Dossier IA79001011 | Réalisé par
Moisdon-Pouvreau Pascale
Moisdon-Pouvreau Pascale

Chercheur Service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Moulin de Comporté, moulin à farine puis minoterie, puis chamoiserie
Auteur
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Deux-Sèvres - Niort
  • Hydrographies la Sèvre Niortaise
  • Commune Niort
  • Lieu-dit Comporté
  • Adresse chemin du Moulin de Comporté
  • Cadastre 1809 F 443  ; 1846 C 1381  ; 1846 D 32, 33, 34  ; 2000 BC 228, 231, 257  ; 2016 BC 352, 360, 442
  • Dénominations
    moulin à farine, minoterie, chamoiserie
  • Appellations
    moulin de Comporté
  • Parties constituantes non étudiées
    atelier de fabrication, logement patronal, magasin industriel, entrepôt industriel, bâtiment d'eau, bief

Le moulin à eau de Comporté était utilisé à la fois pour moudre le blé et fouler les peaux. Il est mentionné pour la première fois en 1475 et 1481. Jehan Gentillot, moulinier, le tient alors à rente de l'abbaye de Saint-Liguaire, avec droit de pêche et de navigation sur la Sèvre par autorisation du prieur de Notre-Dame de Niort. Le moulin est de nouveau cité en 1502 et 1537. En 1730, propriété de Louis Crenelier et Thomas Champanois, marchands, il comprend quatre roues à blé (deux moulins dits blancs et deux dits bruns), un moulin à chamois et un moulin à draps. En 1742, il est détenu par Thérèse Savarit, épouse de Philippe Biraud, sieur de la Ferté, Marie-Thérèse Biraud sa fille, Jean Delavault, marchand, et Jacques Chantecaille, marchand. En 1779 enfin, le moulin appartient à Louis Jourdain, chevalier, seigneur de la Roche, de Crissé et autres lieux, et est affermé à François Morisset, meunier.

Le moulin figure sur les plans cadastraux de 1809 et 1846. A cette dernière date, il appartient à Jules Bouchet de Martigny, de Niort qui le fait reconstruire en 1852, selon le cadastre. Le corps de bâtiment central, moulin à trois étages et un surcroît, remonte probablement à cette période. En 1854 y sont mentionnés un moulin à farine monté selon le système à l'anglaise et une huilerie. Le propriétaire du moulin, M. Bouchet de Martigny, le loue alors à Pingenaud : le bâtiment est estimé à 15000 F, le matériel à 10000 F et la chute d'eau à 12000 F. L'huilerie fonctionne à l'aide d'une roue hydraulique et d'une machine à vapeur.

En 1871, Comporté ne forme plus qu'un établissement à moudre le blé. Son fermier est M. Girard et sa valeur vénale est évaluée à 137000F. Deux roues à aubes mettent en mouvement sept paires de meules. Une machine à vapeur d'une puissance de 20 chevaux fonctionne durant la période d'étiage.

Pierre Bouchet de Martigny, également en possession du moulin de Bouzon, reste le propriétaire de Comporté jusque dans les années 1880, lorsque les deux établissements passent aux mains de Victor-Emmanuel Noiret. Un corps de bâtiment est bâti au nord-est de l'huilerie dans les années 1880. Il semble que le moulin soit transformé en minoterie vers 1885, avec notamment la construction d'un immense silo à l'ouest du site, mais assez vite cette activité cesse au profit de celle de chamoiserie. L'usine est louée à la société "les fils de Th. Boinot" (chamoiseries Boinot, sur le port de Niort) jusque dans les années 1950. En 1906, la chamoiserie Boinot déclare un moteur à gaz pauvre de 6 ch., un moteur à vapeur de 45 ch. et une puissance hydraulique de 36 ch. Une turbine hydraulique subsiste de nos jours dans l'établissement.

L'ancienne usine, désaffectée, est achetée par la Ville de Niort dans les années 1980, puis revendue partiellement à un particulier vers 2015.

  • Période(s)
    • Principale : milieu 19e siècle
    • Principale : 4e quart 19e siècle

Tous les bâtiments sont en moellon enduit. La minoterie (milieu du 19e siècle) est dotée de trois étages carrés et d'un comble à surcroît avec un toit à longs pans en tuile creuse. L'affectation du corps de bâtiment des années 1880 (réaménagé en transformateur) est inconnue ; son architecture est soignée avec notamment quatre larges baies en plein cintre fermées par un châssis fixe à petit-fer et tympan en éventail. Son toit à croupes en ardoise souligne et reprend le plan très légèrement en U. Le silo possède cinq étages de soubassement et un étage carré avec toit à longs pans en ardoise. Le logement à un étage carré et comble à surcroît est couvert d'un toit en tuile creuse en appentis ; une passerelle installée au niveau du comble permettait l'accès au 3e étage de soubassement du silo, situé en face. L'ancienne huilerie, à deux étages carrés, est couverte d'un toit en tuile mécanique.

  • Murs
    • calcaire moellon
    • calcaire pierre de taille
  • Toits
    tuile creuse, ardoise, tuile mécanique
  • Étages
    5 étages de soubassement, 3 étages carrés, comble à surcroît
  • Couvrements
    • charpente en bois apparente
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon couvert
    • appentis
  • Énergies
    • énergie hydraulique produite sur place turbine hydraulique
  • État de conservation
    établissement industriel désaffecté, menacé
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Protections
    édifice non protégé MH

Industrie du cuir

Documents d'archives

  • 1723-1782 : procès-verbaux de visites de moulins à eau à Niort.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 5 B 51
  • 1722-1788 : procès-verbaux de visites de moulins à eau à Niort.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 5 B 63
  • 1852-1871 : contribution des patentes ; carnets des établissements industriels : contrôle de Niort.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 2 P 83
  • AD Deux-Sèvres, 3 P 30. Matrices cadastrales de Niort, 1882-1910.

  • AD Deux-Sèvres, Sc 8780. 1860-1876 : règlements d'eau de la Sèvre niortaise au moulin de Comporté.

  • 1854-1871 : construction de l'écluse de Comporté et amélioration de la Sèvre Niortaise entre le port de Niort et le lieu-dit Saint-Martin.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 3 S 368
    Lettre au préfet du 12 janvier 1855 retraçant l'histoire du moulin de Comporté.

Bibliographie

  • DESAIVRE, Léo. Les moulins à blé et à draps du Domaine à Niort. Bulletins de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 1912.

    p. 112, 127
  • MARTIN, Jean-Clément. Aspects de l'industrialisation à Niort au milieu du XIXe siècle. Bull. Soc. Hist. Sci. Deux-Sèvres, 1978.

    p. 394, 424

Documents figurés

  • Extrait du plan cadastral de Niort de 1809, section F, n° 443, 445.

  • Extrait du plan cadastral de Niort de1845, section C5 : la chaussée du moulin.

  • Extrait du plan cadastral de Niort de 1845, section D1.

  • Plan général de la retenue de Comporté et façade amont du moulin, le 4 août 1860, par J. Savin, ingénieur ordinaire. AD Deux-Sèvres, S 8780.

  • En-tête de facture Pingenot et Moreau datée de 1852. AD Deux-Sèvres, 80 J 2.

Date d'enquête 2000 ; Dernière mise à jour en 2016
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Moisdon-Pouvreau Pascale
Moisdon-Pouvreau Pascale

Chercheur Service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.