Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à papier de l'Abbaye, usine à papier puis de cartonnage, actuellement papeterie de La Couronne

Dossier IA00066253 réalisé en 1988

Fiche

Précision dénominationusine de cartonnage
Appellationsdit moulin de l'Abbaye, actuellement Papeterie de la Couronne
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, entrepôt industriel, magasin industriel, bureau, chaufferie, cheminée d'usine, logement patronal, garderie d'enfants, passage couvert
Dénominationsmoulin à papier, usine à papier, usine d'emballage et conditionnement
Aire d'étude et cantonCharente - Couronne (La)
Hydrographiesla Boëme
AdresseCommune : La Couronne
Adresse : moulin de l'abbaye
Cadastre : 1837 G 449 ; 1964 BV 74 à 78, 87 à 89, 178, 179, 206, 258 à 262

Cette usine est construite en 1838 sur l'emplacement d'un ancien moulin à papier de 1646, dépendant de l'abbaye de La Couronne, et à côté du moulin à papier des Gaudins, construit en 1800. En 1877 (porte la date), Becoulet achète l'usine, fait construire l'horloge de la nouvelle entrée, le nouveau logement patronal et ajoute aux activités le cartonnage du papier. On y construit un bureau et la chaufferie en 1889 pour Procop, nouveau propriétaire. En 1906, la fabrication du papier s'arrête et le façonnage devient la spécialisation de l'usine. A partir de 1922, l'usine devient la S.A. des papeteries de La Couronne. On y construit la garderie d'enfants en 1932. Les nouveaux ateliers de fabrication et magasin datent de la seconde moitié du 20e siècle. Une machine à vapeur existe à la fin du 19e siècle. L'effectif en 1988 est de 1247 personnes. Il existe un fonds d'archives privées.

Période(s)Principale : 2e quart 17e siècle , (détruit)
Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle
Dates1646, porte la date, daté par travaux historiques
1800, daté par travaux historiques
1838, daté par travaux historiques
1877, porte la date
1889, daté par travaux historiques
1932, daté par travaux historiques

La chaufferie et l'ancien logement patronal sont en partie en moellon et pierre de taille, couvert de tuile creuse. Le passage couvert avec horloge et logement patronal est en pierre de taille, couverts de tuile creuse et ardoise. Le logement patronal, le bureau et la chaufferie sont en moellon enduit et couverture d'ardoise. L'atelier de fabrication en rez-de-chaussée, est en béton, avec shed couvert d'ardoise. Les magasins et entrepôts sont en béton et parpaing de béton, en rez-de-chaussée et à couverture de ciment amiante.

Murscalcaire moellon enduit
calcaire pierre de taille
béton parpaing de béton
Toittuile creuse, tuile mécanique, ardoise, ciment amiante en couverture
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
shed
croupe
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
énergie thermique produite sur place
énergie électrique achetée
Typologiesrectangulaire ; arc segmentaire
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Historique des papeteries de La Couronne. Anonyme, donné par la Société, vers 1980.

    Commencée en 1171, sous le règne de Louis VII, achevée en 1201, sous Philippe Auguste, l'Abbaye de LA COURONNE protégée par les Rois de FRANCE, appartenait à l'ordre des Bénédictins.

    Au commencement du XlVème siècle, elle est une des plus prospères d'Aquitaine, étendant ses possessions au delà de CAHORS, de PERIGUEUX, de SAINTES etc.

    Sur le territoire de LA COURONNE, les moines possèdent un moulin à grain qui est transformé, en 1638, en un moulin à papier, fournissant à la communauté le parchemin nécessaire à son usage.

    L'histoire les oublie jusqu'en 1793 qui voit l'Abbaye entièrement détruite, pillée et rasée et la communauté dissoute.

    Au siècle suivant, les manufactures fleurissent au bord des cours d'eau des alentours d'ANGOULEME et c'est ainsi que Monsieur BECOULET installe sur l'emplacement du moulin une fabrique de papier. En 1877, il crée un nouvel atelier permettant de transformer le papier produit.

    A la fin du siècle, l'affaire passe entre les mains de la Société PROCOP & Cie qui abandonne alors la fabrication pour se consacrer uniquement à la transformation.

    En 1922, suivant un observateur de l'époque, on retrouvait, attenant aux ateliers, les vestiges d'un ancien cloître surmonté d'une tourelle.

    C'est dans cette même année que la famille MOUILLEFARINE, intéressée par cette affaire, qui était en vente, crée une Société Anonyme, dite PAPETERIES DE LA COURONNE.

    JACQUES MOUILLEFARINE, qui dirige la société, n'hésite pas à moderniser les moyens de production des PAPETERIES, ceci pour mieux répondre à l'accroissement de la demande. C'est ainsi, que la société qui comptait environ une cinquantaine de personnes à la fin de la seconde guerre mondiale, parvient à un effectif de plus de 800 personnes en 1972, sur des machines à façonner modernes et rapides.

    Par commodité, de nouveaux locaux doivent être construits, notamment parmi les ateliers de fabrication où des machines à gros rendement font leur apparition. Quoique devenue l'une des principales unités de production de papiers manufacturés en FRANCE, Jacques MOUILLEFARINE pour une raison d'âge et de succession cède en 1979 les PAPETERIES à un groupe ANGLAIS " D.R.G ", DICKINSON & ROBINSON GROUP.

    Spécialisée dans la fabrication, la transformation, et l'impression du papier, cette " multinationale " dont le siège social est dans le COMMONWEALTH, plus exactement à APSLEY, nomme en 1981 Mr OPHELE en tant que Président Directeur Général et occupe, grâce aux PAPETERIES DE LA COURONNE, le premier rang européen au niveau de la fabrication d'enveloppes.

    Néanmoins, il ne faut pas oublier que l'Abbaye de LA COURONNE, qui fut si puissante au Moyen-Age, continue de vivre dans les temps modernes par la diffusion d'articles de papeteries à travers toute la FRANCE, et du fait que chez les habitants de LA COURONNE, si la véritable raison sociale de la société reste pratiquement inconnue, elle demeure cependant dans l'esprit de chacun " L'ABBAYE ".

Références documentaires

Documents d'archives
  • An II : papeteries.

    Archives nationales, Paris : F 12 1482
  • Documents.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 1 C 6
  • Usine à papier de Larochandry à Mouthiers.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : S 50
  • Usines de Lacourade, de Colas, de l'Abbaye, de Tudeboeuf, de Barillon à la Couronne.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : S 51
  • A. D. Haute-Vienne, C 19. 18e siècle : papeteries.

Bibliographie
  • André, Louis. " La papeterie charentaise au 19e siècle ". Fumées du Nil, n° 1. Angoulême, 1989.

    p. 11-54
  • Boissonnade, P. L'industrie du papier en Charente et son histoire. Ligugé, 1899.

  • Deme, G. L'industrie du papier à Angoulême et les industries qui s'y rattachent. Bordeaux, 1936.

  • Lacroix, Auguste. Histoire de la papeterie d'Angoulême suivie d'observations sur le commerce des chiffons en France. Paris, 1863.

  • Munier, Etienne. Essai d'une méthode générale propre à étendre les connaissances des voyageurs ou recueil d'observations. Paris, 1779.

  • Rancogne, Badinet de. " Recherches sur l'origine des moulins à papier de l'Angoumois ". Bull. Soc. Archéol. et hist. Charente, 1878-1879.

  • Tiffon, Maurice. L'industrie du papier à Angoulême. Angoulême, 1909.

  • Touzaud. L'organisation sociale des papeteries d'Angoulême. Angoulême, 1884.

  • Van Riesen, Wulf. " Les débuts de la papeterie charentaise ". Bull. et Mém. Soc. Archéol. et Hist. Charente, 1985.

    p. 167-205
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Van Riesen Wulf