite des pluies qui ont amoncelé dans le portune quantité prodigieuse de sable ". Sa demande est nuancée par l'ingénieur qui évalue le travail de désensablement à 4 jours d'hommes et attribue cet amoncellement aux travaux du pont.

    1875, 24 décembre : avis des services sur cet amoncellement de sable (voir annexe).

    1878, 1er mai : session du matériel du bac.

    1878, 27 juin : arrêté d'indemnisation de M. Pierre Pain pour le gardiennage du matériel.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 3 S 35
  • 1877 : projet de réfection des murs de soutènement de la place suite à la construction du pont (devis en 1878).

    1880, 5 août. Devis établi par A. Couillaud pour la réparation du mur de soutènement des abords de l'abreuvoir et de la place publique, avec remploi des anciens moellons. 798,60 francs.

    Archives municipales, Jouhet
Documents figurés
  • " [Plans pour l'aménagement du mur au nord du pont ".

    Archives municipales, Jouhet
Bibliographie
  • PAIN, Armelle et FORESTIER, Carine (coord.). Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic, 2002.

    t. 2 p. 641 [datation imprécise] Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : 709.446 3 PAT POI
  • Chemin d'intérêt commun n° 80, de Chauvigny à La Trimouille [pont de Jouhet]. Rapports et délibérations - Conseil général de la Vienne, rapport du préfet, session d'août 1875. [consultable sur Gallica]

    p. 75-76
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Guichet Maxime