Dossier IA17000453 | Réalisé par
Patrimoine industriel de la Charente-Maritime : présentation
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
  • (c) Archives privées

Dossier non géolocalisé

  • Aires d'études
    Charente-Maritime

Les 217 usines recensées dans le département de la Charente-Maritime, dénommé Charente-Inférieure jusqu'en 1941, sont réparties de façon à peu près équitable sur l’ensemble du territoire. Les rivières constituent cependant des axes privilégiés, pas uniquement pour fournir la force motrice, puisque seules 37 des usines ont fonctionné à l’énergie hydraulique, soit un peu moins de une sur six, mais surtout pour le transport des produits en ce qui concerne les distilleries ou le ravitaillement en eau pour des industries très grandes consommatrices comme les laiteries et distilleries. Les voies ferrées ont également joué un rôle important dans cette organisation spatiale, tant pour le ravitaillement des usines en matières premières et en combustible, que pour le transport des produits fabriqués.

L’économie de la Charente-Maritime a de tout temps été confondue avec l’exploitation de ses ressources naturelles : agriculture et produits de la mer. En 1835, A. Hugo, dans le numéro de la France pittoresque consacré au département,  décrit ainsi son économie : « La distillation des eaux-de-vie, l’exploitation des marais salants, celle des parcs d’huîtres vertes et la pêche de la sardine occupent le premier rang de l’industrie locale. Il existe dans le pays des raffineries de sucre, des fabriques de vinaigre, des fabriques de poteries fines et de creusets, des tanneries, des bonneteries, des fabriques de grosses étoffes de laine, etc.» A cette époque, l’arsenal de Rochefort, créé par Colbert en 1666 pour l’armement des vaisseaux construits à Brest, constitue le seul pôle industriel du département, et il existe tout au plus des spécificités artisanales selon les localités, comme les poteries fabriquées au sud de Saintes. L’économie est surtout fondée sur la pêche, le commerce, et notamment celui des eaux-de-vie ; près du cinquième de la superficie totale est couverte de vignobles.

Jusque vers 1875, l’expansion de la production et des ventes de cognac est continue, favorisée en 1860 par le traité de commerce avec l’Angleterre, même si dans ces mêmes années la guerre de Sécession prive les eaux-de-vie de leur débouché vers l’Amérique. Ce conflit entraîne en effet une forte diminution des exportations depuis le port de La Rochelle, et de ce fait une éventuelle reconversion économique est envisagée. Il semble que la création du port de la Pallice, qui est ouvert en 1891, s’inscrive dans cette perspective. Toutefois, à partir de 1875, le phylloxéra, qui ravage d’abord le sud  du département, précipite une reconversion devenue inévitable. En 1879, M. Billotte, dans son rapport sur la succursale de la Banque de France à La Rochelle, constate : « Le phylloxéra a envahi les arrondissements de Saintes et de Saint-Jean-d’Angély, et dans les quatre autres arrondissements les vendanges sont très faibles (...). Le département de la Charente-Maritime n’est pas industriel, mais seulement producteur : tout languit quand les récoltes sont pauvres, et comme les vignobles abondent, il est à craindre que le pays ne soit à moitié ruiné, et pour longtemps, par l’invasion de ce nouveau fléau, qui vient de dévaster toute la région du Midi, et par les transformations de culture qui en seront la conséquence ». Les revenus des vignerons et des salariés agricoles ont diminué, et en quelques années le phénomène s’amplifie avec la disparition des emplois saisonniers et la chute de la consommation en milieu rural.

Les remèdes à la crise du phylloxéra ne vont pas être les mêmes dans l’ensemble du département ; ils sont fonction des habitudes agricoles et sans doute des mentalités qui divergent fort entre l’Aunis et la Saintonge, la côte et l’arrière-pays. On assiste à la reconstitution du vignoble à Cognac et dans la Haute-Saintonge, et à la reconversion vers d’autres activités pour La Rochelle et l’Aunis. Cette disparité s’explique sans doute en partie parce que la région rochelaise fabriquait une eau-de-vie de consommation courante vendue l’année même de sa fabrication, contrairement à la région cognaçaise productrice d’une eau-de-vie vieillie en fûts ; d’où l’obligation d’une reconversion rapide pour la région de l’Aunis par le labourage et l’élevage,  alors que les vignerons de la Saintonge, surtout de la région située à l’est de Pons et de Jonzac qui se rattache à la « Champagne » de Cognac, ont pu écouler leur stock et replanter selon la technique du porte-greffe  lorsque celle-ci fut mise au point. En dehors de la zone dite « des fins bois », la superficie du vignoble s’est trouvée notablement réduite à l’avantage des prairies artificielles et des cultures fourragères. Dans toute cette région, et principalement en Aunis, où le vignoble arrivait en deuxième place après les céréales, l’industrie laitière s’est implantée, puis a acquis un développement considérable. Les nouvelles orientations économiques se sont fondées sur des avancées technologiques comme l’élaboration industrielle d’engrais chimiques, les facilités de communication dues au développement du chemin de fer, mais aussi sur un esprit d’entraide qui s’est traduit par la création de coopératives.

On peut voir dans le si petit nombre d’usines utilisant l’énergie hydraulique le trait d’une industrialisation tardive. Les trois-quarts des sites datent en effet, à part presque égale, du quatrième quart du 19e ou du premier quart du 20e siècle. Très peu d’usines sont antérieures au 19e siècle :  l’Arsenal de Rochefort, le moulin de la Baine à Chaniers, une raffinerie de sucre à La Rochelle, le moulin de Lucérat à Saintes et la tannerie de Fontbouillant à Montguyon. Parmi ces usines,  seuls l’Arsenal et la raffinerie de sucre sont réellement considérés comme industriels, les autres établissements ne sont pris en compte dans le repérage qu’en raison de leur développement ultérieur, à l’exception du moulin de la Baine, qui, rassemblant cinq moulins, reste un cas exceptionnel. Les installations de la première moitié du 19e siècle sont assez peu nombreuses et concernent deux moulins à marée, deux minoteries, une usine de chaux, deux briqueteries, deux distilleries et une station de pompage. Par ailleurs, 29 usines seulement ont été créées durant le 2e quart du 20e siècle.

L’industrie de la Charente-Maritime conserve les grandes caractéristiques du passé : sur les 217 sites, plus des deux tiers appartiennent à la filière agro-alimentaire. Les laiteries industrielles dominent, suivies par les distilleries et les minoteries, et quelques biscuiteries, conserveries et autres.

Documents d'archives

  • A. D. Charente-Maritime, Br 2065. Chambre de commerce et d'industrie de Rochefort-sur-Mer et de Saintonge, 1966.

  • A. D. Charente-Maritime, 3 J 110.

  • A. D. Charente-Maritime, 77 J 361-362. 1952-1953 : fonds Guillon, Courçon : projet de silo.

  • A. D. Charente-Maritime, 77 J 365-367. 1954-1961 : fonds Guillon, minoterie Méchain à Courcelles.

  • A. D. Charente-Maritime, 7 M 9/36. 1861-1908 : fours à chaux.

  • A. D. Charente-Maritime, 7 M 9/37. 1843-1909 : usines à gaz.

  • A. D. Charente-Maritime, 10 M 3/12, 1936-1937 : contingentement des moulins.

  • A. D. Charente-Maritime, 11 M 3/1 à 5. Statistiques industrielles, an V-1900.

  • A. D. Charente-Maritime, 12 M 2/10, 1842-1912 : sociétés d'agriculture et comices, affaires diverses : arrondissement de Jonzac.

  • 1887-1935 : sociétés coopératives.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 13 M 3/4
  • A. D. Charente-Maritime, 14 M 1/3, travail des enfants.

  • A. D. Charente-Maritime, 14 M 2/6, grèves diverses.

  • A. D. Charente-Maritime, 14 M 4/1. 1813-1822 : les tanneries.

  • A. D. Charente-Maritime, 14 M 4/12. 1936 : industrie de la chaussure.

  • A. D. Charente-Maritime, 3 P matrices cadastrales, 1882-1910.

  • A. D. Charente-Maritime, 4 P 1427. 1912-1934 : contributions indirectes, relevés n° 2 pour le droit fixe de patente des fabricants d'eau de vie.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 4 P 1427
  • A. D. Charente-Maritime, 3 Q 8537. 1912-1938 : sommier pour le recouvrement des droits dus par les sociétés ; bureau de Pons.

  • A. D. Charente-Maritime, 3 Q 15551-53. 1877-1940 : sommier pour le recouvrement des droits dus par les sociétés ; bureau de Saintes.

  • A. D. Charente-Maritime, S 986. 1885-1894 : usines, rivières et ruisseaux de l'arrondissement de Saintes.

  • A. D. Charente-Maritime, S 1373. Moulins de la Seugne, à partir de la lettre M.

  • A. D. Charente-Maritime, S 1401. La Charente, barrage de la Baine, 1845.

  • A. M. La Rochelle, 14 W 16. 1921-1925 : établissements classés : usine de la Société alsacienne.

    Archives municipales, La Rochelle : 14 W 16
  • A. M. La Rochelle, 16 W 12. 1915-1939 : établissements de 1ère classe.

  • A. M. La Rochelle, 16 W 34. 1898-1940 : établissements de 1ère classe.

  • A. M. La Rochelle, 90 W 29. 1946-1947 : reconstruction de l'usine " Comptoir Linier " à la Pallice.

    Archives municipales, La Rochelle : 90 W 29
  • A. D. Charente-Maritime, 8 S 278. 1867-1874 : appareils à vapeur.

  • Archives Privées [actuellement en dépôt à Poitiers]. 1860-1939 : rapport d'inspection de la Banque de France.

Bibliographie

  • Anonyme. Aunis et Saintonge, La Charente-Maritime, Richesses de France, 1953.

  • Dangibeaud, Charles ; Proust, Emilie. La ville de Saintes à la fin du XIXe siècle, vol. VI. Saintes, 1900.

  • Darde, F. " Les ports de La Rochelle, la Pallice ", in : Le Centre-Ouest de la France, encyclopédie régionale illustrée. Poitiers : Lib. Occitania, 1926.

    p. 366
  • Dauriac, Y. Le mouvement ouvrier en Charente-Maritime de 1815 à nos jours. [Conservé aux A. D. Charente-Maritime, 4 J 3130].

  • Denis, Sylvie ; Beziaud, Nicole. La Rochelle-Pallice, " L'escale atlantique " : Mémoire du quartier de la Pallice. La Rochelle : Archives Municipales, 1989.

  • Fleury, Paul. Le port de Marans : commerce, industrie, ressource du pays. Marans : Imp. Prax, 1904.

  • GAUTIER, M.-A., Statistique du département de la Charente-Inférieure. La Rochelle, 1839.

  • Géant, Joël. La Charente-Inférieure et ses industries agricoles. Thèse agricole, Paris : P. Macron, juillet 1922.

  • Gensbeitel, Christian ; Morin, Frédéric. Saintes. Mémoire en images. Joué-lès-Tours : Alan Sutton, 1998.

  • Illustration économique et financière, n° spécial : La Charente Inférieure. Paris, 1926.

  • Julien-Labruyere, François. Paysans charentais : histoire des campagnes d'Aunis, Saintonge et Bas-Angoumois. La Rochelle : Rupella, 1982.

  • Kaeppelin, Thierry. Industrialisation de la Charente-Maritime. Mémoire de stage de l'E. N. A., 1960[Conservé aux A. D. Charente-Maritime, 2 J 119].

  • Kollmann, Virginie ; Valière, Michel. A la découverte du patrimoine artisanal et industriel du Poitou-Charentes. Poitiers : Maison des Sciences et des techniques, 1987.

  • Kompass régional Limousin, Poitou-Charentes 1988. Copyright Kompass, 1988.

  • Pinard, Jacques. Les industries du Poitou et des Charentes : Étude de l'industrialisation d'un milieu rural et de ses villes. Poitiers : S. F. I. L., 1972.

  • Poitevin, Benoît. Mémoires des techniques, mémoire des quartiers de La Rochelle : Laleu, La Pallice, Mireuil. La Rochelle : éd. Astrobale, 1995.

  • Pousson, A. ; Vert, L. La Rochelle, ses industries, ses ports. Sous le patronage de la Chambre de Commerce, à l'occasion du 52e congrès pour l'avancement des sciences. La Rochelle : Imprimerie de l'ouest. 1928.

  • Robert, J. " L'industrie dans la région de programme Poitou-Charentes ", Norois, n° 48, 12e année, oct-déc 1965.

    p. 539-547
  • Le rapide annuaire. La Rochelle : Texier, 1912.

Annexes

  • Genèse et caractère du développement industriel
  • Statistiques industrielles. AD Charente-Maritime, 11 M 3/1.
  • Extrait des rapports au ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, en 1861 et 1862. AD Charente-Maritime, 11 M 3/2
  • Statistiques industrielles vers 1880. AD Charente-Maritime, 11 M 3/4.
  • Extraits de rapports de la Banque de France (temporairement conservés à Poitiers).
Date d'enquête 1996 ; Dernière mise à jour en 2000
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel