Logo ={0} - Retour à l'accueil

Minoterie dite moulin du Bleuil, puis de Duellas

Dossier IA24001245 réalisé en 2010

Fiche

Appellationsmoulin du Bleuil, puis de Duellas
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement patronal, bief de dérivation
Dénominationsminoterie
Aire d'étude et cantonMontpon-Ménestérol - Montpon-Ménestérol
Hydrographiesl' Isle
AdresseCommune : Saint-Martial-d'Artenset
Lieu-dit : Le Moulin de Duellas
Cadastre : 1843 B2 465 ; 1988 ZC 83-84

Dans le cadre de la mise en navigation de l'Isle, afin de pallier aux hauts-fonds de la rivière au lieu-dit Duellas, un barrage et une écluse à sas sont construits dans le méandre en 1826. Désirant profiter de la chute d'eau ainsi créée, Numa Brulatour, propriétaire du château de Bleuil et de parcelles riveraines, y fait construire une filature à partir de 1835. Le gros œuvre est achevé en 1841, mais les travaux hydrauliques tardent à être réalisés (le plan cadastral de 1843 montre que le canal d'amenée n'est pas encore creusé). Des problèmes financiers obligent Numa Brulatour à vendre domaine et usine. L'ensemble est racheté en 1850 par François Godde qui transforme la filature en minoterie. Celle-ci est alors équipée de 16 paires de meules, un monte-sac, un criblage, un moulin à huile et une scierie, le tout entrainé par une série de roues hydrauliques horizontales (rouets, 18 moteurs). En mars 1855, le préfet, dans une lettre au propriétaire, évoque une usine parmi "les plus considérables de la Dordogne". La fille de François Godde épouse Frédéric Bécheau en 1856. Le moulin sert alternativement de papeterie, cette dernière activité prenant fin en 1874. Un incendie détruit l'usine le 27 juin 1886.

Joseph Bécheau, fils de Frédéric fait reconstruire une minoterie en 1896. Seuls deux rouets sont conservés. L'un pour une paire de meules, l'autre pour la scierie. Une turbine de type Hercule, fabriquée par Brault, Teisset et Gillet, installée dans l'ancienne fosse de rouet n°1, actionne les convertisseurs-broyeurs ainsi que les autres appareils de bluterie dont 4 plansichters. Une voie Decauville permet le transport des diverses productions. L'usine est règlementée en 1900. La maison d'habitation est construite quelques années après. Dans les années 1920, Gabrielle, fille de Joseph Bécheau épouse Roger de La Crompe de la Boissière. Ce dernier s'associe en 1936 à Robert Roux, boulanger à Saint-Martial. Les activités minotières cessent en 1963.

Le moulin est acquis par la commune en 1997 qui, après travaux, réaffecte l'endroit en lieu d'accueil éducatif et culturel. Site touristique et culturel, ouvert au public, ce site est géré depuis 2014 par la Communauté de Communes Isle Double Landais.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1896, daté par source
Auteur(s)Personnalité : Brulatour Numa
Brulatour Numa

Propriétaire du château de Bleuil et de parcelles voisines à Saint-Martial-d'Artenset. Y a fait construire une filature à partir de 1835, profitant du barrage et de l'écluse construits dans le méandre de l'Isle voisin en 1826. L'usine n'est pas entièrement achevée en 1841. Des problème financiers conduisent à sa vente, ainsi que celle du domaine en 1850.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire attribution par source
Personnalité : Godde François
Godde François

Rachète à Numa Brulatour le château de Bleuil à Saint-Martial-d'Artenset, ainsi que la filature proche de Duellas (1850) qu'il transforme en minoterie. Un incendie détruit l'usine en juin 1886.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire attribution par source
Personnalité : Bécheau Joseph
Bécheau Joseph

Fils de Frédéric Bécheau et de la fille de François Godde. Hérite par sa mère de la minoterie de Duellas (aussi dite moulin du Bleuil) à Saint-Martial-d'Artenset et la fait reconstruire en 1896, dix ans après l'incendie qui l'avait détruite.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire attribution par source

De l'usine initiale ne subsistent que le rectangle d'implantation, une partie des murs en pierre de taille ainsi qu'un large massif entre canal d'amenée et canal de fuite où se remarquent les fosses des rouets. L'une d'entre-elles est toujours surmontée de sa paire de meules.

La minoterie des années 1890 ne reprend qu'en partie le plan de l'ancienne. C'est un bâtiment de trois niveaux aux fenêtres à arc segmentaire abritant les ateliers de fabrication, aujourd'hui vidés de leurs machines. Une maison d'habitation occupe la partie sud, sur les vestiges les mieux conservés de la filature. L'ensemble est construit pour partie en pierre de taille et en maçonnerie de moellons enduite. La façade principale du logis, grand mur-pignon, comprend cinq travées d'ouvertures rectangulaires au sous-sol partiellement enterré et au rez-de-chaussée. Les fenêtres sont en arc segmentaire à l'étage carré et l'étage de comble. Les portes-fenêtres de l'étage carré ouvrent toutes sur de petits balcons en ferronnerie et leur encadrement est orné d'une alternance de pierres de taille et de brique ainsi que d'agrafes à bossage en pointe de diamant. Cette façade est dotée d'une véranda par laquelle on accède au bâtiment. Minoterie et habitation sont couvertes de toitures débordantes à longs pans en tuile mécanique.

A l'est, un hangar en bois abrite un banc de scie. Au nord, une passerelle équipée des rails d'une voie Decauville domine les vannes de décharge. A l'ouest, une habitation annexe complète l'ensemble.

Mursbrique
moellon enduit
pierre de taille
Toittuile mécanique
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
Énergiesénergie hydraulique
produite sur place
turbine hydraulique
roue hydraulique horizontale
État de conservationdésaffecté
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Document concernant le site de Duellas.

    Archives départementales de la Dordogne : 3 E 11927
  • Archives diverses.

    Archives départementales de la Dordogne : 3 S 613
  • Minoterie dite moulin du Bleuil, puis de Duellas, Saint-Martial-d'Artenset. Plan d'ensemble, remplacement du pont par un pont-levant (1896).

    Archives départementales de la Dordogne : S 64
Documents figurés
  • Carte de Belleyme, planche n°21, 1762-1783.

  • A.D. Dordogne. Plan cadastral napoléonien de Saint-Martial-d'Artenset. Dessin et encre sur papier, 1844. Section Duellas, feuille B2.

    Archives départementales de la Dordogne : 3 P 3 5011
  • IGN. Carte topographique de la France à 1/50 000 : Montpon-Ménestérol. Série orange, feuille 1735. 2e éd., Paris, IGN, cop. 1981.

  • Divers documents, dont : projet de prise d'eau, 1842 (non réalisé) ; coupes, élévations et croquis du moulin des Duellas, janvier 1857, plan et croquis de l'usine de Duellas, avril 1863.

    Archives départementales de la Dordogne : S 139
  • Plan de l'usine de Duellas en 1885, plan de l'usine restaurée après incendie, 1897 et plan de l'usine pour règlementation, 1899.

    Archives départementales de la Dordogne : 3 S 204
Bibliographie
  • GUILLAUMARD Hubert. Saint-Martial d'Artenset en Dordogne, de 1800 à 2000. Notre-Dame-de-Sanilhac : 2004.

    p. 82-90.
  • MARACHE Corinne. Les métamorphoses du rural : l'exemple de la Double en Périgord (1830-1939). Paris : éditions du CTHS, 2006.

    p. 170-171.
Périodiques
  • "Saint-Martial-d'Artenset, le moulin de Duellas", Le Journal du Périgord, oct. 2003, n° 105.

    p. 40.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Dordogne - Pagazani Xavier - Provost Marion - Marabout Vincent