Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin

Dossier IA23001884 réalisé en 2010

Fiche

Parties constituantes non étudiéesgrange, étable, porcherie, atelier, fontaine, vanne
Dénominationsmoulin
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes du Pays Dunois - Dun-le-Palestel
HydrographiesBrézentine
AdresseCommune : Lafat
Lieu-dit : Moulin-Gayaud
Cadastre : 1826 C 101, 103, 104  ; 2008 C 253, 254

Le moulin Gayaud figurait déjà sur le plan général du marquisat de Saint-Germain Beaupré dressé en 1787. Un linteau en bois, aujourd'hui disparu, portait la date du 23.11.1763, semblant indiquer que le moulin daterait de cette époque. A cette époque, le moulin fonctionnait avec l'énergie de la Brézentine. Mais dans les années 1890, le manque d'eau a obligé le meunier à installer une machine à vapeur au moulin. Entre la fin du 19e siècle et le milieu du 20e siècle, le moulin a été touché par un incendie. Dans la deuxième moitié du 20e siècle, le moulin a été restauré, les linteaux en bois ont été remplacés par des linteaux en béton et le toit a été refait. L'atelier, situé au sud-est du moulin, et l'étable ne figurent pas sur le cadastre de 1826, indiquant une construction dans un deuxième temps. Dans les actes notariés, le moulin Gayaud est cité comme le moulin de la Guierche.

Période(s)Principale : 3e quart 18e siècle , porte la date
Secondaire : 2e moitié 19e siècle , daté par source
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates1763, porte la date

Le Moulin Gayaud est composé de deux bâtiments : un logis et un bâtiment abritant le moulin. Le logis est un bâtiment de plan rectangulaire à un seul niveau couvert d´un toit à longs pans en tuile plate sur le pan sud-ouest et en tuile mécanique sur le pan nord-est. Il est surmonté d´une souche de cheminée cimentée. Le bâtiment présente un solin et des chaînages d´angle en pierre de taille en granite. La façade sud-ouest, partiellement enduite, compte trois ouvertures dont les encadrements sont en pierre de taille (granite). La façade nord-est, également enduite, ne compte que deux ouvertures. Seule la porte à imposte présente des encadrements en pierre de taille. Le moulin est un bâtiment de plan rectangulaire s´élevant sur deux niveaux plus un étage sous toit. Couvert d´un toit à longs pans en tuile mécanique, le bâtiment est marqué par des chaînages d´angle en pierre de taille (granite). La façade sud-ouest, partiellement enduite et surmontée d´une corniche en doucine en pierre, a été remaniée. A l´origine, la fenêtre du rez-de-chaussée était la porte d´entrée du moulin tandis que l´actuelle porte d´entrée était une fenêtre, comme en témoigne la partie inférieure des jambages de la porte, réalisée en ciment, qui contraste avec la partie supérieure des jambages et le linteau, réalisés en pierre de taille. La fenêtre, ancienne porte d´entrée du moulin, est surmontée d´un linteau saillant sculpté reposant sur deux petites consoles. Ce linteau est probablement un remploi du Château de la Guierche dont dépendait le moulin. L´étage présente également deux ouvertures dont les linteaux en bois ont été remplacés par des linteaux en béton lors de la restauration du moulin. Sur l´un de ces linteaux en bois figurait le date du 23.11.1763. La façade nord-est compte quatre fenêtres, deux à chaque niveau. Le pignon sud-est du moulin a été construit en moellon de granite sur les deux premiers niveaux, puis en pans de bois et hourdis de briques percés de deux oculi pour l´étage sous toit. Ce pignon, qui compte une unique fenêtre avec jambages en briques, conserve la trace de l´emplacement de l´ancienne roue du moulin. A l´intérieur du moulin, le dallage en pierre, les poutres en bois ainsi que deux meules en pierre ont été conservés. Sous les meules, l´emplacement de la roue, aujourd´hui disparue, est encore visible sur l´intérieur et l´extérieur du mur. Une étable, de plan rectangulaire, est accolée au pignon nord-ouest du logis. Construite en granite et partiellement enduite, elle est couverte d´un toit à longs pans en tuile plate sur le pan sud-ouest et en tuile mécanique sur le pan nord-est. Le toit est surmonté de tuiles de faîtage. L´étable présente sur sa façade sud-ouest trois portes en bois avec linteaux en bois, qui constituent les seules ouvertures du bâtiment. Sur la façade nord-est est accolé un petit bâtiment de plan carré couvert d´un toit à deux pans en tuile mécanique et dont la partie supérieure du pignon est totalement ouverte. La fonction de ce bâtiment n´est pas connue. Au nord-ouest du moulin, une grange-étable, couverte d´un toit à longs pans en tuile mécanique, présente deux portes de grange et deux portes d´étable avec linteaux en bois et jambages en pierre de taille. Le bâtiment, marqué par des chaînages d'angle en pierre de taille, présente également une ouverture au-dessus de la grange la plus à l´est. De l´autre côté du bief de dérivation, au sud-est du moulin, se situe un atelier. Celui-ci, relié à l´autre rive par une passerelle en béton, est un bâtiment de plan rectangulaire couvert d´un toit à longs pans en tuile mécanique. Construit en moellon de granite, il comporte deux portes et une large baie éclairant l´intérieur de l´atelier. Le pignon nord-ouest, dont la partie supérieure (sous toit) est constituée d´un essentage de planches de bois, présente une unique ouverture avec un large appui en pierre taillé qui accueillait autrefois la roue du moulin. La partie inférieure du pignon sud-est est constituée d´une large porte tandis que la partie supérieure, sous toit, est totalement ouverte. Un poulailler est accolé à la façade sud-ouest de l´atelier. Le bief de dérivation, maçonné, passe entre le moulin et l´atelier avant de rejoindre la Brézentine. Une vanne, située sous la passerelle passant au-dessus du bief, a été conservée. En face du moulin, au sud-ouest, subsiste une fontaine, encore utilisée aujourd´hui.

Mursgranite moellon enduit partiel
granite pierre de taille
brique
bois
béton parpaing de béton
Toittuile plate, tuile mécanique
Plansplan rectangulaire régulier
Étages1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
Énergiesroue hydraulique verticale
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • BOYRON, Claude. Histoire et petites histoires de Lafat, évolutions. Édition à compte d'auteur. Guéret : 2008. 236 p.

    p. 16 Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Département de la Creuse - Pacquot Eglantine
Pacquot Eglantine

Chargée de recherche, Conseil départemental de la Creuse, 2010


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.