Logo ={0} - Retour à l'accueil

Pont de l'île de la Chatte

Dossier IA17047856 réalisé en 2020

Fiche

Dénominationspont
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Taugon
Lieu-dit : Ile de la Chatte
Cadastre : 2020 OB 607
AdresseCommune : Maillé
Lieu-dit : Ile de la Chatte

Jusque dans l'entre deux guerres, aucune liaison terrestre ne permet de rallier l'île de la Chatte, formée après le creusement du canal du Fossé du Loup en 1834. Le besoin de franchir la Sèvre est pourtant de plus en plus exprimé tant par les habitants de l'île que par les cultivateurs (pour beaucoup des habitants de Maillé) qui y possèdent des terres. C'est pour répondre à ce besoin que la décision d'établir un pont au droit du port de Maillé est prise dans les années 1920, en concertation entre la commune de Taugon, celle de Maillé et les syndicats des marais mouillés.

L'occasion en est fournie en 1924 lorsque le pont-barrage à la tête aval du canal de Pomère, à L'Ile-d'Elle, est démoli, à l'exception de sa travée unique. En métal, longue de 26,45 mètres et large de 3,50, elle a été construite en 1871 suivant les plans de l'ingénieur des Ponts et Chaussées Maucher, modifiée en 1893, et est désormais entreposée dans le grand marais communal de L'Ile-d'Elle, sur la rive gauche du canal de Pomère. Le 8 avril 1925, l'ingénieur subdivisionnaire Texier, en poste à Marans, présente le projet d'intégration de cette travée au nouveau pont de l'île de la Chatte. Les voûtains en brique qui soutiennent la travée, ainsi que sa chaussée seront refaits. Chacune des culées qui porteront la travée de part et d'autre du fleuve, sera constituée de six pieux en béton armé (on leur préfèrera finalement 38 pieux à vis). Au milieu, la travée sera supportée par une pile formée d'un caisson en béton armé, en rectangle, avec des becs en amont et en aval. Cette pile sera fondée sur deux groupes de trois pieux en béton armé. Le garde-corps métallique sera conservé.

Maître d'ouvrage de l'opération, le Syndicat des marais mouillés de la Vendée tente une mise en adjudication le 16 février 1927, en mairie de Maillé, mais sans succès. Un marché de gré à gré est finalement passé le 6 avril avec Gustave Grimaud, entrepreneur à Bouillé-Courdault. En octobre, les pieux de fondation sont en place et, fin novembre, le caisson de la pile centrale est en cours de construction. Retardé par l'hiver puis le printemps, et par des lenteurs de travaux, le chantier n'est achevé qu'en novembre 1928. Reste toutefois à transférer le tablier métallique depuis L'Ile-d'Elle. Pour ce faire, l'Etat met à disposition quatre chalands pour former, assemblés deux par deux, deux pontons. Au printemps 1929, le tablier est chargé sur ces pontons et, tiré par un bateau à vapeur, est emporté sur la Sèvre Niortaise jusqu'à Maillé pour être positionné sur les culées et pile du nouveau pont. L'impressionnant convoi marque la mémoire des riverains de la Sèvre. La réception définitive du chantier a lieu le 14 octobre 1929.

Manquent encore les rampes d'accès en terre, nécessaires pour accéder au nouvel ouvrage. Un contentieux s'élève alors sur l'entretien du pont (que le Syndicat des marais mouillés finit par accepter de prendre à sa charge) et le tracé du chemin qui devra le desservir. Ce n'est qu'en 1938 que les rampes sont enfin aménagées, en utilisant les matériaux rejetés lors du curage du canal de Bourneau, à Maillé.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle
Dates1871, daté par source
1928, daté par source

Le pont enjambe la Vieille Sèvre au droit du port de Maillé, permettant de rallier par voie de terre l'île de la Chatte, commune de Taugon. Il est constitué d'une seule travée métallique, constituée de deux poutres en acier et de voûtains en brique. La travée est soutenue par deux culées et par une pile centrale, le tout en béton armé. Le garde-corps est en ferronnerie.

Mursacier
brique
béton

Repéré de niveau 2.

Statut de la propriétépropriété publique, Propriété de la commune de Taugon.

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1925-1943 : construction d'un pont sur la boucle de la Sèvre Niortaise à Maillé.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 3 S 1141
  • 1866-1932 : construction de deux passerelles de halage sur la Sèvre Niortaise aux extrémités du canal de Pomère, construction d'un pont carrossable sur le barrage aval du canal, construction du pont de L'Île-d'Elle sur le canal de Pomère, construction de ponts sur le chemin de halage du canal.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 3 S 1150
  • 1937-1955 : association syndicale de l'île de la Boucle de Maillé, construction et entretien d'un pont à voie charretière sur la boucle de la Sèvre, de rampes d'accès, de ponceaux et d'un chemin d'exploitation.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 3 S 1165
  • 1909-1980 : registres des délibérations du conseil municipal de Taugon.

    31 octobre 1923, 15 mars 1924, 21 février 1926 Archives municipales, Taugon
  • Informations, documentation et notes de dépouillements d'archives fournies par M. René Durand (1924-2018), Marans.

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Centre vendéen de recherches historiques (c) Centre vendéen de recherches historiques - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur du patrimoine, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.