Logo ={0} - Retour à l'accueil

Monument aux morts

Dossier IA79004384 réalisé en 2008
Dénominationsmonument aux morts
Aire d'étude et cantonRégion Poitou-Charentes - Frontenay-Rohan-Rohan
AdresseCommune : Le Vanneau-Irleau
Lieu-dit : Adresse : rue de la
Mairie
Cadastre : 2014 AO Non cadastré

Le conseil municipal décide de l'érection du monument aux morts de la guerre 1914-1918 en avril 1920. Le projet est autorisé par décret en date du 24 novembre de la même année.

Le devis s'élève à 8600 francs, couvert par 3000 francs de souscriptions, et 5600 francs prélevés sur le crédit du budget communal, inscrit au budget additionnel de 1920. Une subvention est néanmoins demandée le 27 septembre 1920, calculée en deux temps. Une première subvention est basée sur le nombre de morts (34) proportionnellement au nombre d'habitants (1032), par rapport au montant inscrit au budget communal pour l’exécution d'un monument, égale à 5600 francs pour cette commune, ce qui fait une somme de 392 francs. La seconde subvention est calculée d’après la valeur du centime par rapport à la population (1032 habitants) et au nombre de morts pour la France (34), soit la somme de 392 francs. Le total des subventions reviennent à 784 francs.

Les inscriptions apposées sur le monument sont décidées : « 1914-1918 / AUX ENFANTS DE LA COMMUNE DU VANNEAU MORTS POUR LE FRANCE » suivies des noms et prénoms des 34 morts gravés par ordre de décès.

L'emplacement est défini sur la place publique, face à la mairie.

Le monument a été inauguré le 11 septembre 1921.

Ce modèle de " France " était diffusé dans tout le pays par les Marbreries générales à Paris, dirigées par Georges et Urbain Gourdon. D´après le catalogue des Marbreries générales de 1924, ce modèle avait déjà été livré aux communes de Brossac (Charente), Lorignac et Andilly (Charente-Maritime). Les communes de Doeuil-sur-le-Mignon et Le Vanneau-Irleau (Deux-Sèvres) ont aussi choisi plus tard cette statue pour leur monument.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1921, daté par source
Auteur(s)Auteur : Marbreries générales, Georges et Urbain Gourdon directeurs
Marbreries générales, Georges et Urbain Gourdon directeurs

Marbreries générales, fournisseur de chapelles, monuments funéraires, monuments aux morts, 33 rue Poussin à Paris, Georges et Urbain Gourdon directeur. Ateliers de sculpture mécanique à Carrare, exploitation de 14 carrières de granite en Bretagne, Normandie, Anjou, Vosges etc., usines électriques et à vapeur à Combourg, Bécon et Logonna.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier attribution par source

Le monument se trouve sur une petite place sans nom située face à la mairie, près de l'église.

L'allégorie de la République est debout, pieds nus, coiffée d'un bonnet phrygien ceint d'une couronne végétale. Elle est vêtue d'une tunique drapée à la bordure ornée de métopes, ce qui souligne l'influence antique, et son sein est délicatement découvert. Elle tient une couronne de laurier dans la main droite et, de la main gauche, l'étendard qui s'enroule autour du corps dans un mouvement ample qu'on retrouve dans les plis de la robe. Un oiseau est figuré sur la boucle de sa ceinture.

Elle est posée sur un haut socle portant les plaques avec le nom des victimes des guerres.

Techniquessculpture
Représentationsfigure allégorique profane, femme, bonnet Phrygien, couronne végétale, laurier, rameau, chêne, drapeau, oiseau

Inscriptions : " Pro Patria " ; "Aux enfants de la commune du Vanneau morts pour la France ".

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1920-1921 : monument aux morts de la guerre 1914-1918 de la commune du Vanneau-Irleau.

    1920, 14 avril : lettre du maire du Vanneau au préfet des Deux-Sèvres, demandant les conditions nécessaires pour obtenir l'autorisation du projet.

    1920, 19 avril : minute de la lettre du préfet des Deux-Sèvres en réponse à la lettre du maire du Vanneau en date de 14 avril, l'informant qu'il doit envoyer un dossier complet, qui sera soumis au ministre de l’Intérieur en vue d'un décret.

    1920, 27 septembre : demande de subvention de l’État pour l'érection d'un monument aux morts pour la Patrie, à hauteur de 784 francs, calculés sur le nombre de combattants nés dans la commune et morts pour la France, soit 34 morts, et sur le montant inscrit au budget communal pour l’exécution d'un monument (5600 francs).

    1920, 12 septembre : extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune du Vanneau. Calcul de la subvention que la commune peut recueillir selon la loi des finances du 31 juillet 1920. Elle s’élève à 784 francs.

    1920, 6 novembre : minute de la lettre de la préfecture des Deux-Sèvres, au ministre de l’Intérieur demandant de provoquer le décret d'autorisation pour la construction du monument dont le devis s'élève à 8600 francs, couvert entièrement.

    1920, 14 décembre : minute de la lettre de la préfecture des Deux-Sèvres, au maire du Vanneau. Mention du décret en date du 24 novembre approuvant l'érection du monument aux soldats du Vanneau.

    1920, 22 décembre : lettre du maire du Vanneau au préfet des Deux-Sèvres, demandant une copie de la délibération approuvant la somme de 5600 francs versé au trésorier du comité chargé de l'érection du monument.

    1921, 5 août : lettre du maire de la commune du Vanneau au préfet des Deux-Sèvres, l'invitant à l’inauguration du monument aux morts de la guerre, le 11 septembre 1921.

    1921, 6 septembre : lettre du préfet des Deux-Sèvres, mentionnant son absence à l’inauguration du 11 septembre 1921. Il sera remplacé par le conseiller de la préfecture.

    1921, 11 septembre : lettre du curé du Vanneau au préfet, s’excusant de son absence à l’inauguration car sa demande d'invitation a été refusée par le maire du Vanneau, comme toutes les demandes qu'il a déjà faites auparavant sur l'union sacrée, refusé par le maire.

    Indication des ressources pour couvrir le devis de 8600 francs. 3000 francs issus d'une souscription publique ; et 5600 francs issus de la subvention de la commune inscrite au budget additionnel de 1920.

    Libellé des inscriptions apposées sur le monument : « 1914-1918 / AUX ENFANTS DE LA COMMUNE DU VANNEAU MORTS POUR LE FRANCE » suivit des noms et prénoms des 34 morts gravés par ordre de décès.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 2 O 2736
Bibliographie
  • Pon-Willemsen, Charlotte. Les allégories de la République sur les monuments aux morts en Poitou-Charentes. Parcours du Patrimoine, n° 342. Geste éditions, 2008.

    p. 28
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Pon Charlotte - Jessin Juliette