Logo ={0} - Retour à l'accueil

Monument aux morts

Dossier IA17039362 réalisé en 2008
Dénominationsmonument aux morts
Aire d'étude et cantonRégion Poitou-Charentes - Saint-Genis-de-Saintonge
AdresseCommune : Lorignac
Adresse : rue de
l'Eglise
Cadastre : 2014 AB 232

Le projet de monument commémoratif des morts a été décidé par une délibération du conseil municipal le 27 février 1920, puis autorisé par un décret ministériel en date du 11 octobre 1920.

Un traité de gré à gré est passé le 19 février 1920 avec Urbain Gourdon, directeur des Marbreries générales (Paris). Son devis s'élève à 19000 francs, dont 18000 francs pour le monument en lui-même, et 1000 francs pour l'entourage. Le tout est couvert par un emprunt de 15000 francs, fait auprès de particuliers, à rembourser progressivement par tirage au sort ; et 3989,60 francs issus d'une souscription publique. De nombreux litiges opposent la commune et l’entrepreneur, d'une part en raison de l’augmentation des prix de la matière première, qui coûte 4000 francs supplémentaires à la commune, mais également à cause du retard administratif. Les travaux ayant commencé avant que le décret soit annoncé, la commune ne disposait pas de la totalité des fonds. Lors de l'avancement des travaux, ce retard n'a pas permis à la commune d'obtenir toutes les subventions. La commune s'est retrouvée dans l'impossibilité de payer l'entrepreneur. Ce dernier a alors menacé d'augmenter le prix de 40 % [voir détail ci-dessous, documents d'archive].

Ce modèle de " France " était diffusé dans tout le pays par les Marbreries générales à Paris, dirigées par Georges et Urbain Gourdon. D´après le catalogue des Marbreries générales de 1924, ce modèle avait déjà été livré aux communes de Brossac (Charente), Lorignac et Andilly (Charente-Maritime). Les communes de Doeuil-sur-le-Mignon et Le Vanneau-Irleau (Deux-Sèvres) ont aussi choisi cette statue pour leur monument.

Le 28 juillet 1920, la commission départementale d'évaluation des monuments aux morts demande de " faire filer les moulures et les denticules sur la façade principale comme sur les autres faces (partie supérieure du socle) ".

Ce monument, situé sur la place de l'église, se compose d'un soubassement en granite de Bretagne, d'une statue en marbre blanc de Carrare et d'une couronne en bronze.

Un certificat d’achèvement a été émis le 12 août 1922.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1920, daté par source
1921, daté par source
Auteur(s)Auteur : Marbreries générales, Georges et Urbain Gourdon directeurs
Marbreries générales, Georges et Urbain Gourdon directeurs

Marbreries générales, fournisseur de chapelles, monuments funéraires, monuments aux morts, 33 rue Poussin à Paris, Georges et Urbain Gourdon directeur. Ateliers de sculpture mécanique à Carrare, exploitation de 14 carrières de granite en Bretagne, Normandie, Anjou, Vosges etc., usines électriques et à vapeur à Combourg, Bécon et Logonna.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier attribution par source

Le monument aux morts de Lorignac, entouré d'un enclos où sont dressés des obus, est composé d'un haut socle sur laquelle est posée une représentation féminine en marbre blanc de Carrare.

Cette allégorie de la France est debout, pieds nus, coiffée d'un bonnet phrygien ceint d'une couronne végétale. Elle est vêtue d'une tunique drapée à la bordure ornée de métopes, ce qui souligne l'influence antique, et son sein est délicatement découvert. Elle tient une couronne de laurier dans la main droite et, de la main gauche, l'étendard qui s'enroule autour du corps dans un mouvement ample qu'on retrouve dans les plis de la robe. Un oiseau est figuré sur la boucle de sa ceinture.

Sur le socle en granite de Bretagne, sont apposés la dédicace et la liste des victimes des conflits mondiaux, ainsi qu'une croix de guerre.

Mursgranite pierre de taille
marbre
Techniquessculpture
Représentationsfigure allégorique profane, femme, bonnet Phrygien, couronne végétale, laurier, oiseau, drapeau, croix de guerre

Inscriptions : " Patrie " / " A la / mémoire glorieuse des enfants de / Lorignac / morts pour la / France ".

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monument commémoratif aux morts de la guerre 1914-1918, de la commune de Lorignac.

    1920, 19 février : traité de gré à gré entre la commune de Lorignac et Urbain Gourdon, directeur des Marbreries générales.

    1920, 19 février : devis descriptif par les Marbreries générales.

    1920, 27 février : extrait du registre des délibérations du conseil municipal, acceptation du montant de la souscription, soit 3989 francs 60 centimes, et décision que tous les noms des soldats seront inscrits sur la façade du monument. Liste des 21 soldats avec nom, prénom, grade, régiment, date et lieu de décès.

    1920, 29 février : lettre du maire de Lorignac au préfet de la Rochelle, l'informant de la technique d'emprunt réalisé auprès de particulier, à rembourser progressivement au tirage au sort.

    1920, 6 mars : lettre du préfet au sous-préfet en retour de la lettre du maire de Lorignac. Il estime que l'emprunt de 15000 francs contracté est excessif par rapport à la taille de la commune, qui comprend 1000 habitants, sachant qu’aucun devis soumis à la préfecture ne dépasse normalement 7000 francs. Néanmoins, aucune opposition n'a été faite pour contrer cet emprunt.

    1920, 17 avril : état à produire à l'appui d'une demande d'emprunt. Certification que le passif de la commune s'élève à la somme de 1542 francs 55 centimes, et que le principal des quatre contributions directes en 1919 s'élève à 7801 francs 39. Descriptions des désignations des impositions.

    1920, 17 avril : relevé à produire à l'appui d'une demande d'emprunt. Développement des sommes de recettes, de dépenses et d’excédents pour les années de 1917, 1918 et 1919.

    1920, 24 avril : lettre des Marbreries générales informant qu'aucune augmentation du prix sera faite si les versements se font dans les 8 jours à venir, dans le cas contraire des sanctions seront prise et les travaux seront arrêtés.

    1920, 30 avril : liste des souscriptions, dont le total s'élève à 3989 francs 60 centimes.

    1920, 8 juin : note de la mairie de Jonzac comprenant la décision de faire ériger un monument, de contracter un emprunt de 15000 francs, et de solder la dépense avec la souscription de 3989 francs 60, et par un crédit de 1203 francs 64.

    1920, 17 juillet : télégramme du maire demandant le versement immédiat de 8000 francs sous peine d'une augmentation de 40 % du prix du devis.

    1920, 17 juillet : lettre du préfet au maire de Lorignac l'informant que le projet ne doit pas être exécuté avant qu'il soit approuvé sur la production d'un dossier. Les travaux ayant été exécuté avant les accords, le Préfet est dans l'incapacité d'approuver les finances si le projet n'a pas encore été approuvé par le ministre de l'Intérieur.

    1920, 17 juillet : extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Développement du problème imposé par Georges Gourdon, qui estime que le retard de paiement et l’augmentation des matériaux engagera la commune à payer 40 % en plus du prix du devis.

    1920, 20 juillet : réponse du maire à la lettre du préfet en date du 17 juillet, se trouvant outré du retard qu'ont prises les procédures administratives alors que toutes les dispositions ont été arrêtées. Il demande en somme de pouvoir au moins payer les 8000 francs qu'il doit à l'entrepreneur.

    1920, 20 juillet : lettre du sous-préfet au préfet, lui transmettant le dossier avec les plans suite à sa lettre.

    1920, 28 juillet : note de la commission chargée de l'examen technique des projets de monuments commémoratifs, faisant remarquer qu'il faut faire filer les moulures et les denticules sur la façade principale comme sur les autres faces.

    1920, 11 août : lettre du préfet au sous-préfet de Jonzac, transmettant le dossier avec l'avis de la commission, et invitant le maire à renvoyer ce dossier après avoir fait les modifications suivant les indications.

    1920, 26 août : lettre du maire de Lorignac au préfet, l'informant de toutes les complications qu'a entraîné le retard administratif.

    1920, 28 août : lettre du maire de Lorignac au préfet de la Rochelle lui transmettant le dossier en vue d'une approbation rapide pour éviter toute augmentation du devis qui serrait mal accueilli par la population de la commune.

    1920, 3 septembre : lettre du préfet répondant à la lettre du 26 août du sous-préfet de Jonzac l'informant du transfère du dossier sur le bureau du ministre de l'Intérieur, et lui demandant de lui envoyer le cahier des charges. Lettre au Ministre de l’intérieur lui transmettant le dossier complet en vue du décret d'approbation.

    1920, 16 septembre : cahier des charges pour réalisation d'un emprunt par voie de souscription publique.

    1920, 16 septembre : calcul des charges pour la réalisation d'un emprunt par voie de souscription publique. Emprunt de 15000 francs.

    1920, 19 septembre : lettre du maire au préfet l'informant que de nombreux retards ont enchaîné une demande d'augmentation du devis par Georges Gourdon. Le maire demande au préfet de traité directement avec ce dernier et de pouvoir faire accélérer les choses.

    1920, 23 septembre : lettre du préfet en réponse à la lettre du sous-préfet en date du 19 septembre : l'informant qu'il est dans l'incapacité de communiquer avec Georges Gourdon directement et de faire accélérer les actions auprès du ministre de l'Intérieur.

    1920, 28 septembre : lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, le pressant de prendre le décret d'autorisation de construction du monument aux morts, car le projet est urgent.

    1920, 28 septembre : bordereau des pièces transmises au préfet de la Charente- Inférieure comprenant le cahier des charges en vue de son approbation.

    1920, 11 octobre : décret ministériel autorisant la construction du monument aux morts.

    1920, 14 octobre : lettre de transmission du décret au préfet de la Charente-Inférieur.

    1920, 18 octobre : lettre du trésorier payeur général au préfet lui transmettant le cahier des charges relatif à la réalisation d'un emprunt par voie de souscription publique.

    1920, 18 octobre : lettre du préfet au ministre de l’Intérieur faisant accusé de réception du décret du 11 octobre 1920, approuvant le projet. Lettre au sous-préfet de Jonzac lui demandant une copie du décret pour le maire de Lorignac et de lui envoyer les devis et plan modifiés.

    1920 20 octobre : réponse du préfet au trésorier général, l'informant que rien ne s’oppose à l’exécution du cahier des charges.

    1920, 24 octobre : extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Présentation du dossier de monument aux morts et indique qu'aucune modification n'a été apportée sur le traité entre la commune et Georges Gourdon, en date du 19 février dernier.

    1920, 17 novembre : lettre du sous-préfet au préfet lui demandant de bien vouloir approuver l'emprunt pour que la commune remplisse son engagement envers l'entrepreneur.

    1920, 21 novembre : extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Présentation de la lettre de Gourdon, informant que la livraison du monument ne se fera pas avant janvier, il demande alors un second envoi de fonds. Le conseil accepte le versement de 1500 francs.

    1920, 1er décembre : lettre du préfet au sous-préfet de Jonzac, transmettant l’arrêté autorisant la commune à contracter un emprunt de 15000 francs, cahier des charges de l'emprunt et le traité avec Gourdon. Demande d'envoi des documents.

    1920, 4 décembre : lettre de M. Chassotte, conseiller d'arrondissement, au Préfet, lui demandant de bien vouloir faire obtenir au maire de Lorignac, l'emprunt que la commune sollicite depuis longtemps.

    1920, 29 décembre : bordereau des pièces transmises au préfet à la Rochelle, comprenant le traité d'emprunt de 15000 francs, transmis pour approbation.

    1920, 31 décembre : traité d'emprunt de la commune, dont le totale s'élève à 15000 francs.

    1920, 7 décembre : minute de la lettre du préfet à M. Chassotte, conseiller d'arrondissement du canton, l'informant avoir autorisé l'emprunt pour couvrir la dépense.

    1921, 7 avril : minute de la lettre du préfet au sous-préfet de Jonzac lui demandant de transmettre le dossier au maire de Lorignac comprenant l’arrêté autorisant le versement de 1000 francs et les imprimés pour la production du certificat.

    1921, 7 avril : arrêté autorisant le versement d'une subvention de 1000 francs par le département.

    1921, 7 août : extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Pour cause de l'augmentation des prix de la matière première, le devis de Georges Gourdon (Marbreries générales, Poitiers) passe de 19000 francs à 23000 francs. Le maire est autorisé à passer un nouveau traité.

    1921, 11 août : traité entre la commune de Lorignac et M. Gourdon acceptant le complément de 3000 francs.

    1921, 31 août : bordereau des pièces transmises au préfet comprenant le traité complémentaire transmis pour approbation.

    1921, 3 septembre : bordereau des pièces transmises au sous-préfet de Jonzac comprenant le traité avec Georges Gourdon, approuvé.

    1921, 11 octobre : lettre du maire de Lorignac au préfet de la Rochelle, informant d'une erreur qui s'est glissée dans le budget additionnel de 1921.

    1921, 15 octobre : lettre du sous-préfet de Jonzac au trésorier payeur général, l’informant des différents crédits à utiliser pour payer les devis.

    1921, 1er décembre : lettre du maire de Lorignac au préfet, lui demandant d'encaisser la subvention de 1000 francs.

    1921, 6 décembre : minute de la lettre du préfet au sous-préfet de Jonzac demandant l'envoi des imprimés signés du maire, pour la production du certificat d'exécution des travaux.

    1922, 12 août : certificat d’achèvement.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 890
Documents figurés
  • " [Élévation de face et de profil du monument aux morts de la commune de Lorignac]". 2 exemplaires. Urbain Gourdon. Échelle 0,10 m pour 1 mètre. 19 février 1920.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 890
  • " Commune de Lorignac. Projet de monument commémoratif [plan de localisation] ". Plan en deux exemplaires. Non signé. Non daté [approuvé le 15 août 1920].

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 890
Bibliographie
  • Pon-Willemsen, Charlotte. Les allégories de la République sur les monuments aux morts en Poitou-Charentes. Parcours du Patrimoine, n° 342. Geste éditions, 2008.

    p. 27, 28
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Pon Charlotte - Jessin Juliette