Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir

Dossier IA86004090 réalisé en 2006

Fiche

  • Façade sud.
    Façade sud.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • jardin
    • communs
AppellationsLa Commanderie
Parties constituantes non étudiéesjardin, communs
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération de Poitiers
AdresseCommune : Béruges
Lieu-dit : la Commanderie
Cadastre : 1830 C2 301 à 310 ; 2004 C 285-286

L'appellation Commanderie n'est apparue qu'à la fin du 19e siècle. Le fief de Grand Boussay, qui relevait de la seigneurie de Béruges, aurait été donné par Guillaume de Belon aux moines de l'abbaye de Fontaine-le-Comte à la fin du 12e siècle. La "Grande-Maison", nom qui figure encore sur le plan cadastral de 1830, fut vraisemblablement construite vers 1540. Un premier agrandissement est effectué au 16e ou au 17e siècle. Un procès-verbal de visite de 1657 (voir annexe) décrit une maison avec chambre basse et four, escalier en pierre, grande et petite chambre à l'étage, greniers, galerie au bout de laquelle se trouve un colombier et plusieurs dépendances : cellier, grange, étable à brebis couverte de chaume, étable à boeufs. Dans la seconde moitié du 17e siècle le propriétaire, Jean Pénin, est avocat à Poitiers et possède également la Raudière. A la Révolution, le domaine est vendu comme bien national. En 1889 et 1890, le manoir est restauré (selon une inscription portée sur un vitrail) par Eugène Boyer, architecte à Poitiers, à la demande de Gabriel Lacroix, également propriétaire de la Raudière. De 1912 à 1914, Adrien Auteroche fait agrandir le manoir vers l'ouest dans le même style, ses initiales figurent sur la souche de cheminée de cette partie du logis.

Période(s)Principale : 1ère moitié 16e siècle
Principale : 17e siècle , (?)
Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Boyer Eugène architecte

Edifice situé sur un terrain dégagé dominant la vallée de la Boivre. Il se compose d'un logis à plusieurs corps de bâtiments et de communs séparés, perpendiculaires au sud-ouest. La façade sud du logis s'élève sur trois niveaux et présente quatre travées avec quatre lucarnes au niveau du toit. A l'angle sud-est, une tour d'escalier hexagonale percée de trois fenêtres est adossée. Dans la façade nord moins homogène sont très visibles les trois périodes de construction de l'édifice avec des toitures différentes et un décrochement entre la partie la plus ancienne, à l'est, et les adjonctions. Dans l'angle formé par ce décrochement s'élève une tour d'escalier de plan rectangulaire. Dans la partie ancienne sont deux travées d'ouvertures, une dans la partie centrale et deux dans la partie ouest comportant des lucarnes.

Murscalcaire
enduit
moellon
Toittuile plate
Étagessous-sol, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
toit polygonal
croupe
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
Techniquessculpture
vitrail
Représentationsanimal ornement architectural Vierge à l'Enfant armoiries ornement géométrique
Précision représentations

Les ouvertures ont des encadrements moulurés et des archivoltes reposant sur des culots moulurés ou des décors d'animaux fantastiques. Des armoiries sont figurées sur la porte de la tour d'escalier et sur les vitraux à décor géormétrique. Niche architecturée à décor de style Renaissance contenant une statue de la Vierge récente.

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Proscès-verbal de visite de la maison noble de Boussai et du moulin de Visai

    "L´an mil six cent cinquante sept le vingt septième jour de mars audit requerant venérable père Jacques de Guygné, prestre chanoine relligieux de l´ordre de saint augustin de la congrégation de France et prieur de l´abbaye de la Fontaine [...] et sieur nottaire Rozat à Poitiers nous sommes transportés de ladite ville de Poitiers en la maison noble de Boussay despendant deladite abbaye [...]

    Nous sommes transportés audevant la porte principalle de ladite maison de Boussay laquelle est en assez bon estat [...] puis avons visité une petite porte par laquelle on entre dans la chambre basse [...] sommes entrés dans ladite chambre basse ou estant une fenestre quy a son aspeq sur la cour [...] et au dessus de ladite fenestre y a une autre ouverture [...] et sont lesdites fenestres garnies de grilles de fer sans vittes. Puis avons vu et vizitté une autre croizée et fenestres qui a son aspeq sur le jardin [...]

    Comme aussy avons vu et vizitté une autre petitte fenestre estant dans ladite chambre vis à vis de l´entrée du costé du jardin [...] est garnie de vittres [...] est ladite chambre garnie de vieux planzon tout pourry [...] avons vu et vizitté la cheminée de ladite chambre laquellle est en assez bon estat le contrefeu de ladite cheminée ont bezoin destre reffait. Puis avons vu et vizitté le ? ] ollineau de ladite chambre [...] les murailles de ladite chambre sont fondues et craquées en plusieurs endroits et ont bezoin destre racommodées [...] et la croizée de la fenestre qui a son aspeq sur le jardin [...]

    De ladite chambre sommes entrés dans le fournioux dudit logis [...] puis estant dans le fourniou avons vu et vizitté la soupante [...] Dans ledit fourniou y a deux fenestres [...] l´une garni de grilles de fer et l´autre n´a aucune fermeture [...]

    Dudit fourniou sommes montez par un escallié de pierres de taille dans une grande chambre[...] au millieu duquel escallié y a une fenestre [...] n´y a aucune vitre. Avons vu la porte de ladite chambre laquelle est en assez bon estat [...] par laquelle sommes entrés dans ladite chambre alentrée de laquelle y a une ? [...] ladite chambre aussi autrefois carrellée [...] dans ladite chambre y aune croizée de fenêtre du costé de la cour [...] avons vu et vizitté une croizée à quatre fenestres quy a son aspeq sur le jardin [...] La cheminée de ladite chambre en assez bon estat [...] de ladite chambre sommes entrés dans une pettite estude ? par une porte à panneaux [...]

    De ladite grande chambre sommes entrés dans une pettite chambre quy a son entrée du costé de ladite cheminée deladite grande chambre par une porte [...] Ladite grande chambre est planzonnée [...] a ladite chambre y a une fenestre quy a son aspeq sur la rivière [...] avons vizitté la cheminée de ladite chambre le manteau de laquelle est en parpin cassé en pluzieurs endroits [...] les murailles de ladite chambre sont touttes crevées [...] deladite chambre sommes entrés dans une petitte estude ? estant acosté [...] dans ladite estude y a une croizée de fenêtres [...] Dans ladite petitte estude y a une porte par laquelle on descend par l´escallier de pierres de taille [...]

    Avons vu l´escallier de pierres de taille auquel y a plusieurs marches rompues [...] au hault ? dudit escallier y a une grande fenestre a laquelle n´y a aucune fermeture [...] et au bas dudit escallier y a une porte par laquelle on entre dans la cave [...]

    Sommes retournés par le premier escallier pour monté dans le grenier au millieu duquel avons trouvé une petitte pomelle dans une gallrye, la porte de laquelle est vieille [...] Ladite gallery, le planzon de laquelle est pourry et percé en pluzieurs endroits [...] Dans ladite gallery y a deux fenestres sans aucune fermeture au bout de ladite gallerye y a une porte pour allé aux lieux communges ? [...] par le dessus desquels lieux communges y a une espace quy a un coullombier [...] la charpente dudit coullombier faite en pavillon [...]

    Avons vu et vizitté une petitte fenestre quy est dans ledit escallie [...] avons vu et vizitté la charpente dudoit escallié [...]

    Sommes entrés dans le grenier du logis la porte duquel est en assez bon estat [...] au grenier y a une fenestre de bois [...] Dudit grenier sommes entrés dans un autre grenier séparé de l´autre par une muraille la porte duquel est en assez bon estat [...]

    Puis avons vu et vizitté la charpente du premier grenier [...]

    Sommes dessendus dans la cour de ladite maizon et transportés dans le cellier la porte duquel est[...] et audit cellier y a une fenestre quy baille le jour du costé du jardin [...]

    Sommes transportés dans la grange les portes de laquelle sont en assez bon estat [...]

    Avons vu et vizitté lestable des brebis laquelle est couverte de chaulme [...] D´icelle sommes transportés dans lestable aux boeufs la porte de laquelle est à bourdonneaux. estant dans la cour avons vu et vizitté le coing de murailles du costé de lestable aux boeufs lequel menasse ruine et a bezoin destre ? de deux ou trois cartiers de pierre de taille [...]" (A. D. Vienne : série 1 H 15 liasse 17).

Références documentaires

Bibliographie
  • Bizard, Etienn. Histoire d'un village du Poitou, Béruges. 1968.

    p. 18-19
  • Durand Philippe, Andrault Jean-Pierre, dir. Châteaux, manoirs et logis, la Vienne. Éditions patrimoines et médias. Niort, 1995.

    p. 181
  • Lavault, Guy ; Lavault, Cathy. Les châteaux de la Vienne. - Poitiers : Brissaud, 1985.

    p. 312
  • Morceau, Véronique. La commanderie, Béruges, Vienne (86). Dossier de licence d'histoire de l'art, Poitiers, 1991.

  • Roy, Gérard. Béruges (86) - 2005, Itinéraire d'un promeneur. Association Les Amis de Béruges, cahier n°30. 2005, édition Association des publications chauvinoises.

    p. 47
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Poitiers - Martel Céline - Renaud Geneviève