Logo ={0} - Retour à l'accueil

Monument aux morts

Dossier IA17039366 réalisé en 2008
Dénominationsmonument aux morts
Aire d'étude et cantonRégion Poitou-Charentes - Gémozac
AdresseCommune : Saint-André-de-Lidon
Adresse : place du
Souvenir
Cadastre : 2014 B Non cadastré [sur la place au sud de l'église].

Le projet de monument aux morts a été proposé le 4 mars 1920, accepté par délibération du conseil municipal le 6 juin 1920 et autorisé par un décret en date du 4 juin 1922.

Le monument a été livré par les Marbreries générales, représentées par Urbain Gourdon, le 22 janvier 1922, conformément au devis de 4270 francs, payé en trois fois : un tiers lors de la commande, un second tiers en cours d’exécution, et le dernier tiers à la livraison. Le monument est construit en pierre silicatée avec des panneaux de marbre.

Le prix total du monument est de 6620 francs, comprenant les 4270 francs du monument, 600 francs d'inscription, 550 francs de pose (le nom de l'entrepreneur n'a pas été retrouvé) et 1200 francs d'entourage. Le tout est couvert par 4600 francs de souscriptions publiques, 1100 francs de budget voté et 1000 francs de subvention accordée par l’État.

La liste des soldats morts pour la France comprend 39 noms (suivis pour chacun du prénom, de la date du décès et du grade)

Le monument est alors érigé sur la place du marché, près des halles : " l'axe du monument [sera] placé à 8m20 du milieu de la porte d'entrée du marché, la face principale du monument regardant la route de Saintes à Saint-Seurin-d'Uzet avec inclinaison d'environ 20 cm du côté de la rue de l'église ". Cet emplacement est contesté par le Dr Marquet (Marquié dans d'autres documents), président du comité d'érection, dans un courrier daté du 6 mai 1920 : " malgré tout ce que j'ai pu faire, le conseil municipal a choisi pour ce monument la très petite place du marché. Vous devez comprendre qu'étant donnée la grandeur de ce monument (4 m 70), la place va disparaître et le monument sera écrasé par les maisons et les halles, manquant absolument d'air. Pourrait-on prier M. le Préfet de le faire remarquer au conseil et de lui demander un autre emplacement. [...] On peut toujours essayer pour empêcher de faire une sottise. " Le Dr Marquié démissionne de sa fonction en avril 1922.

Le 28 décembre 1921, le conseil municipal délibère pour obtenir la livraison du monument par les Marbreries générales représentées par Urbain Gourdon et propose de mener ce dernier au tribunal des commerces de Saintes pour obtenir livraison avec des dommages-intérêts.

Le monument a été inauguré (et béni avant la cérémonie, ce qui a posé quelques soucis liés à la loi sur la laïcité) le 4 juin 1922.

Il est déménagé à son emplacement actuel, près de l’église, en 1961 (décision de 1960).

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1922, daté par source
Auteur(s)Auteur : Marbreries générales, Georges et Urbain Gourdon directeurs
Marbreries générales, Georges et Urbain Gourdon directeurs

Marbreries générales, fournisseur de chapelles, monuments funéraires, monuments aux morts, 33 rue Poussin à Paris, Georges et Urbain Gourdon directeur. Ateliers de sculpture mécanique à Carrare, exploitation de 14 carrières de granite en Bretagne, Normandie, Anjou, Vosges etc., usines électriques et à vapeur à Combourg, Bécon et Logonna.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier attribution par source

Pour son monument aux morts, la commune de Saint-André-de-Lidon a choisi d'installer une allégorie de la République (Patrie) sur un haut socle qui porte la dédicace et un bas-relief de feuillage.

Celle-ci est debout, coiffée d'un casque de Poilu. Elle tient une couronne de laurier de la main droite et l'étendard de la main gauche. Sa boucle de ceinture est ornée d'un relief figurant un oiseau.

Il s'agit d'un modèle de série, portant le n° 1925 (2151) du catalogue des Marbreries générales à Paris, entreprise dirigée par Georges Gourdon et tarifée 13 200 francs en pierre, modèle choisi ici, et 19 000 francs en bronze. Les communes de Chives, Saint-André-de-Lidon (Charente-Maritime) et Latillé (Vienne) ont porté leur choix sur ce même modèle, qui était également celui du monument détruit de Rochefort.

Le socle porte la dédicace " à la / mémoire glorieuse/ des enfants de / St-André-de-Lidon / morts pour la France / 1914 - 1918 ".

Murspierre
Techniquessculpture
Représentationsfigure allégorique profane, femme, drapeau, casque, couronne végétale, laurier
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1920-1922 : monument commémoratif de la guerre 1914-1918, de la commune de Saint-André-de-Lidon.

    1920, 4 mars : extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Présentation du projet, mit en place des demandes de souscriptions.

    1920, 2 avril : extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Commande du modèle du monument pour la somme de 4570 francs, grâce au montant de la subvention, qui s'élève à 4348 francs.

    1920, 24 avril : marché de gré à gré entre la commune de Saint-André-de-Lidon et Urbain Gourdon, directeur des Marbreries générales.

    1920, 24 avril : devis descriptif de Urbain Gourdon, directeur des Marbreries générales.

    1920, 6 mai : lettre de la préfecture de la Charente-Inférieure. Demande possibilité de changer l'emplacement du monument.

    1920, 6 juin : extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Développement du devis et des ressources.

    1921, 14 février : arrêté de la préfecture autorisant l’érection du monument aux morts.

    1921, 28 décembre : extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Mésentente entre l’entrepreneur Urbain Gourdon et la commune sur la livraison du monument. Proposition du conseil de mener ce dernier au tribunal des commerces de Saintes pour obtenir livraison avec des dommages-intérêts.

    1922, 22 janvier : extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Examen de l'emplacement du monument.

    1922, 10 mars : attestation du maire concernant l’achèvement des travaux de construction du monument aux morts.

    1922, 9 avril : extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Délibération du le déroulement de l’inauguration qui a lieu le 4 juin 1922.

    Liste des souscriptions, pour une somme totale de 4600 francs.

    Liste des noms des soldats morts pour la France.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 1721
Documents figurés
  • " Élévation de face et de profil du monument à ériger place du marché, modèle n° 1925 ". Urbain Gourdon, sculpteur. Échelle 0,10 par mètre. 24 avril 1920.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 o 1721
Bibliographie
  • Anonyme. L’indépendant de la Charente-Inférieure. 10 juin 1922. Inauguration du monument aux morts de Saint-André-de-Lidon.

  • Pon-Willemsen, Charlotte. Les allégories de la République sur les monuments aux morts en Poitou-Charentes. Parcours du Patrimoine, n° 342. Geste éditions, 2008.

    p. 16, 37
  • Talazac, Gérard. Histoire des poilus lidonnais morts pour la France. Plaquette. 8 pages. S. d.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Pon Charlotte - Jessin Juliette