Logo ={0} - Retour à l'accueil

Pont dit le pont du Sablon

Dossier IA17047676 réalisé en 2020

Fiche

Dénominationspont
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Taugon
Lieu-dit : Pont du Sablon (le)
Adresse : route, D25b, route
D109
Cadastre : 1813 C 1000 ; 2020 OC 52
AdresseCommune : Maillé
Lieu-dit : Pont du Sablon (le)
Adresse : route
D25b
Cadastre : 2020 B 335

De l'écluse du Rouleau au passage du Sablon

Le pont du Sablon est établi depuis 1900 sur un site auparavant occupé pour différentes activités, y compris le franchissement de la Sèvre Niortaise. Une des écluses ou pêcheries qui parsemaient le cours du fleuve jusqu'au début du 19e siècle, se trouvait à proximité, un peu en aval. Appelée l'écluse du Rouleau, elle est mentionnée en 1667 sur le plan de partage des marais desséchés de Taugon. En 1798, elle appartient à André Guérin. Dès avant sa suppression, le site du Rouleau ou de la Vieille Vague semble utilisé pour passer d'un côté à l'autre de la Sèvre Niortaise, entre Vix et Taugon. Une des cartes de la région par Claude Masse en 1720 semble indiquer à travers les marais mouillés un ruissellement un peu plus large que les autres, à partir du Pont de Vix et en direction du sud. Claude Masse indique que les marais qu'il traverse sont "presque toujours inondés" mais que "leur fond est ferme" et que l'on "passe quelque fois les charrois".

Dès la première moitié du 19e siècle, les autorités développent les liaisons routières dans la région et réfléchissent notamment aux façons d'améliorer le passage d'une rive à l'autre de la Sèvre. Il n'existe en effet aucun point de franchissement digne de ce nom entre le passage de la Croix des Marys, à Maillé et La Ronde, et celui de la Bonde des Jourdain, à Vix et Saint-Jean-de-Liversay, eux-mêmes souvent précaires. Au niveau de l'ancienne écluse du Rouleau, les piétons traversent le fleuve sur des batelets, et les bestiaux sur des barques plus grandes. La création de la route de Fontenay-le-Comte à La Rochelle (actuelle D938ter) et l'aménagement de la route de Moricq à Vix et Benet (actuelle D25) poussent à imaginer une liaison vers la Charente-Inférieure via Vix et Taugon, greffée à ces nouveaux axes.

Dès 1844, le conseil municipal de Vix plaide pour la création d'un embranchement de la route de Moricq à Vix vers la Sèvre et Taugon via le Pont de Vix, demande réitérée en 1853. Il est envisagé un temps de tracer ce nouvel axe non pas en direction du sud et du Rouleau, mais en direction du sud-ouest, pour rejoindre plus facilement la Sèvre à partir du Pont de Vix, mais ce projet est écarté car il arrive en incohérence avec ce qui est envisagé sur l'autre rive de la Sèvre. En effet, de son côté, Taugon envisage de prolonger jusqu'au Rouleau le chemin venant du bourg et longeant le canal du Frêne. C'est en effet au Rouleau que l'on a sondé la présence d'un rocher dans le lit de la Sèvre, lequel sera utile lorsque l'on voudra construire un pont. En 1854, le principe de la création d'un passage par bac au Rouleau, faisant la jonction entre les deux routes et les deux rives, est adopté, en attendant de construire un pont. Tandis que, côté Vix, un nouveau pont est jeté en 1856 par-dessus le Contrebot de Vix, la construction de la route des deux côtés de la Sèvre dure jusqu'en 1858. Cette même année, on projette de construire une maison pour loger Rémi Dufour, passagier au Rouleau, mais ce projet n'est, semble-t-il, pas réalisé. En 1859, une rampe d'accès au passage est aménagée côté Taugon, interrompant le chemin de halage.

Pendant un demi siècle, la traversée de la Sèvre au Rouleau s'effectue donc par un bac, soit un grand bateau à fond plat qui réalise les allers-retours à l'aide d'une corde tirée d'abord à bras d'homme puis à l'aide d'un treuil, et même à la force d'un cheval pour les charges les plus lourdes. En 1862, on réaffecte au passage du Rouleau le bac jusqu'alors employé au passage de la Croix des Mary, entre Maillé et La Ronde, où l'on a édifié un pont. Un nouveau bac en fer, long de 12 mètres et large de 4,5, est construit en 1882. De 1860 environ à 1882, le passage est tenu par Pierre Guérin époux Roy, demeurant à Vix, puis à partir de 1882 par Baptiste Tallineau, cultivateur à Taugon.

Le premier pont du Sablon (1899-1900)

Dès les années 1870 toutefois, les communes de Vix et de Taugon plaident pour la construction d'un pont, déjà évoquée lors de la création du bac dans les années 1850. Les deux communes votent même les crédits nécessaires (même si le site en question ne se trouve pas sur la commune de Vix mais sur celles de Taugon et de Maillé). Le projet, présenté dès 1880 puis en 1896, se heurte toutefois aux difficiles échanges entre les deux départements concernés, à leurs exigences concernant la participation financière des communes, et aux craintes quant à l'écoulement des eaux de la Sèvre et au passage laissé pour le chemin de halage. En 1891, une réforme de la gestion des passages par bac, qui reporte sur le passagier les frais d'entretien du matériel, rend l'exploitation du passage du Sablon encore moins rentable financièrement, et accélère la décision de le remplacer par un pont. La construction de celui-ci n'est pourtant actée qu'en 1898.

Le projet est élaboré et suivi par le service vicinal de la Vendée. Par rapport au premier projet de 1880, on a augmenté la portée de la travée unique du pont (de 34 à 44 mètres) de manière à ne pas restreindre le lit de la Sèvre. Les deux culées seront construite en béton armé, selon le procédé Hennebique. La culée de la rive gauche sera placée en retrait par rapport à la rive du fleuve, pour laisser le passage au chemin de halage. L'ossature métallique du pont lui-même comprendra deux poutres en treillis, de section en N, reliées entre elles par 33 entretoises inférieures, portant la chaussée unique et les trottoirs, et 11 entretoises supérieures.

En octobre-novembre 1898, la circulation sur les chemins qui aboutissent au pont est interdite pour faciliter le chantier. La construction des fondations des culées commence en décembre. Le passage par bac, quant lui, est supprimé le 1er janvier 1899. Le 23 février 1900, un arrêté du préfet de la Vendée autorise la construction d'une passerelle provisoire en bois, destinée au montage de la travée métallique. Le nouveau pont est achevé au cours de l'année 1900.

Le Grand prix du Sablon

Dans les années 1940-1950, le site du pont du Sablon est le théâtre d'une nouvelle animation sur les eaux et les rives de la Sèvre Niortaise : les courses de hors-bords. Des premières compétitions ont eu lieu dès 1936 à Saint-Liguaire, sur le site de la Roussille. En 1942, afin de collecter des fonds en faveur des prisonniers de guerre, cette course est ressuscitée et une autre est organisée au pont du Sablon. En octobre 1944, alors que la guerre touche à sa fin, quatre personnalités de Vix, Marcel Barrerie, industriel-minotier, Gilbert Bonce, fabricant de chaussures, Ulysse Pernot et Henri Rocheteau, pharmacien, fondent le Club motonautique du Sablon pour organiser des courses de hors-bords. Ils entraînent avec eux Emile Pouvreau, fondateur qui chantier naval Pouvreau, à Vix.

Le 8 juillet 1945 a lieu sur les eaux de la Sèvre, de part et d'autre du pont du Sablon, le premier Grand prix du Sablon. Une foule impressionnante, désireuse d'enfin profiter d'un peu de bon temps après des années de privations, afflue de toute la région et noircit les rives de la Sèvre autour du pont. L'expérience est réitérée les 9 juin 1946 et 6 juillet 1947, et attire alors la presse, les photographes et les édiles locales. La course du 9 juin 1946 est présidée par les préfets de Vendée et de Charente-Maritime, en présence de représentants de la Marine nationale. Animée par la Lyre fontenaisienne, la fête ouvre par un hommage au drapeau puis par un défilé de chars fleuris, au son des formations musicales de Vix, Maillé et Marans. On assiste ensuite à des joutes nautiques et des démonstrations de ski nautique acrobatique, avant la course elle-même qui compte pour la Coupe de France de hors-bords.

En 1947, le Club motonautique du Sablon présente son propre canot, baptisé Sable d'Or, construit dans l'atelier d'Emile Pouvreau à Vix. Il a pour parrain Marcel Barrerie et pour marraine l'épouse d'Ulysse Pernot, président du Club. L'un des prix attribués est décerné par Marceau Bretaud, industriel à Vix et maire de Fontenay-le-Comte. Un dîner officiel réunissant les autorités termine la journée. Les courses du pont du Sablon ont lieu jusqu'en 1953, puis périclitent et ne perdurent que sous la forme d'une fête nautique, avec défilé de chars fleuris, organisée plus en aval, sur le canal du Sablon.

Le nouveau pont du Sablon (1972)

Dans les années 1960, l'intensification de la circulation et du passage sur le pont du Sablon, qui ne présente toujours qu'une seule chaussée, sans croisement possible, nécessite la reconstruction de l'ouvrage. En visite dans la région, le préfet de la Vendée le constate le 1er décembre 1967. L'ancien pont est démoli en 1972 et aussitôt remplacé par un nouvel ouvrage, large cette fois de deux voies carrossables, tel qu'il existe encore de nos jours.

Période(s)Principale : limite 19e siècle 20e siècle, 3e quart 20e siècle
Dates1899, daté par source

Le pont est situé à la jonction entre la route D25b, venant de la Vendée au nord (commune de Maillé puis de Vix), et la route D109, venant de la Charente-Maritime au sud (commune de Taugon). Son tablier, en béton, est soutenu par des poutrelles en acier, avec un parapet également en acier. Le tout repose sur deux piles pour partie en pierre (anciennes piles du pont de 1900), pour partie en béton.

Mursbéton
acier
Statut de la propriétépropriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1833-1934 : entretien de la Sèvre Niortaise, projet de construction d'une maison pour le fermier du passage du Rouleau, construction du pont du Sablon, aménagement d'une cale d'abordage au lieu-dit le Frêne, à Taugon.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : E dépôt 112/471, archives communales de Taugon, 3 O 1
  • 1896-1900 : construction du pont du Sablon.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 3 S 477
  • 1865-1907 : adjudication et mises en ferme des passages par bac du Sablon, de la Bonde des Jourdain et du Roseau du Rouleau.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 3 S 633
  • 1858-1875 : établissement d'une digue entre Vix et Taugon pour le chemin vicinal traversant la Sèvre Niortaise aux marais des Roseaux du Rouleau.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 3 S 773
  • 1854-1859 : établissement du passage d'eau du Roseau du Roulleau, entre Vix et Taugon.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 3 S 784
  • 1945-1994 : exploitation commerciale et technique des voies navigables, organisation de courses de hors-bords à la Roussille et au pont du Sablon.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 1696 W 10
  • 1798, 19 juin (1er messidor an VI) : procès-verbal de visite des écluses et pêcheries sur la Sèvre Niortaise.

    Archives départementales de la Vendée, La Roche-sur-Yon : 62 J, archives de la Société des marais de Vix-Maillezais, liasse 18, dossier 1, pièce 2
  • 1877-1899 : gestion des passages par bac de la Bonde des Jourdain et du Roseau du Rouleau.

    Archives départementales de la Vendée, La Roche-sur-Yon : S 852
  • Archives municipales de Vix. Registres des délibérations du conseil municipal.

  • Informations et documentation fournis par M. Pierre Barrerie, Vix, juillet 2019.

Documents figurés
  • 1720 : Carte du 46me quarré de la generalle des costes du Bas Poitou païs d'Aunis Saintonge et partie de la Basse Guienne, par Claude Masse.

    Service historique de la Défense, Vincennes : J10C 1293, pièce 17
  • 1667, 2 janvier : plan [de partage des marais] de Taugon et La Ronde levé par le sieur de Laserre arpenteur général le 2 janvier 1667.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 5 Fi Taugon 4
  • 1812 : plan cadastral de Taugon.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5090
Bibliographie
  • Fête Moto-Nautique du Pont du Sablon, La Résistance de l'Ouest, n° 832, 19 mai 1947.

  • La Vendée sous l'oeil de Jules Robuchon, itinéraire d'un pionnier de la photographie, Département de la Vendée, Somogy, Paris, 2008, 136 p.

  • Les grandes courses moto-nautiques de Vix. Ouest-France, 10 juin 1946.

  • MARTINEAU, Roger. Villages de France aux Marais poitevins, volume 1. Vix : chez l'auteur, 1988.

    p. 181-182
  • Que pensez-vous des courses de Vix ? Officiels et notables répondent à l'envoyé spécial d'Ouest France. Ouest France, 13 juin 1946.

  • Suire, Yannis. L'histoire de l'environnement dans le Marais poitevin, seconde moitié du XVIe siècle - début du XXe siècle. Thèse d'Ecole nationale des Chartes, 2002.

    p. 904
  • Une réalisation invraisemblable. Gros bourg de 1600 habitants, Vix possède un des rares clubs de hors-bords de France, Ouest France, s. d. [avant le 6 juillet 1947].

Multimedia
  • 1947, 6 juillet : la fête du Sablon, film tourné par André Laurent, photographe à Vix.

    Archives départementales de la Vendée, La Roche-sur-Yon : 2 Ci 23 (à la minute 3.30)

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Centre vendéen de recherches historiques (c) Centre vendéen de recherches historiques - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur du patrimoine, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.