Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin dit de Bouzante, actuellement maison

Dossier IA00046757 inclus dans Ecart, puis domaine des Escorcières, actuellement château des Escorcières réalisé en 1977

Fiche

AppellationsMoulin de Bouzantre
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesgrange
Dénominationsmoulin
Aire d'étude et cantonVallée de la Vienne - Lussac-les-Châteaux
HydrographiesGoberté (le)
AdresseCommune : Gouex
Lieu-dit : Bouzante
Cadastre : 1811 A 79-80 ; 2019 OA 44-45, 47

Le moulin de Bouzante est attesté dès 964 d'après le dictionnaire topographique du département de la Vienne de Louis Redet. Busanla est le nom donné au ruisseau qui passe à Bouzante, devenu par la suite ruisseau de Goberté, son nom actuel. En 1365, le cartulaire de l'abbaye de Nouaillé mentionne un "Molendinum de Bozantre". A partir du 17ème siècle, le moulin est attesté comme appartenant au fief des Escorcières, un hameau situé près du bourg de Gouex, pour lequel son seigneur rend hommage au prieur de Grand Chaume, et dont le terrier fait mention à plusieurs reprises. A la Révolution il est confisqué avec l'ensemble du domaine au titre des biens nationaux et adjugé à Anne Silvine Delauzon le 6 messidor an IV (24 juin 1796). Le domaine de l'Escorcière avec toutes ses dépendances est acheté ensuite par la famille Pierrugues en 1845, qui en restera propriétaire jusqu'à la fin des années 50.

Une campagne importante de travaux semble avoir lieu en 1879, date à laquelle le moulin est indiqué comme ayant été détruit et reconstruit dans les tables d'augmentations et diminutions du cadastre. En 1934, le moulin est exploité par Emile Naudon, meunier locataire, avec 1 journalier. Il tourne 250 jours par an et broie 780 quintaux de céréales chaque année. Il a cessé de fonctionner dans les années 50, au moment de la retraite de M. Naudon, pour devenir une maison d'habitation.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1879, daté par source

Le moulin est assis sur le cours d'un bief de dérivation du ruisseau Le Goberté, mesurant plus de 500 mètres de long. Ses façades sont orientées est-ouest et l'entrée se fait sur le pignon sud. Il est édifié en pierre calcaire recouverte d'un enduit à pierres vues. Les encadrements de baies et de portes sont en pierre de taille. Du fait de la forte déclivité du terrain (un peu plus de 3 m de dénivelé positif entre le bas du ruisseau et le chemin d'accès), le bâtiment présente un rez-de-chaussée surélevé sur l'arrière, ainsi qu'un étage de soubassement. Un étage de comble est ajouré par une lucarne-pignon recouverte de tuile plate, tandis que le reste du toit est protégé de tuiles creuses.

Le bâtiment se décompose en 3 ensembles :

- à l'avant, la maison d'habitation dont l'entrée se situe sur le pignon sud. La porte d'entrée est accostée de deux fenêtres et surmontée d'une marquise couverte de tuiles creuses. Une baie fenière donne accès au grenier. Trois fenêtres éclairent le mur est, une fenêtre et un oculus le mur ouest.

- au milieu, l'ancien moulin composé d'une salle accueillant encore une partie de la machinerie dans l'étage de soubassement. Les meules, aujourd'hui disparues, étaient installées au rez-de-chaussée surélevé, intégré depuis dans l'habitation. L'une d'elle est réutilisée en élément décoratif dans le jardin situé du côté ouest. La roue à augets a également disparu.

- à l'arrière, vers le nord, un ensemble de bâtiments servant aujourd'hui de dépendances et de toits à porcs. Sur ces bâtiments on peut voir encore une petite fenêtre chanfreinée et close de barreaux, vestige des bâtiments antérieurs à la reconstruction de 1879.

Les deux dépendances située l'une face à la façade est et l'autre au pignon sud sont en place au moins depuis 1811.

Murscalcaire moellon
Toittuile creuse, tuile plate
Plansplan rectangulaire régulier
Étagesrez-de-chaussée surélevé, étage de comble, étage de soubassement
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
Techniquesferronnerie
Représentationsraison sociale
Précision représentations

Plaque fixée sur le mur de la façade est "LA BIENFAISANTE".

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Gouex, plan parcellaire du cadastre napoléonien, section A. par MM. Vignaud et Guignard, 1811.

    1ère feuille Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 4970
  • Terrier du prieuré de Grand-Chaume, 1548-1730.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : Registre supplément 276
  • Minutes notariales de François Duchasténier, notaire à Poitiers, 1791.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 E 12/308
  • Registre de transcriptions hypothécaires, bureau de Montmorillon, volume n°90 (1845).

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 Q 5143
  • Minutes notariales de maître Chauveau à Poitiers, 1925.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 E (non coté)
  • Biens nationaux : actes de vente selon le régime de la loi du 28 ventôse an IV (an IV).

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 1 Q 54
Documents figurés
  • Carte générale de la France. [Charroux]. N°68. Feuille 104 / [établie sous la direction de César-François Cassini de Thury], 1770-1773.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
Bibliographie
  • RÉDET, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne [...], Paris : Imprimerie nationale, 1881. (Réédition Paris : J.-M. Williamson, 1989), 526 p.

    p. 61 Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : 914.463 RED
  • Société de recherche archéologique du pays Chauvinois. Inventaire des sites hydrauliques de l'ancien arrondissement de Montmorillon. Chauvigny, 1985.

    Région Nouvelle-Aquitaine, service de l'inventaire du patrimoine culturel, Poitiers : Non coté
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Renaud Madeleine - Favreau Myriam
Favreau Myriam

Archiviste de 1998 à 2018. Chercheuse à l'inventaire du patrimoine depuis 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.