Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à eau de La Vieille Boutonne, puis Maison

Dossier IA17002226 réalisé en 1998

Fiche

Précision dénominationmoulin à eau
Appellationsle moulin de La Vieille Boutonne
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesdépendance, cour, mur de clôture, portail
Dénominationsmoulin
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Matha
Hydrographiesla Boutonne
AdresseCommune : Coivert
Lieu-dit : la Vieille Boutonne
Adresse : 1 chemin de la
Vieille Boutonne
Cadastre : 2016 B 903, 904, 1155 ; 1839 B1 29 à 31

Le plan cadastral napoléonien de 1839 mentionne des bâtiments à l’emplacement de cet ancien moulin à eau, qui à l’origine était doté de deux roues. Ce plan ancien montre que la rivière se divisait en deux cours juste avant l’entrée du moulin. Aujourd’hui il ne reste plus qu’un seul bras, la date de comblement du deuxième reste inconnue.

Le moulin a probablement été construit dans le 4e quart du 18e siècle, en 1770. En effet, le linteau de la porte du bâti à l’extrémité droite du corps principal porte l’inscription : « 1770, le bateau est venu abordé ici. Fait par moi Charles Renou, le 21 de No bre (pour novembre) ». Cette inscription laisse penser que le moulin avait une grande activité économique aux 18e et 19e siècles. De plus, le plan cadastral napoléonien de 1839 montre que le site avait une certaine importance. Outre le corps principal toujours existant, le moulin possédait de nombreuses dépendances qui s’étendaient du mur de clôture jusqu’à la rivière. Ces dernières ont été en grande partie détruites vraisemblablement au cours du 20e siècle, de même qu'un bâtiment initialement adossé au corps principal.

Période(s)Principale : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 20e siècle
Dates1770, porte la date

Cet ancien moulin à eau comprend un corps principal abritant deux logements et une partie qui abrite le mécanisme. Le premier logement, à l’extrémité gauche, présente des baies disposées sans travée, des encadrements d’ouvertures harpés irrégulièrement et un linteau de porte gravé d’inscriptions et sculpté de deux rosaces et de motifs géométriques.

Le deuxième logement, accolé au précédent, dispose de trois travées avec une porte au centre, d’encadrements d’ouvertures harpés irrégulièrement et d’une corniche moulurée. La construction accolée à gauche devait certainement accueillir les meules et les mécanismes de production de la farine. Encore à gauche, sous un hangar à une pile maçonnée carrée, se trouve un empellement, ainsi que l’emplacement des anciennes roues avec les engrenages encore présents.

En face du corps principal se situent des dépendances percées de larges ouvertures à linteaux en bois, et, au centre de la façade, on remarque un petit pigeonnier de façade. L’ensemble est établi dans un parc clos par des murs en moellon et par un portail couvert à portes charretière et piétonne en anse de panier. Sur cette dernière on distingue une sculpture présentant une rosace.

Murscalcaire moellon
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
État de conservationbon état
Techniquessculpture
Représentationsornement géométrique, rosace
Précision représentations

Linteau de porte du premier logement sculpté de rosaces et de motifs géométriques. Linteau de la porte piétonne du portail sculpté d'une rosace.

Inscriptions : le bateav est venv aborde icy Fait par moi Charles Renov le 21 de No bre 1770 : sur un linteau de porte.

Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Rahmoun Amar - Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.