Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoirs, logis, châteaux

Dossier IA17012274 réalisé en 2006

Fiche

Voir

Aires d'étudesCommunauté d'Agglomération de La Rochelle
Dénominationsmanoir, logis, château
AdresseCommune : Périgny
Lieu-dit : Périgny

La commune de Périgny compte de nombreux logis (manoirs et maisons de campagne). Si certains tels La Roche Barangère, le logis de Passy ou le château des Coureilles sont issus de seigneuries et de domaines remontant au Moyen Age, les édifices observés dans le cadre de cet inventaire sont pour l´essentiel des constructions des XVIIIème et XIXème siècles. Ces derniers étaient bien souvent associés à des fermes dans le cadre de domaines agricoles et/ou viticoles. Ce fonctionnement explique l´abondance d´exemples montrant un manoir inscrit au coeur d´un ensemble sur cour comprenant les bâtiments d´exploitation du domaine. Dans d´autres cas, l´examen des matrices cadastrales a permit de mettre en évidence le fait que le détenteur du manoir était également propriétaire d´une ferme située à proximité.Ce constat est surtout valable pour les châteaux et logis du XVIIIème siècle et renvoit au statut de leurs propriétaires. De fait, l´étude des documents d´archives permet de constater que nombre de ces manoirs ont été bien souvent construits ou rachetés par de riches armateurs et négociants rochelais soucieux de matérialiser leur prospérité et leur pouvoir selon les critères de la noblesse d´alors. Dans ce cadre, la possession d´une demeure digne de leur fortune, mais également de terres, constituaient les indispensables signes extérieurs de richesses de l´époque.Ce souci d´ostentation, se lit du reste dans l´architecture et la composition des édifices considérés. Il s´agit pour l´essentiel de logis entre cour et jardin qu´annoncent d´imposants portails (et parfois des allées couvertes). Les parcs associés, avec leurs canaux, plans d´eau et fabriques s´inscrivent dans la même logique. Bien évidemment, le fait que Périgny se situe à 5 kilomètres de La Rochelle constitue un atout majeur pour l´implantation de ces lieux de villégiature et de réception. Outre la proximité avec La Rochelle, il convient d´évoquer l´importance des conditions de site présentées dans le cadre du dossier de généralités dès lors que l´on veut tenter de déterminer les facteurs ayant présidés à ce développement et à cette concentration de manoirs.La présence de cours d´eau et d´espaces favorables à l´établissement de cultures au sein des deux vallons humides qui abritent les bourgs de Périgny et de Rompsay s´est traduite par la constitution et la préservation d´espaces verts à fonction vivrière (cours d´eau, cultures, potagers, bois...). Le milieu ainsi préservé offrait donc, à l´heure où les notables, négociants et armateurs de La Rochelle accédaient à une certaine prospérité qu´ils étaient soucieux de concrétiser, toutes les conditions requises pour l´établissement de riches demeures. Au XIXème siècle, l´établissement de nouveaux manoirs et de riches maisons de campagne à Périgny semble se distinguer par une moindre importance accordée à la possession de terres. La fonction résidentielle bourgeoise semble en effet prendre le pas sur la tradition « seigneuriale » ou « domaniale ».Les abords du cours d´eau de Rompsay (qui sont aménagés dans le cadre du creusement du canal) et les propriétés crées dans le grand domaine de l´ancienne seigneurie de Passy (dotées de leur propre parc) semblent alors constituer un espace privilégié. La refonte de la maison des Quatre chevaliers et le cas du domaine de Beaupréau ; où les bâtiments agricoles de l´ancienne borderie sont détruits tandis qu´un nouveau bâtiment d´habitation est construit le long du cours d´eau de Rompsay ; illustrent cette évolution de même que l´attractivité du lieu.

Période(s)Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle

De façon générale, les châteaux, logis, manoirs et maisons de campagne de Périgny apparaissent relativement bien conservés de l´extérieur, surtout si l´on considère les multiples divisions et remaniements dont ils ont fait l´objet. Il est toutefois difficile d´affirmer qu´il en soit de même du mobilier et des aménagements intérieurs (cheminées, parquets, boiseries..).

Décompte des œuvres repérés 25
étudié 0
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de La Rochelle (c) Communauté d'Agglomération de La Rochelle - Cussey Yann