Dossier IA86000084 | Réalisé par
Dujardin Véronique (Rédacteur)
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Moulin à papier, brasserie et malterie de Montmorillon, minoterie
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vienne - Montmorillon
  • Hydrographies la Gartempe
  • Commune Saulgé
  • Lieu-dit les Mats
  • Cadastre 1840 B2 620, 622  ; 1981 B2 1183-1188, 1219-1222, 1238, 1424, 1425  ; 2015 AH 2-21 ; 89-91
  • Dénominations
    moulin à papier, brasserie, malterie, minoterie
  • Appellations
    dite brasserie de Montmorillon
  • Destinations
    centrale hydroélectrique
  • Parties constituantes non étudiées
    atelier de fabrication, cheminée d'usine, bâtiment d'eau, logement patronal, bureau, conciergerie, barrage

Deux moulins à papier sont construits au 17e siècle.

En 1778, le moulin de M. de Meignié fabrique un papier de qualité supérieure. Ce moulin est composé de sept piles à quatre maillets.

Ces moulins sont figurés sur le cadastre de 1840 sous le nom de moulin des Mats, avec mention de sa fonction de papèterie, que l'on retrouve aussi sur les terres environnantes (vignes et bois de la Papèterie). Le " Moulinet des Mats " est racheté en 1840 par M. Jean-Baptiste du Vigier, comte de Mirabal. Les moulins sont transformés en brasserie et en minoterie en 1843 pour ses fils ; une malterie est édifiée en 1855 (porte la date).

La brasserie, déficitaire, cesse son activité en 1856 et est vendue par saisie judiciaire à Jules Butaud en 1858 alors que le moulin est acheté par M. Blanchet, qui le lui rétrocède quelques années plus tard. Les deux établissements sont exploités par Amédée Butaud, frère de Jules Butaud, rejoint en 1870 par le fils de ce dernier, Étienne, formé dans des brasseries allemandes.

Le 1er novembre 1879, l'affaire est reprise par Étienne Butaud, Maurice Pillot, gendre de Jules Butaud, et deux amis, Eugène et Gustave Renaud. En 1889, l'entreprise est reprise à son nom propre par Maurice Pillot sous la raison sociale Pillot, Richard et Cie. Se grands travaux sont entrepris, comme l'installation de turbines hydrauliques, celle de machines à glace et la construction de caves pour la fermentation basse, nouvelle technique de fabrication. La société est dissoute en février 1897.

La direction de l'entreprise passe en 1899 au gendre de Maurice Pillot, Henri Baugier, aidé à partir de 1906 et 1908 par ses deux beaux-frères, Maurice Sotias et Georges Pillot, puis en 1922 par son fils, Jacques Baugier.

Les bureaux sont édifiés en 1929 (date portée), alors que cesse l'activité de la minoterie. En 1931, la production annuelle est de 30 000 hl de bières vendues dans un rayon de 200 km, à quoi s'ajoutent des eaux gazeuses, limonades et sodas. L'eau utilisée provient d'une source voisine, les orges sont récoltés en France, tandis que les houblons sont importés de Tchécoslovaquie. La tonnellerie est réalisée sur place. La malterie ferme en 1936 entraînant une diminution du personnel. Un atelier d'embouteillage est construit vers 1938. Depuis la cessation d'activité en 1963, les bâtiments sont pour certains désaffectés, d'autres transformés en logements, d'autres encore abritent une activité industrielle. En 1889 : machine frigorifique Raoul Pictet ; une roue hydraulique au rez-de-chaussée de la malterie ; en 1895 : six chaudières (quatre pour la fabrication, deux pour l'eau chaude) ; machine fixe de 25 cv remplacée en 1901 par une machine de 100 cv. En 1931, environ 50 ouvriers.

En 1979, le propriétaire est prié de s'expliquer sur l'installation, au cours de l'été, d'un exhaussement amovible sur le barrage sans en avoir obtenu l'autorisation administrative. Il se défend en émettant le souhait d'installer une nouvelle turbine et demande, sans fournir de dossier d'installation réglementaire, la possibilité de réhausser le barrage en période d'étiage.

  • Période(s)
    • Principale : 17e siècle
    • Principale : 2e quart 19e siècle
    • Principale : 3e quart 19e siècle
    • Principale : 4e quart 19e siècle
    • Principale : 2e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1855, daté par travaux historiques
    • 1889, daté par source
    • 1929, porte la date
  • Auteur(s)

Bâtiment de la malterie, à 1 étage de soubassement et 3 étages carrés, couverte d'un toit à longs pans en tuile creuse ; conciergerie en rez-de-chaussée et étage de comble couverte d'un toit à longs pans brisés à croupes en ardoise ; hangar de goudronnage des tonneaux en moellon pour les pignons et charpente métallique (fermes à treillis à membrure inférieure courbe), couvert d'un toit à longs pans en tôle ondulée ; bâtiment des turbines en rez-de-chaussée surélevé couvert d'un toit à longs pans en ardoise ; ancienne minoterie à 2 étages carrés couverte d'un toit à longs pans à croupe en ardoise ; bâtiment moderne de turbine en parpaing de béton couvert d'un toit en appentis en ciment amiante ; atelier frigorifique à 2 étages carrés couverte d'un toit à longs pans, à lanterneau, en ciment amiante ; atelier d'embouteillage de 1938 en béton armé. Deux cheminées en brique sont encore visibles dans le site : l'une, datant de 1855 et arasée en 1995, est de forme carrée, l'autre, édifiée en 1900, est circulaire.

  • Murs
    • moellon enduit
    • béton armé enduit
    • parpaing de béton enduit
  • Toits
    ardoise, tuile creuse, béton en couverture, tôle ondulée, ciment amiante en couverture
  • Étages
    étage de soubassement, 3 étages carrés
  • Couvrements
    • charpente en bois apparente
    • charpente métallique apparente
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon couvert
    • toit à longs pans brisés
    • appentis
    • toit à longs pans croupe
    • toit à longs pans lanterneau
  • Énergies
    • énergie hydraulique produite sur place turbine hydraulique
    • énergie thermique produite sur place
    • énergie électrique achetée
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • chronogramme
  • Statut de la propriété
    propriété privée