Logo ={0} - Retour à l'accueil

Monument aux morts de la commune de Bouëx, Charente

Dossier IA16008984 réalisé en 2018
Précision dénominationGuerre 1914-1918
Appellationsde la guerre 1914-1918
Dénominationsmonument aux morts
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération du Grand Angoulême - Boëme-Echelle
AdresseCommune : Bouëx
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : Cadastre : 2016 0E 1785
Précisions

Monument aux morts de la guerre 1914-1918, de la commune de Bouëx.

Le monument aux morts de la commune de Bouëx est inauguré au printemps 1921. Le maire, comte de la Boutetière, organise une cérémonie pour honorer les 28 morts de Bouëx (sur 540 habitants). Le monument est réalisé par Aristide Cammal, entrepreneur à Chazelles. Une France victorieuse d'1,95m en pierre silicatée le couronne. La commission départementale d'examen des projets des monuments aux morts avait émis des réserves quant à la solidité de la statue choisie, mais face à l'avancée du projet (pierre déjà commandée, en cours d'acheminement), le projet est accepté.

Endommagée par une tempête en 1938, la statue est remplacée par le buste d'un poilu, œuvre du sculpteur charentais René Pajot, qui a apposé sa signature sur la sculpture.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Principale
Dates1921, daté par source
Auteur(s)Auteur : Cammal Aristide
Cammal Aristide

Entrepreneur à Chazelles, Charente.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par source
Auteur : Pajot René
Pajot René (1885 - 1966)

Sculpteur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur signature
Auteur : Marbreries générales, Georges et Urbain Gourdon directeurs
Marbreries générales, Georges et Urbain Gourdon directeurs

Marbreries générales, fournisseur de chapelles, monuments funéraires, monuments aux morts, 33 rue Poussin à Paris, Georges et Urbain Gourdon directeur. Ateliers de sculpture mécanique à Carrare, exploitation de 14 carrières de granite en Bretagne, Normandie, Anjou, Vosges etc., usines électriques et à vapeur à Combourg, Bécon et Logonna.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier attribution par source

Le monument aux morts de la commune de Bouëx, érigé au nord de l'église, est un monument patriotique orienté vers l'ouest. Il s'agit d'un pilier rehaussé sur deux marches, surmonté aujourd'hui d'un buste d'un poilu (signé René Pajot). Le projet d'origine était composé d'une statue de la France Victorieuse, modèle des Marbreries Générales, remplacée en 1938 suite à une tempête qui l’endommageât. Le monument est entouré d'une clôture d'obus surmontés de grenades.

Face ouest : buste du poilu, en tenue de combat (casque et veste militaire), le regard légèrement de biais. Son socle porte l'inscription "PRO PATRIA". Sous la statue, le pilier comporte des inscriptions gravées : "À la mémoire glorieuse des enfants de Bouëx morts pour la France. 1914-1918". En-dessous, une plaque comportant les noms des 28 morts de la guerre 14-18. En-dessous, une couronne végétale est entourée d'un rameau d'olivier et d'un rameau de chêne.

Face sud : signature de R. Pajot sur le buste : "R.PAJOT.1938". En-dessous, gravures en lettres rouges "1939-1945" puis noms des différents morts de la guerre (tombés au champ d'honneur, en captivité, pour la France et héros de la résistance).

Face nord : plaque commémorant un mort de la guerre d'Indochine.

Murs
Techniquessculpture
Représentationssoldat, chêne, olivier, couronne végétale, rameau, obus, grenade de tir
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protections

Annexes

  • Le monument aux morts de la commune de Bouëx, inscriptions.

    Face ouest.

    (sous le buste) PRO PATRIA

    À la mémoire glorieuse des enfants de Bouëx morts pour la France.

    1914-1918

    H. BOUILLAUD ; L. BOUILLAUD ; E. COUSSY ; H. COUSSY ; Y. CHAMBON ; J. LACHAUMETTE ; F. LASSALLE ; J. VARACHE ; P. FORT ; P. BECHADE ; F. PICARD ; P. BLANCHARD ; A. AUFORT ; G. BARBAZANGE ; S. CHEMINADE ; J. CHEVALERIAS ; Y. GRENET ; J. TARRADE ; J. TESSERAUD ; A. VIGIER

    A. BLANCHARD ; J. DUCOUX ; A. LEVEQUE ; E. ROUGIER ; F. SOUMAGNE ; P. VARUS ; A. DOUCET ; J. FORESTIER.

    Face sud.

    (sur le buste) R. PAJOT 1938 (signature)

    1939-1945

    À nos morts

    au champ d'honneur

    R. BOUILLAUD ; A. DUSSAIGNE ; A. DARPECH ; F. VIGIER.

    En captivité

    DEVIGE Alphonse

    Pour la France

    BONNIN André

    Héros de la résistance

    CHABASSE René ; CHABASSE Pierre.

    Face nord.

    Morts pour la France

    BRULAUD Jacques Denis (Indochine).

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1919-1921. Monument aux morts de Bouëx.

    1919, 3 novembre. Facture de M. Aristide Cammal. Description du monument : 2 gradins en pierre dure de Chazelles ou Vilhonneur, le piédestal en pierre demi dure de Pons sculpture". "Prix forfaitaire du piédestal posé : 2860 francs". "La statue 'La France Victorieuse' en pierre silicatée prix posé 940 francs". Pour un total de 3800 francs.

    1919, 21 décembre. Du maire au préfet. "Dans sa séance du 18 juin 1919, le conseil municipal a attribué à ce monument un crédit de 2250 francs". Demande au préfet d'accorder une somme au comité communal.

    1919, 23 décembre. "Le conseil municipal de Bouëx sollicite le concours financier de l'État". Le modèle du monument présenté par M. Cammal, est inspiré "du modèle n°1925 du prospectus de la maison "Marbrerie générales" 33, rue Poussin à Paris appelée à fournir la statue surmontant le piédestal". Dépense évaluée à 3800 francs, dont 2250 francs de budget communal (budget additionnel de 1919). Demande d'une subvention de 1550 francs.

    1919, 31 décembre. Le ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts, demande au préfet de la Charente de lui communiquer la demande de subvention du conseil municipal de Bouëx. Les demandes de ce genre, pour "des localités de moins de 5000 habitants sont du ressort du ministère de l'Intérieur".

    1920, 15 janvier. Le ministre de l'Intérieur informe la préfecture de la Charente que "des subventions seront accordées par l'État aux communes en proportion de l'effort et des sacrifices qu'elles feront en vue de glorifier les héros morts pour la Patrie". Lorsque la loi de finances sera promulguée, la commune en sera avertie.

    1920, 17 septembre. Retour sur la séance du 10 septembre de la commission d'examen des monuments aux morts. "le motif en pierre silicatée "PRO PATRIA" ne semble pas offrir les garanties désirables de durée."

    1920, 19 septembre. Réponse du maire, à la lettre du préfet du 17 septembre. Le remplacement de la "Victoire" en pierre silicatée surmontant le monument ne semble pas possible du point de vue de la commune : celle-ci a été commandée il y a plus d'un an, avec soin, avec la garantie "qu'une partie des ornements de la façade de l'opéra de Paris était construite en pierre silicatée". L'ornement en question aurait déjà dû être en place depuis 4 mois, mais l'installation a été retardée à cause d'un "malencontreux accident de chemin de fer". "La nouvelle statue est attendue d'un jour à l'autre". M. le Maire demande ainsi tout de même l'approbation préfectorale du projet.

    1920, 22 septembre. "En réponse à votre communication du 19 courant", la commission d'examen sera saisie suite aux difficultés signalées par M. le Maire de Bouëx, de déférer à ses observations.

    1920, 28 octobre. Retour du préfet de la Charente au maire de Bouëx sur l'examen du projet du monument aux morts par la commission départementale d'examen lors de la réunion du 16 octobre : le projet est accepté mais des observations ont été faites "quant à la solidité de la statue" et la commission "a reconnu erronée l'affirmation que la façade de l'opéra était "construite en pierre silicatée"". Le dossier peut être transmis à l'administration supérieure. Le conseil municipal devra préciser les ressources nécessaires pour le projet. Pour la subvention à demander à l'État, un barème est joint pour la calculer.

    1920, 18 novembre. Dossier du projet du monument aux morts adressé au ministre de l'Intérieur, avis favorable de la commission spéciale d'examen. Demande au ministre du décret d'approbation et d'une subvention de 360 francs. 1921, 7 février. Réponse au maire : marché de gré à gré approuvé avec M. Cammal pour le monument approuvé par décret du 13 décembre 1919.

    1921, 4 février. Lettre de la mairie de Bouëx. Le monument aux morts est déjà terminé, mais aucun marché de gré à gré n'a été fait. Volonté de régulariser la situation afin de payer l'entrepreneur. Mais, afin d'éviter les formalités administratives, la commune souhaite verser le crédit alloué au projet par la commune (2250 francs sur le budget de 1920) directement au comité exécutif qui a supervisé le projet. Réponse : il n'est pas possible de procéder ainsi, il vaut mieux réaliser un marché avec M. Cammal.

    1921, 21 février. Bordereau de pièces adressées à M. le Maire de Bouëx. 1 soumission approuvée par laquelle M. le Maire de Bouëx s'engage à acquérir au compte de la Commune, à la fonderie de Ruelle, 300 kilos de fer, consistant en chaînes, obus, en vue de servir de décorations au monument commémoratif, moyennant la somme de 30 francs.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 4 T 181
  • 1921. Monument aux morts de Bouëx

    1921, 11 février. Marché de gré à gré relatif au monument aux morts de la guerre. Entre la commune de Bouëx (représentée par M. François Chêne, adjoint et remplaçant du maire) et M. Aristide Cammal Jeune, entrepreneur à Chazelles. L'entrepreneur s'engage à construire le monument conformément au plan et devis, dans un délai d'un mois, pour une somme de 4687 francs. Le monument sera élevé sur la place publique de Bouëx. Il reçoit à titre d'avance, la somme de 1250 francs, total de la souscription publique. 1921, 27 février : vu et approuvé en préfecture.

    1921, 3 mars. Procès-verbal de réception. L'adjoint au maire ainsi que 2 conseillers municipaux, procèdent en compagnie de M. Aristide Cammal, à la réception du monument. Après examen, le monument est déclaré conforme au traité.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 2 OPROV 55-2
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de GrandAngoulême (c) Communauté d'Agglomération de GrandAngoulême - Seguin Sarah - Pays d'art et d'histoire de l'Angoumois / GrandAngoulême
Pays d'art et d'histoire de l'Angoumois / GrandAngoulême
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.