Dossier IA86000097 | Réalisé par
Dujardin Véronique (Rédacteur)
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Moulin à blé de Fosse-Blanche, puis minoterie, puis usine de matériel agricole
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Arrondissement de Montmorillon - Montmorillon
  • Hydrographies la Gartempe
  • Commune Montmorillon
  • Adresse avenue du Général-de-Gaulle
  • Cadastre 1840 G6 2056  ; 1961 AL 66  ; 2015 AL 276, 282, 283
  • Dénominations
    moulin à blé, minoterie, usine de matériel agricole, cidrerie
  • Appellations
    dit moulin de Fosse-Blanche
  • Parties constituantes non étudiées
    atelier de fabrication, logement patronal, magasin industriel

Un projet de " Moulin neuf dit de Fosse-Blanche " est déposé par les sieurs Duvivier, Gervais, Abenois et Bourdon et instruit par l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées Masson en 1834.

Un moulin à blé est reconstruit vers 1850 pour les frères Duvigier de Mirabal. Après la faillite de ces derniers, leurs biens sont vendus aux enchères en 1858, dont pour ce site un atelier d'ajustage de menuiserie, deux forges et la minoterie nouvellement construite, rachetés par Hippolyte Maréchaux.

Un plan de 1858 présente vers la rive une usine à blé appartenant aux sieurs du Vigier et associée à une roue située entre le moulin et la rive, et un ensemble de bâtiments situés vers l'ouest associés à une roue à l'est (ancien moulin remplacé par l'atelier d'ajustage, atelier d'ajustage aux sieurs du Vigier frères, l'atelier des forgerons). Au nord de l'atelier se trouve alors un four à chaux et une tuilerie.

Hippolyte Maréchaux construit en 1860 une usine de construction de machines agricoles (un manège locomobile et un laveur de racines sont présentés à l'exposition universelle de 1867) et sans doute le logement patronal.

Sur un plan lié à une modification des vannages daté de 1877, l'usine à blé est devenue une scierie, le plan masse de l'atelier d'ajustage a évolué.

L'usine est rachetée en 1897 par René Mahieu, qui fait construire un magasin industriel en 1899. En 1902, une scierie mécanique pour le bois de construction, mue par une machine à vapeur, s'installe dans un ancien hangar. Georges Tribot devient propriétaire de l'établissement en 1908. En 1911, un chemin de fer Decauville dessert l'usine. Le site est vendu en 1920 pour servir de dépôt à l'Alimentation du Poitou ; puis, en 1940, une cidrerie est édifiée sur l'emplacement des ateliers. En 1960, après l'achat du site par Fernand Lebon, les locaux sont désaffectés, et ne subsistent aujourd'hui que le moulin à blé, le logement patronal, la cidrerie et des magasins.

Le mécanisme du moulin à blé était mu par deux roues verticales vendues vers 1960.

En 1861 : 40 ouvriers.

Moulin à blé en moellon dans sa partie basse et en pans de bois et brique dans sa partie haute, à 1 étage carré, couvert d'un toit à longs pans en tuile creuse ; cidrerie en pan de métal et parpaing de béton couverte d'un toit à longs pans en tuile mécanique ; logement patronal à 2 étages carrés couvert d'un toit à longs pans à croupes en ardoise ; magasin à 1 étage carré couvert d'un toit à longs pans en tuile creuse.

  • Murs
    • moellon enduit
    • pan de métal
    • parpaing de béton enduit
  • Toits
    tuile creuse, ardoise, tuile mécanique
  • Étages
    2 étages carrés
  • Couvrements
    • charpente en bois apparente
    • charpente métallique apparente
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe
    • toit à longs pans pignon couvert
  • Énergies
    • énergie hydraulique produite sur place
  • État de conservation
    établissement industriel désaffecté
  • Statut de la propriété
    propriété privée